Menu

Analyse fondamentale: Ce que Warren Buffet suit et vous devriez aussi

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez cet article. Une question ? Posez-la moi par email ou directement sur mes réseaux

Parce qu’il n’y a pas que l’analyse technique en bourse, voici quelques ratios que vous devez connaître pour parfaire votre sélection d’actions par l’analyse fondamentale.

Bénéfice par action (BPA)

Le bénéfice par action permet de comparer ce qui est comparable Et notamment donc de diviser le bénéfice total d’une société par le nombre d’actions en circulation. Le BPA est projeté pour l’année en cours et l’année à venir. Cela permet d’avoir une bonne vision de la capacité de la société à générer du cash pour ses actionnaires et à ne pas les diluer. Cela permet de comparer également des entreprises d’un même secteur plus facilement. Moins le bénéfice est partagé en moins d’actionnaires mieux c’est.

 

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Price-to-earnings ratio (PER)

Le PER est à prendre avec des pincettes. On l’obtient en divisant le cours actuel de l’action par le bénéfice par action. En d’autres termes, le PER nous donne le niveau de cherté d’une action par rapport à ses bénéfices. Le PER seul ne veut rien dire, il faut le comparer à la moyenne du secteur. Le PER permet de savoir donc si une valeur est sou ou sur cotée.

Mais attention car un PER bas, ne veut pas forcément dire qu’il faut acheter car le titre est sous valorisé. tout comme un PER haut, n’indique pas nécessairement une bulle et qu’il faut vendre.

Je me méfie beaucoup de ce ratio dans le mauvais timing qu’il donne. Comprendre la psychologie des foules est bien plus important que comprendre le PER.

Plus le PER est élevé et plus cela vous indique que les investisseurs sont prêts à payer cher les bénéfices. cela ne vous indique pas si la hausse va continuer ou pas.

 

 

Rendement

Voilà quelque chose qu’il faut connaître. Le rendement va vous donner la rentabilité d’un placement et en l’occurrence ici d’un dividende. Il suffit pour l’obtenir de diviser le dividende versé ou à venir de l’action par son cours. Vous obtenez la part en % que représente le dividende sur le cours actuel de l’action. Attention, un fort rendement peut apparaître au premier abord alléchant, surtout si le versement du dividende est stable d’année en année. Mais cela indique en réalité, que si le dividende est maintenu, l’entreprise traverse néanmoins une zone difficile car pour que le rendement augmente à dividende égal, il faut que le prix de l’action baisse. Ainsi acheter un gros rendement n’est pas signe de bonne affaire, car l’action est en tendance baissière et donc vous pouvez gagner un bon rendement mais celui-ci peut très bien ne pas compenser la perte en capital subie du fait de la baisse de l’action en question. Donc méfiez-vous de sélectionner vos actions à dividende juste parce que le rendement est fort.

Taux de distribution

Un autre élément important pour les actionnaires de long terme qui vont apprécier le fait qu’une entreprise récompense ses actionnaires en distribuant une partie importante de ses bénéfices.

Pour calculer le taux de distribution, on va diviser le dividende par action par le bénéfice par action. On obtiendra donc la part en % des bénéfices qui est reversée aux actionnaires.

Là aussi, il faut faire attention. Un fort taux de distribution peut être alléchant à court terme pour un actionnaire. Mais à long terme cela peut vouloir dire que l’entreprise n’aura pas assez de trésorerie pour faire face à une situations économiques difficiles à des besoins de cash pour de nouveaux investissements. L’entreprise devra alors faire une augmentation de capital et donc faire appel à ses actionnaires pour mettre la main à la poche. Un fort taux de distribution c’est donc bien, mais méfiez-vous des besoins financiers de l’entreprise par rapport à se smoyens pour éviter que vous perdiez au change à terme via une augmentation de capital ou autre méthode de dilution de l’actionnariat.

On retrouve un taux de distribution important chez les entreprises importantes et solides, qui n’ont pas de gros besoins d’investissement. là sont les entreprises à privilégier. Les entreprises en devenir, ou qui changent de business model ou les start up verseront moins de dividendes à leurs actionnaires, car elles ont un besoin de cash plus important à investir et pourront surtout avoir un rendement sur capital plus intéressant pour l’actionnaire que si cet argent était reversé.

Quand une entreprise rachète ses actions, c’est une forme de récompense pour l’actionnaire, puisqu’on va réduire le nombre d’actions existantes et donc augmenter tous les ratios vus plus haut

Valeur nette comptable (VNC)

La valeur nette comptable, c’est simple c’est ce dont l’entreprise dispose. Tout comme vous, vous avez une maison et d’autres actifs. La valeur nette comptable d’une entreprise c’est donc ses actifs moins ses dettes. C’est donc ce qu’il reste si jamais l’entreprise venait à tout arrêter maintenant.

Pour celles et ceux qui affectionnent l’approche dite « Value » de Buffet et Graham, c’est cette valeur nette qui les intéressent. En effet on va chercher à acheter des sociétés dont le cours de bourse et donc la capitalisation boursière est en dessous de leur valeur nette comptable. En gros, on achète des sociétés qui cotent en bourse de manière « irrationnelle » moins que leur vraie valeur. C’est pour cela que la VNC intéresse particulièrement les investisseurs value.

Mais difficile de comparer les valeur nette de deux entreprises pour obtenir le price to book ratio.

Pour cela, les aficionados de Buffet, doivent diviser le cours de l’action par la valeur nette comptable de l’entreprise. ils obtiendront donc le price to book ratio.

 

Ce ratio est souvent utilisé par les investisseurs value.

Retour sur capitaux propres

Le return on equity est très important. On va rechercher les entreprises avec le return on equity le plus fort. En gros, cela consiste à savoir combien d’euros l’entreprise créé en ajoutant 1€ d’investissement. C’est donc le bénéfice généré par l’entreprise par rapport à son actif net (actif – dettes donc Valeur nette comptable).

Pour les puristes il s’agit du ROE.

Plus il est élevé et plus l’entreprise est capable de jouer à l’alchimiste en transformant chaque euros investis en plusieurs.

On recherche donc un ROE élevé mais surtout constant pour un investissement long terme.

 

 

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez cet article. Une question ? Posez-la moi par email ou directement sur mes réseaux

Julien Flot
Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse.
Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.