Le krach boursier & immobilier à venir (mais pas encore)

« La démographie est destinée ».

Une grosse illusion du confinement fut de penser que cela aller lancer un boom des naissances. En effet, c’est prouver encore une fois qu’on comprend peu la psychologie humaine massivement dans les médias ou soi disants experts.

Malheureusement, plus on se voit, et moins le désir est présent. Le confinement réduit donc le désir sexuel. Nos cerveaux sont ainsi câblés, que c’est plus la nouveauté, la distanciation qui forgent les pensées et forment le désir ou pression sexuelle.

Les nouvelles technologies nous rapprochent, les carrières sont plus importantes dans le schéma de succès insufflé dans nos éducations modernes.

Ce n’est donc pas demain que la natalité va rebondir.

Ainsi pour beaucoup de pays et également la Chine, le pic de population sera atteint vers 2030 puis la décélération. Alors certaines zones du monde deviendront des foyers de jeunesse. Amérique latine, Afrique, Asie du sud. S’ils ne sont pas bouffés par la politique comme ce fut le cas ces dernières années.

Si on extrapole donc à horizon 10-20 ans, la vraie inflation est à voir du côté de la baisse des populations des pays développés. Le salaire est un prix et il est relation offre/demande. En l’occurrence après des années où il n’y a pas eu assez de travail pour tous mais suffisamment, d’où la stabilité des salaires, on se retrouvera dans quelques temps dans un monde où il y’a trop de travail. Pour s’attirer cette main d’œuvre, les salaires augmenteront poussant une inflation réelle et durable. Mais en même temps quid de la consommation qui baissera forcément dans un certain nombre de secteurs. Bref, on ne peut pas avoir un raisonnement tout fait sur le monde économique dans 20 ans d’autant que nombreux aléas et paramètres viendront impacter cela. Et en premier lieu on sait que l’interventionnisme de l’Etat est là pour durer et surtout aux US, un peu plus de social pourrait créer un boom de natalité

L’immobilier dans tout ça ?

moins de population = moins de demande. On pense aussi à la hausse des taux pour compenser l’inflation et donc négatif pour les capacités d’emprunt. la hausse des salaires sera t-elle suffisante pour compenser la hausse des taux et continuer de permettre à la demande d’être assez forte ? on peut en doute mais c’est réfléchir dans le monde tel qu’il est aujourd’hui sans savoir ce qu’il sera dans 20 ans avec la solution qui a toujours été utilisée historiquement dans pareil cas : l’immigration. même si politiquement cela est de plus en plus compliqué à faire passer.

et la bourse ?

C’est une question d’offre et demande également. La demande est surtout boostée par les baby boomers et les millénials. Plus les premiers vont vers la fin de leur vie et moins ils voudront prendre de risque en bourse, leur retraite étant assurée. Ils voudront vendre leurs actions pour se mettre sur des placements moins risqués. C’est un risque de retraits donc pour els marchés. Mais comme toujours, rien n’est certain, voyant cela arriver, et pour éviter une déconfiture, on peut penser qu’on permettra aisément de faire une donation de son portefeuille sans le vendre à la génération suivante.

bref, rien n’est jamais certain, l’économie complexe mais la démographie de ces 50 dernières années ne sera pas la même que celle des 50 prochaines et il faut donc faire attention à penser que tout ce qui s’est réalisé continuera de se réaliser.

en bourse comme en immobilier, il n’y a pas un marché mais des marchés,

et au-delà de voir le verre à moitié plein ou vide, il faut juste conclure qu’il faudra être tout simplement plus sélectif dans ses investissements, penser offre et demande, et ce qui fait donc l’avantage compétitif d’un actif, que ce soit son emplacement, sa rareté, son management, son dividende, sa créativité ou pricing power.

On peut pousser le bouchon un peu plus loin en parlant d’un autre facteur inflationniste.

Le protectionnisme poussant à la déglobalisation. j’avais publié ce graph et ce texte en mars que je remet ici donc pour « globalisé » toute la réflexion

Concernant le scénario de la prochaine décennie. en gros voici ce que je pense en hypothèse de travail. Bien sûr avec des cycles court terme dans des cycles plus long. et je détaillerai les étapes dès que j’ai un peu de temps. je ne rentre pas dans le détail du différentiel que l’on aura US/Europe.

ceci est pour avoir une ligne directrice, une vue macro pour privilégier certains investissements qui demanderont ensuite un ajustement de timing comme toujours.

  • court terme : 1 an : Zig zag au grès du covid, stats éco mauvaises. 1 mois de flottement encore je dirai. Puis réouverture , amélioration des stats eco, baisse du chômage, inflation MP temporaire liée à un deficit d’offre goulot d’étranglement.
  • Moyen terme 2021-2022 : recovery, forte croissance éco. amélioration des stats, revenus des entreprises, baisse du chômage. la FED reste cohérente et garde les taux court bas, intervient si les taux longs s’échappent au-delà des 2-2,5%. Laisse l’inflation temporaire filer au-dessus des 3% si jamais. On jouera là ce qui a déjà débuté, la rotation sectorielle.
  • Long terme : 2023 – 2030 : croissance devient normalisée, l’inflation aussi tout en restant autour des 2% puis certainement plus forte vers la fin de la décennie pour cause de (dépopulation mais aussi moindre offre mondiale de producteurs car concentration mais plus de consommateurs mondiaux, déglobalisation, soutien moindre mais toujours présent des banques centrales, volonté de garder une inflation forte pour éviter le risque de liquidité du refinancement, winner wins all sur la tech us, les gros acteurs deviennent monopoles, moindre compétition = hausse des prix, politiquement volonté de faire du social et de réduire le gap des inégalités en augmentant les bas salaires, , on maintien les taux bas. 1 ou 2 relèvements max sur 2023. ce qui fait que les taux réels font qu’il n’y a pas d’intérêt à être investi sur l’obligataire. Comme cet argent a pour but d’être une protection à moindre risque, il va se déverser sur les actifs réels. Immo – valeurs value avec actifs tangibles et rendement réel positif vs inflation.
  • Le marché devrait donc continuer d’être poussé par à la fois les millenials et les baby boomers qui conservent leurs placements et immobilier puis vers la fin de la décennie les baby boomers seront vendeurs nets d’actions et de propriétés immobilières qui nécessiteront des travaux mais seront bien placés. La question sera de savoir si ces biens seront vendus et créeront donc un surplus d’offre ou s’ils seront donnés en héritage tout comme le portefeuille actions qui devrait basculer vers du moins risqué et donc l’avènement de l’obligataire à nouveau. Enfin, vers cette fin de décennie les investissements seniors devraient connaitre un déficit d’offre par rapport à la demande.

Le gros morceau de ces prochaines décennies c’est certainement la déglobalisation. Alors bien entendu, on ne parle pas de l’arrêt du commerce international. Mais de petites mouvements de déglobalisation représentent aujourd’hui des montants colossaux à prendre en compte dans nos investissements.

Bien sûr c’est inflationniste. Car cela coûte plus cher de produire chez nous ce qui était produit à bas coûts ailleurs. Mais là encore il ne s’agit pas quand on parle de déglobalisation de croire que l’on remet les compteurs à zéro et on produit tout in house. Non. Ce sera aux yeux de la mondialisation l’arbre qui cache la forêt mais pour certaines entreprises et pays , un impact majeur à venir.

On voit de plus en plus des entreprises rapatrier leurs production. Et donc cela augmente leurs coûts et les entreprises qui font cela ont une marge importante ce qui prouve qu’elles peuvent répercuter le prix final au consommateur. inflationniste donc mais certainement à la marge par ailleurs car on réduit aussi la complexité des chaines et de livraison parfois permettant de fonctionner un peu plus encore à flux tendus.

un autre sujet sera, qu’il faudra bien trouver des travailleurs. Si on rapatrie des besoins d’emplois dans une économie vieillissante qui les perds. Cela peut faire une pression inflationniste sur les salaires et relancer l’éternel débat sur l’immigration pour aller chercher cette main d’oeuvre

au jour le jour on a l’impression que rien ne change. mais si on regarde sur les 10 dernières années, c’est un changement que l’on voit s’opérer depuis la crise de 2008 et qui ne fera que s’accélérer de manière imperceptible si on ne regarde qu’année après année.

Et pour paraphraser Manuel, on rentre dans une période très intéressante, où on semble vouloir s’en prendre à la force des US, la force du dollar sans se rendre compte que la force militaire navale des US est ce qui a permis aux US par un jeu d’alliances d’assoir leur position dominante et de ce fait de nous faire vivre dans une aberration de l’histoire; Une période prospère et sans conflits majeurs depuis 70 ans. Mais guerre des monnaies, remise en question de la suprématie navale Us, enjeu des drones peu chers qui remettent en cause les énormes alliances et contrats d’armements liés aux US, protectionnisme des nations occidentales peuvent rabattre les cartes dans un monde ou les ressources minières et agro alimentaire seront l’enjeu.

Alors je suis un éternel optimiste donc je ne crois pas trop à cela à court terme à l’échelle de l’histoire humaine mais clairement le monde change, il change vite mais ces changements dont on parle se déroulent sur des décennies. Ce qui devient plus clair surtout avec le covid, c’est que le monde de demain que l’on aurait pu croire tri partite , avec l’Europe, devient Bi avec la Chine, l’Europe étant de plus en plus reléguée à un second plan;

Cette petite déglobalisation aux conséquences importantes à l’échelle d’un pays tendra vers plus de régionalisation des sous ensembles.

Le sujet est ici intéressant pour penser qui va profiter de cela sur le continent américain, Asie et en Europe ?

En Europe, je crois aux pays de l’Europe de l’est, il y aura un enjeu aussi avec l’Ukraine. Et aux US, je crois au Mexique. En Asie, le Vietnam, la Thaïlande, les Philippe, l’Indonésie reviennent bien sûr mais pour le Vietnam cela se jouera aussi à la volonté de La Chine qui n’a pas une mémoire courte et un passé peace avec le pays.

La croissance c’est le nombre de travailler multiplié par leur productivité.

L’invention des antibiotiques en 1928 et la compréhension des bactéries et du besoin de se laver les mains il n’y a pas si longtemps que cela ont permis une hausse exponentielle de la population mondiale ces 100 dernières années ainsi que le doublement de la durée de vie moyenne qui n’était encore en 1940 que de 40 ans.

Quand on vit plus longtemps en meilleure santé dans un monde apaisé, cela donne plus de temps pour faire plus d’enfants. On dit aujourd’hui qu’il faut une natalité de 2,2 enfants par felle pour assurer le renouvèlement de la population. La logique mathématique voudrait que ce soit 2 mais les 0,2 prennent en compte qu’il naît plus d’hommes que de femmes et surtout de la mortalité féminine avant d’arriver en âge de procréer. Il y’a 150 ans, du fait de la mortalité et de la durée de vie inférieure, le renouvèlement de population nécessitait plus de 4 enfants par femme.

Le monde est passé d’un milliards de travailleurs en 1900 à plus de 5 milliards aujourd’hui.

Mais ce que nous avons vécu ces 100 dernières années est-il reproductible sur les 100 prochaines ? La courte réponse est non.

La croissance de la population mondiale continuera de se faire sur les 50 prochaines années mais à une vitesse moindre pour atteindre un pic entre 2050 et 2080. La population mondiale grandira surtout car on vivra plus longtemps  plus que par la natalité qui elle s’étiole.

La productivité est aussi un gros facteur. Si la technologie va continuer de croître, le pic de révolution industriel et techno est certainement derrière nous. Si nous vivrons encore des découvertes d’efficience, il y’a fort à parier que l’impact sera moindre que celui des moteurs thermiques grâce au pétrole.

Le monde d’aujourd’hui a besoin de croissance pour payer l’endettement des 50 dernières années. Or s’il reste encore quelques décennies, la démographie risque d’assurer un réveil difficile.

Voilà pourquoi la démographie est une puissante force déflationniste et sera l’enjeu du monde ces prochaines années

.

On voit que la Chine st déjà en train de changer sa politique de l’enfant unique pour permettre jusqu’à 3 enfants par couple.

Si la démographie sera un enjeu post 2050 qui se prépare dès maintenant. on voit la Chine relance une politique de 3 enfants par couple et le sujet de l’immigration tabou revenir par la force des choses sur la table en occident. En attendant, les pays émergent voient croître frénétiquement la classe moyenne qui a envie de consommer à l’occidentale.

Mais on voit également dans des pays comme la Chine croître le gap des inégalités ce qui poussera aussi le pays à devoir faire du social pour maintenir la paix sociale. Globalement ces problématiques on le voit, occidentales depuis quelques années, furent renforcées par le covid et seront également un enjeu de taille pour la Chine ces prochaines années. Si bien qu’elle est déjà en train de réfléchir à calmer le jeu, en réduisant l’accès au crédit et calmant les spéculations. Ce qui devrait être à court terme un vent contraire pour la croissance, mais la Chine semble vouloir éviter la surchauffe court terme pour gérer la tendance long terme.

Plus de gens dans la classe moyenne, cela veut dire plus de consommation énergétique, plus de consommation de luxe, de produits financier set donc plus de flux dans les bourses et autres actifs.

La richesse des foyers devrait croître de 8% par an sur les 5 prochaines années. Elle représentera 350 millions de personnes soit plus que la population totale des US. Mais il faudra gérer le niveau d’endettement et la paix sociale alors que 1% de la population détient 30% des richesses.

Les Chinois épargnent énormément, ce qui est aussi un gage de stabilité et de sécurité quant à la dette.

Vous le savez je crois bcp à l’offre/demande pour expliquer les mouvements des marchés. L’arrivée de cette classe moyenne non seulement en Chine mais plus généralement dans les pays émergents représentera beaucoup d’argent qui devra s’investir.

amicalement

Julien


Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

About the Author Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

follow me on:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
>