Comprendre la vente à découvert

Suite à l’équilibrage des analyses sur les small et les valeurs du SRD, je vais également balayer des titres du srd et donc potentiellement de la vente à découvert.

Voici donc pour les néophytes un petit guide d’initiation à la vente à découvert.

Tout d’abord il faut tordre l’idée à une idée reçue, la vente à découvert ce n’est pas immoral. En effet bien que la définition le laisse à penser. La vente à découvert c’est en effet l’inverse de ce que l’investisseur fait en temps normal. C’est à dire acheter bas pour vendre plus haut.

La vente à découvert c’est vendre haut pour racheter plus bas. C’est donc en quelque sorte gagner lorsque le cours d’une action baisse. Fondamentalement un titre baissera lorsque la firme fait de mauvais résultats, la vente à découvert permet donc de gagner en bourse lorsque des compagnies sont en difficultés, d’où le sentiment de non éthique qu’entoure la vente à découvert.

Pourtant un peu d’histoire permet d’ouvrir son esprit et de ne pas prendre l’information brute, qui pour moi équivaut au final à de la désinformation.

La vente à découvert existe depuis plus de 300 ans, en effet après les Japonais sur le riz, les Néerlandais l’utilisèrent pour leur commerce. Ainsi la vente à découvert est du temps de Smith et Ricardo à l’époque où le commerce  battait son plein et où déjà on avait les premières étapes à un monde mondialisé.

La vente à découvert malgré tout ce que l’on peut dire est nécessaire aux marchés. Car au final elle permet de le réguler, en opposant une force à la montée des prix. S’il n’était possible de gagner en bourse qu’en faisant monter les prix, alors indéniablement les valorisations feraient que nous serions toujours dans une sorte de bulle sans fin. La vente à découvert permet de régulariser les prix, de modeler leur montée, et donc de juguler l’avènement de bulles tout le temps.

Maintenant la vente à découvert n’est autorisée que sur les valeurs du SRD, autant dire des valeurs très liquides, de grosses capitalisations, permettant de part leur liquidité de ne pas être manipulées à la hausse ou à la baisse ( en théorie grâce à beaucoup d’acteurs).

Contrairement aux valeurs du SRD à l’achat, la vente à découvert n’est pas éligible au PEA mais seulement au compte titres.

L’avantage du SRD c’est qu’il permet à tout investisseur d’acquérir plus de titres sur le marché que ce qu’il ne détient d’espèces et de faire jouer un effet de levier de 1 à 5, dans la majorité des cas, l’investisseur est bloqué à un effet de levier maxi de 3, il faudra faire une demande pour avoir l’autorisation d’aller au delà. Le SRD permet donc à tout investisseur d’acheter 3 fois plus d’actions que ce qu’il serait normalement en mesure de faire avec ses espèces disponibles. Ainsi si vous avez 1000 euros à investir, avec un levier 3, vous aurez 3000 euros à investir. L’effet de levier résidant dans le fait que le SRD vous permettant d’investir 3 fois plus, il vous permet donc de gagner 3 fois plus également. Admettons, votre titre gagne 10 %, avec 1000 euros, cela ferait 100 euros de gains, avec le SRD vous avez gagné 300 euros, en injectant 1000 euros, soit au final 30 % de rendement grâce au SRD, et aux 2000 euros que le broker vous aura avancé. Mais attention, si l’effet de levier marche dans un sens il marche aussi dans l’autre. Ainsi vous pouvez perdre 3 fois plus au SRD qu’au comptant, voir même perdre d’avantage que ce que vous avez investi et donc devoir de l’argent en plus à votre broker. Admettons vous achetez une valeur qui perd par la suite 50 %, au comptant les 1000 euros sont devenus 500 mais au srd levier 3, les 3000 sont devenus 1500, votre moins values est de 1500 euros et dépasse donc de 500 euros votre engagement espèce, vous devez donc 500 euros à votre broker. Donc attention à bien gérer les stops sur le srd.

Le SRD permet donc d’acheter plus de titres avec de l’argent que l’on ne possède pas.Voilà donc pourquoi la vente à découvert n’est autorisée que sur les valeurs du SRD, car au final la vente à découvert c’est vendre des titres que l’on ne détient pas.

La vente à découvert est d’autant plus dangereuse qu’il est possible  de perdre plus que son investissement de départ. Alors que lorsque vous achetez un titre, celui-ci ne peut perdre plus de 100 % de sa valeur, votre perte ne peut au maximum n’être que totale. La vente à découvert puisque vous gagnez lorsque le titre baisse, vous perdez lorsque le titre monte, et un titre peut monter plus que de 100 %, à partir de là vous perdez donc non seulement la totalité de vos avoirs mais également d’avantage.  Bien sûr les titres ne prennent pas 100 % en quelques jours, mais une opa ou autre annonce à vite fait de vous mettre sur la paille, la vente à découvert est donc d’autant plus à manier avec précaution.

Le principe de la vente à découvert est donc relativement simple. Au lieu de suivre un schéma classique d’achat et de vente, vous suivez un schéma inversé de vente et d’achat. Vous vendez des titres que vous n’avez pas dans l’espoir de les racheter à un cours inférieur à votre cours de vente. La différence entre votre cours de vente et votre cours d’achat correspondant à votre plus-value (ou moins-value).

Lorsque l’investisseur analyse un titre, il doit donc s’il veut faire de la vente à découvert prendre tous ses signaux d’achat, et les transformer en signaux de vente c’est à dire de prise de vente à découvert.

Pour ma part j’apprécie particulièrement prendre le cours d’un titre, et l’inverser, me permettant de conserver la même vision sur un titre, et lorsque je déniche une montée des cours, ce sera en fait dans la réalité une baisse, finalement les cours inversés me permettent de prendre position en vente à découvert.

Pour l’exemple j’ai choisi le titre EADS :

Alors que les droites en vert signalent des points d’achats, les droites en rouges elles signalent des points d’entrée en vente à découvert.

A noter, que les moyennes mobiles, le rsi, le macd peuvent ici servir également d’indicateurs pour rentrer en vente à découvert. Le tout finalement c’est d’avoir une réflexion inversée.

Ainsi en Février 2009, lorsque les cours d’EADS coupent moyenne mobile à 150 et 50 jours on à la si vous étiez à l’achat un signal de vente de position, clairement un stop de protection. Et bien ce stop de protection serait votre seuil d’achat en vente à découvert. Et ce n’est que en repassant la moyenne mobile à 20 jours en avril 2009 que vous auriez un signal d’achat sur EADS avec le soutien de la MM 20 et donc un signal de rachat de votre vad.

Ce n’est qu’en Octobre 2009 que la cassure de la MM20 suivie d’un pullback vous aurez envoyé votre signal de vente, et donc votre signal de vente à découvert, VAD que vous auriez racheté en décembre 2009 lors de la nouvelle cassure de la MM20 jours ou de la MM 50 jours, et où vous seriez passé à l’achat de titres.

Il est donc tout à fait possible de gagner à la hausse comme à la baisse sur un même titre, on peut même ne jouer qu’un seul titre pendant plusieurs mois si on le connais très bien et multiplier les gains ainsi. Lorsque vous achetez le titre, vous rachetez votre VAD, lorsque vous vendez votre titre, vous passez en vad et ainsi de suite, vos indicateurs étant les mêmes, lorsqu’ils vous poussent à prendre votre plus values c’est qu’ils vous poussent également à passer en VAD.

et comme toujours, managez vos stops qui plus est en VAD.

Comments