Faut-il acheter des actions Chinoises et investir dans Alibaba, tencent, et compagnie ?

Grosse question actuellement qui revient sans cesse quant à savoir s’il faut investir en bourse en chine et acheter des actions chinoises comme tencent, alibaba ou encore baidu.

Grosse question car évidemment ça dépend.

Cela dépend de ce que vous recherchez, de votre profil, de votre horizon de placement et de la part de votre portefeuille que vous souhaitez y mettre.

Investir en bourse en chine ? oui, ça dépend

Il faut surtout se souvenir qu’acheter parce que ce n’est pas cher n’est pas une bonne raison ou n’est pas une raison suffisante. Ce qui est peu cher peut devenir encore moins cher. On se souviendra qu’il y’a 3 mois, exactement les mêmes arguments pouvez être utilisés pour dire d’acheter déjà à l’époque les actions chinoises. Entre temps, vous seriez déjà à -20%.

alors faut il acheter des actions chinoises ?

Je vous propose de faire une étude de cas, un processus d’analyse pour prendre en compte la macro, la micro et enfin l’analyse graphique. Je fais comme cela dans tous les grands dossiers, secteurs ou zones géographiques que je souhaite suivre.

Car une fois cette analyse faite, c’est ensuite du suivi, pour tel un sniper rentrer au bon moment en fonction de votre profil et horizon de placement.

Avant même de décider d’acheter, je dirai que c’est la chose sur quelle il faut réfléchir en premier lieu. Définir vos objectifs. Ce que vous êtes prêt à mettre, ce que vous êtes prêt à perdre, combien de temps vous êtes prêt à tenir.

Car penser que tout va remonter en flèche, c’est penser que ce qu’il s’est passé sur les marchés boursiers ces deux dernières années est la normalité, cela ne l’est pas. c’est de l’exceptionnel. Et un marché boursier peut tout aussi bien faire du zig zag pendant des mois, des années, en bloquant votre argent au passage alors que vous êtes long terme.

Voici l’étude en vidéo ci-dessous

sinon ici en article avec les graphiques plus bas.

Au-delà du risque Politique, il ne faut pas oublier la guerre commerciale et probablement la guerre contre Taiwan qui avec la politique des US de se retirer de tout conflit annonce certainement la couleur.

Mais le plus gros risque est un risque oublié. Quand vous investissez dans des actions chinoises, vous n’achetez pas l’action en direct. Vous achetez un ADR. C’est à dire un certificat. Ce certificat est vendu par un fond ou entreprise qui va acheter en théorie le nombre de titres proposés par ADR en direct sur le marché. Le problème vient si l’émetteur donc de l’ADR fait faillite ou si un gouvernement décide du jour au lendemain que ces grands ensembles ne peuvent plus détenir de titres Chinois. la question se pose alors sur la valeur de ces certificats même s’ils sont supposés avoir une contrepartie réelle en action et donc donner lieu aux dividendes et profits comme une action classique. Il y’a aussi la question de la légalité de détenir des actions Chinoises quand on n’est pas Chinois.

Se pose la question également des titres achetés pour répliquer les trackers sur la Chine, sont-ils des titres en direct ou également des achats des ADR…

Le risque est la nationalisation également de certains secteurs.

Alors la Chine a encore besoin des investisseurs et notamment des investisseurs étrangers. on peut penser qu’elle serre sa politique mais elle demeure dans une démarche de long terme. Et on voit que le parti est au-dessus de tout et qu’il n’y a pas de problème à tirer une balle dans le pied de leurs champions.

L’incertitude est là

N’oublions pas, Richards, un membre de l’Académie, me le rappelait, qu’il y’a eu une occurrence dans l’histoire récente en Russie en 1997 lors de leur grande crise bancaire. Ces certificats du jour au lendemain ont valu 0 et il était interdit à tout étranger de détenir les GKO qui étaient l’équivalent des bons du trésor. Mais comme à l’époque le risque géopolitique était bien présent depuis des années, l’impact n’avait pas fait grand bruit.

Quand on se pose une question donc d’investir une large part de son argent en bourse sur des actions qui nous semblent bon marché, il est important de prendre en compte tous les éléments de risque pour prendre sa décision. Et de taille ses positions en conséquence du risque que l’on est prêt à accepter.

Ce n’est pas qu’une question fondamentale ni graphique. C’est une question de flux. Et à ce jeu là, on se rend compte que els fonds professionnels semblent déserter l’empire du milieu alors que cependant les flux entrants restent très forts.

La pression d’un gérant est différente.

Il doit pour gagner sa vie, faire de la performance, démontrer sa supériorité par rapport aux marchés mais surtout face à la concurrence. il doit répondre de ses décisions devant ses clients. Investir en Chine par ce que c’et peu cher mais que le risque politique est connu de tous, c’est potentiellement une fuite des clients si jamais la Chine serre encore plus la vis. En cela bcp de gérants préfèreront louper une opportunité plutôt que de devoir expliquer ce qui sera vue comme de l’incompétence si cela tourne mal. Le gérant a cette pression que la ligne est très fine entre une décision de génie et l’incompétence s’il se met à anticiper. bcp donc ne voudront pas prendre ce risque. Ce qui le prendront seront souvent des gestions plus petites qui tenteront d’aller chercher de la surperformance pour gagner des clients si cela marche et qu’on aura oublié si cela ne marche pas car leur taille n’est pas critique.

La chine réfléchit à long terme et souhaite que les investisseurs Chinois investissent en Chine

Du jour au lendemain, un business peut devenir de profitable à caritatif. Exemple sur l’éducation en ligne

Sans parler des risques sur la véracité des comptabilités de certains groupes

Alibaba

tencent

Baidu

china mobile

China life insurance

China southern

China petroleum

amicalement

Julien


Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

About the Author Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

follow me on:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
  • David dit :

    super post bien nuancé…Je me demande si les actions cotées a la bourse de hong kong (donc chinoise) sont aussi des ADR ? Cela permettrait de mitiger le risque, vu que la chine préférait saborder les ADR (américain donc) que la bourse de hong kong par exemple.

    • Julien Flot dit :

      En effet David, on peut réduire le risque de cette façon. il y’a le risque de change ensuite à prendre en compte. Et espérer que la Chine n’applique pas l’interdiction aux étrangers de détenir des actions sur le marché Chinois en englobant donc la bourse d’Hong Kong. Bon je ne vois pas l’intérêt car cela affaiblirait grandement le marché Hong kongais mais cela fait partie des risques peu probable mais critique pour l’investisseur étranger.

  • >