Analyse tendance cac 40 séance 22 avril 2013

Vous voulez débuter sans tomber dans les pièges? progresser rapidement? Vous en avez marre de reperdre tous vos gains durement gagnés en un instant? Vous voulez enfin gagner régulièrement et sans stress ? Alors laissez-moi vous apprendre tout ce qu'il vous faut savoir pour enfin franchir un cap dans votre trading et ne plus jamais être le même investisseur. Cliquez-ici pour en savoir plus maintenant

Nous voilà donc avec un intéressant rebond. Mais comme vous avez pu le constater celui-ci n’a su pour le moment s’extirper des 3660 points. En ce sens, il convient donc de prendre ce rebond avec des pincettes car il ne demeure à ce stade, qu’un rebond technique. La clôture US sera donc intéressante à observer ce soir. Pour lundi, le cac 40 aura quelque chose d’intéressant à nous démontrer dans sa capacité à pouvoir sortir par le haut des 3660-3670 soit une cassure haussière du biseau descendant exposé. Cela aurait pour incidence de relancer le courant acheteur vers les 3720 points. Mais délicat d’anticiper, alors il convient de garder en tête le contre scénario qui serait un nouveau test de l’oblique support du biseau à savoir les 3570 points. Ce test des 3572 s’il devait advenir serait le dernier avant un rebond franc et massif, car sur ces 3572 points on retrouve bon nombre de supports en journalier et hebdomadaire. Je doute donc que le marché le fasse céder (3572) sans un rebond intéressant. Mais ce rebond intéressant, est peut être né ce jour. Et cela c’est la séance de lundi qui nous le confirmera ou pas…

Rebond technique haussier en cours au-dessus des 3636 points, objectif 3660-3670. Le passage des 3670 donnerait un signal acheteur vers 3690-3720 points. A contrario, sous 3636 le risque d’un retour 3572 serait omniprésent.

Vous voulez débuter sans tomber dans les pièges? progresser rapidement? Vous en avez marre de reperdre tous vos gains durement gagnés en un instant? Vous voulez enfin gagner régulièrement et sans stress ? Alors laissez-moi vous apprendre tout ce qu'il vous faut savoir pour enfin franchir un cap dans votre trading et ne plus jamais être le même investisseur. Cliquez-ici pour en savoir plus maintenant

signature

Julien Flot est Trader pour compte propre et consultant depuis 2006. Il dispense des formations en bourse et des conseils avisés pour aider les investisseurs sérieux à mieux investir en bourse et surtout acheter des actions au bon moment à moindre risque.

A propos de Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus

Partagez votre opinion:

Julien Flot says 20 avril 2013

désolé Paco, je ne saurais expliquer pourquoi
essayes sous firefox ou chrome

Reply
Paco says 20 avril 2013

“Marche pô” !
Que chacun regarde son graph’ en Hebdo !

Reply
Paco says 20 avril 2013

Essai 3

Reply
Paco says 20 avril 2013

Essai 2

Reply
Paco says 20 avril 2013

Essai

Reply
Julien Flot says 19 avril 2013

C’est un voisin inespéré pour le premier consommateur mondial de matières premières. A 80 kilomètres au nord de sa frontière, la Chine verra entrer en production cet été le plus grand gisement au monde de cuivre et d’or jusque-là inexploité. Située dans le sud du désert de Gobi, la mine d’Oyu Tolgoi est devenue le symbole de l’immense potentiel minier de la Mongolie. Et une vitrine pour attirer les investisseurs étrangers du monde entier. Car le sous-sol du pays -où la densité de population est la plus basse de la planète -regorge également de charbon, de terres rares (des métaux essentiels à de nombreuses industries) ou encore d’uranium : les spécialistes estiment qu’après dix ans d’exploration, la Mongolie possédera les deuxièmes plus grandes réserves au monde du minerai destiné à l’énergie nucléaire. Au total, ces richesses naturelles ont été estimées à 1.300 milliards de dollars. A titre de comparaison, en 2010, le PIB mongol s’élevait à 6,2 milliards de dollars.
4% de la production mondiale de cuivre
D’ici cinq ans, Oyu Tolgoi fonctionnera à plein régime. Ce sera le premier contributeur à l’économie mongole : la mine géante représentera environ un tiers du PIB du pays d’ici 2020. Chaque année, 545.000 tonnes de cuivre en sortiront, c’est à dire 4% de la production mondiale, et 650.000 onces d’or. C’est l’investissement étranger le plus important jamais réalisé dans le pays. Le géant minier australien Rio Tinto en détient aujourd’hui 66%, le reste étant contrôlé par l’Etat. Plus de six milliards et demi de dollars ont été nécessaires pour la mine à ciel ouvert. La deuxième phase du projet dépassera 5 milliards, consacrés à creuser la mine souterraine et ses 250 kilomètres de tunnels.
Mais depuis le début de l’année, les tensions sont vives entre les deux actionnaires. Le gouvernement déplore les dépassements de coûts. Trois réunions de crise ont été tenues en quatre mois. En février, le président mongol avait estimé que le pays devait prendre davantage le contrôle du projet. Rio Tinto avait immédiatement réagi en menaçant d’interrompre pour un temps la construction. Les discussions se poursuivent. « Des progrès constructifs ont été faits » a assuré jeudi Cameron McRae, le PDG d’Oyu Tolgoi LLC, la co-entreprise qui gère le site. La Mongolie a lancé un audit des opérations. « Le gouvernement sait qu’il doit faire attention à la façon dont il gère le problème. Il pourrait envoyer le mauvais signal au mauvais moment… et dissuader les intérêts étrangers à venir dans un secteur qui ne peut pas exister sans le capital et l’expertise apportés par les grandes entreprises occidentales », souligne Svetoslav Varadzhakov, vice-président de Collabrium Capital et « research fellow » à l’Université de Cambridge. « Je pense toutefois que le différend sera bientôt résolu, avant l’élection présidentielle de juin. Un scénario gagnant-gagnant est possible », poursuit-il.
Premier fournisseur de charbon de la Chine
Beaucoup d’autres projets sont en cours à travers tout le pays, qui impliquent des entreprises australiennes, canadiennes, russes, chinoises et sud-coréennes. Le groupe de nucléaire français Areva est présent depuis une quinzaine d’années dans l’exploration en Mongolie, où il déjà investi plus de 100 millions de dollars.
A quelque 150 kilomètres d’Oyu Tolgoi se trouve Tavan Tolgoi, le bassin de charbon encore inexploité probablement le plus vaste au monde (il contiendrait 6 milliards de tonnes). Depuis 2011, la Mongolie est devenu le premier fournisseur de charbon de la Chine, devant l’Australie. Une aubaine pour Pékin qui économiserait 6 milliards de dollars par an en achetant son combustible en Mongolie plutôt qu’ailleurs.« Le gouvernement a identifié environ trente milliards de dollars de projets majeurs à l’horizon », a énoncé Cameron McRae. Des centrales électriques, d’autres projets miniers, des sites industriels, des usines, des réservoirs, des logements, des routes, des chemins de fer… Beaucoup reste à faire. « Nous avons le plus gros gisement de charbon thermique au monde et pourtant nous importons l’électricité de Chine », a déploré pour sa part le gouverneur de la banque centrale Naidansuren Zoljargal, cité par Bloomberg. Avec la faramineuse richesse de ses sous-sols, la Mongolie est souvent comparée au Kazakhstan ou au Qatar il y a quelques dizaines d’années. « Si l’on regarde la croissance de l’économie kazakh au cours de la dernière décennie, on peut imaginer ce qui pourrait arriver à la Mongolie », remarque Svetoslav Varadzhakov.

Reply
Ajoutez votre réponse

tout recevoir header

Ne Partez Pas Les Mains Vides

Téléchargez gratuitement mon guide pour Réussir en bourse. Vous ne le regretterez pas

You have Successfully Subscribed!

Partagez cet article

Cet article vous a plu , Partagez-le maintenant !

6 Partages