Menu

Dangers et Conséquences des taux d’intérêts négatifs

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

Les taux négatifs arrivent et commencent à faire peur. Il faut dire que c’est bien là une première historique. Vous auriez été traité de fou si seulement vous en aviez esquissée l’idée il y a encore pas si longtemps. Il faut dire que l’idée même dérange. Devra-t-on vraiment payer pour placer son argent. Le modèle est en effet contraire au bon sens.

Les politiques monétaires accommodantes prolongées nous conduisent tout droit vers l’inconnu des taux d’intérêts négatifs. La relance tardant à venir, les banques centrales maintiennent la pression et nous font entrer tout droit dans du jamais vu.

Ce qui est certain cependant, c’est que le modèle de crédit à la française, réputée protecteur, est sur la sellette. C’est donc toute une économie, à savoir l’immobilier qui entre dans une grosse inconnue en France.

La France, une exception bientôt contestée

La France est l’un des rares pays à proposer des crédits et emprunts à taux d’intérêts fixes sur 10, 20 voir 25 ans. Actuellement, un bon profil peut obtenir 1,5% d’intérêts pour un crédit de 200 000 euros sur 20 ans. C’est tout simplement exceptionnel, du jamais vu, et rend l’investissement immobilier en France une aubaine pour l’achat d’une résidence principale j’entends.

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Autre particularité bien de chez nous. Lorsque vous empruntez de l’argent à la banque pour acheter votre bien immobilier, vous contractez une assurance. Vous devenez tout de suite le propriétaire du bien. Si vous ne pouvez rembourser, vous vendez. Dans bien d’autres pays Européens, si vous empruntez pour acheter un bien, c’est le prêteur qui est propriétaire du bien (hypothèque du bien). Si vous ne pouvez rembourser, c’est donc la banque qui est propriétaire et vous expulse pour ensuite récupérer la mise en revendant le bien.

Bref, en France, c’est l’emprunteur qui a tout à gagner à investir dans l’immobilier pour acheter sa résidence principale. Le système le protège et assure au secteur de l’immobilier une activité forte. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs qu’une grosse partie de l’économie française dépend de la bonne santé du secteur immobilier.

Mais la politique accommodante des banques centrales et des taux d’intérêts négatifs pendant une période trop prolongée, menacent de faire chavirer ce système.

En effet, les banques prêtent autour de 1,5% sur des périodes de 20 ans. Mais en cas de remontée des taux au-delà de 1,5% en seront pour leurs frais. Les assureurs et les banques courent donc un risque en cas de remontée forte des taux dans les années à venir.

De plus en plus d’économistes voient venir une bulle obligataire, résultante des taux négatifs et donc d’un transfert massif des fonds des épargnants vers les emprunteurs. Ainsi, la richesse des épargnants est transferrées vers les débiteurs que sont les Etats.

Avec une telle politique en place, aucun gouvernement n’a intérêt à poursuivre l’assainissement de ses déficits publics. Bref, ni crise de subprimes ni crise d e l’euro n’ont servi de leçon.

Pire, L’Europe va mettre la pression sur la France pour qu’elle adopte un système de crédit équivalent à ceux de ses partenaires européens c’est à dire un crédit avec un  taux variable et surtout la possibilité d’hypothèque du bien par le prêteur.

crise

L’assurance vie en péril.

Le placement préféré des français, à savoir l’assurance vie en euros est également en danger. En effet cette assurance, réputée sans risque, ne cesse de voir ses taux d’intérêts réduits d’année en année approchant dorénavant les 3%. Beaucoup d’assureurs pour maintenir leur performance, puisent dans leurs fonds de tiroir.

De plus, ces assurances vie sont essentiellement investies en obligations étatiques. Mais l’augmentation constant des encours obligent les assureurs à acheter de nouvelles obligations étatiques qui ont un taux dorénavant proche de zéro voir bientôt négatif ce qui fait forcément baisser la moyenne de la performance du portefeuille. Si les taux négatifs venaient à perdurer, les assureurs ne pourraient plus tenir. Et donc tout comme pour les prêts immobiliers, les assurances vie ne pourraient plus garantir leurs taux de rendement…

On se retrouve donc un peu dans l’impasse. Une baisse accrue des taux fragilisent le système tout autant qu’une remontée trop brusque de ceux-ci avec à la clé de fortes moins values à attendre et certainement des faillites en chaîne pour les plus fragiles.

Là où le système devient pervers est dangereux c’est que les assureurs ont besoin d’argent frais pour tenir, en d’autres termes, ils ont besoin de nouveaux clients et pour attirer ceux ci n’ont d’autres choix que de maintenir leur performance. La performance ne se trouve pas sur les fonds garantis en euros mais bien sur les marchés boursiers et donc de plus en plus les assureurs vont devoir pousser leurs clients à se mettre au multi support faisant forcément prendre une part de risque à leurs clients.

L’opportunité d’achat d’actions Européennes

Et c’est là que l’opportunité se trouve. Cette période de taux bas voir négatifs de manière prolongée devraient forcément procéder à un phénomène de vase communicant pour venir chercher sur les marchés actions la performance nécessaire et perdue sur les marchés obligataires. En ce sens, et malgré la tension des marchés à court terme, tout prône pour une sur allocation des actions européennes dans les portefeuille des gérants et donc une pression acheteuse sur les marchés européens. Mais comme toujours, ce sera une question de timing.

 

 

Note: Tous les trades sont discutés, annoncés et partagés en temps réel sur L'Académie des Graphs.

Sur le site public ici, Le portefeuille est mis à jour une fois par jour vers midi. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (de mes différents courtiers) et n'est pas pas une incitation à l'achat ni à la vente. Il s'agit de mon portefeuille dynamique donc agressif. J'ai un autre portefeuille bas de laine long terme diffusé exclusivement sur l'Académie des Graphs. Mon capital et mon horizon de placement sur chaque titre ne sont surement pas les mêmes que les vôtres. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi.

La performance annuelle inclus les gains ou moins values latentes des positions en cours. Cela inclus aussi les gains ou pertes de change sur les actions hors Euro (c'est reflété dans la perf de chaque action individuelle). Les éventuels retraits sont annoncés. La performance est donc en net.

Performance 2023: +38%; 2022: +46%; 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%...

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez mon travail. Merci de votre soutien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.