Avis FDJ : Faut-il souscrire et acheter des actions Française des Jeux en Bourse

edit: ma réponse en fin d’article avec les dernières données à jour

Beaucoup d’encre coule sur la Française des Jeux. Faut-il acheter des actions ou non. Certains plébiscitent le business anti crise et d’autre voient d’un mauvais oeil la main mise de l’Etat malgré sa baisse dans le capital du groupe avec de mauvais souvenirs en tête lors de précédentes introduction.

Vous avez été nombreux à me demander mon avis. J’ai répondu individuellement jusqu’à présent. Mais je pense, alors que l’offre ne tardera pas à être lancée et le prix connu, qu’il est important de faire une synthèse pour vous permettre de décider en connaissance de cause loin de beaucoup d’avis qui sont plus politisés que rationnels.

L’offre d’introduction se fera du 7 au 20 novembre avec première cotation le 21 novembre. L’état passera de 70 à 20% de détention du capital de la FDJ.

Si vous n’avez pas le temps de lire, voici la vidéo

La Française des Jeux en chiffres c’est quoi ?

Déjà, la force de la Française des jeux, c’est son dividende. Une sorte de rente puisque la FDJ distribue 80% de ses profits.

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’a voir une société comme IDsud qui perd de l’argent sur ses activités depuis des années, mais qui a une capitalisation importante néanmoins. En fait, l’entreprise est actionnaire à plus de 2% de la FDJ et depuis des années reçoit des dividendes qui lui permettent de financer les activités non rentables du groupe. Et la capitalisation de cette action est intimement liée à la valeur de ces 2% et quelques dans la FDJ. Et la privatisation de la FDJ, va permettre de donner une valeur de marché à ces 2% détenus. C’est dire la force d’impact d’une activité stable comme la FDj et clairement d’une valeur avec un beau rendement.

Pour résumer : La FDJ en plus d’un dividende c’est

  • 25 millions de joueurs, un peu moins de 16 milliards d’euros misés pour un peu plus de 10 milliards de gains redistribués.
  • 1,8 Milliards d’euros de CA, en croissance stable année après année d’autour 2%
  • 170 millions de bénéfices, là aussi en croissance plutôt stable sauf en 2018, en baisse de 5%
  • 80% des bénéfices reversés en dividendes. la politique du dividende n’est pas stable et dépendante du bénéfice.

Le point le plus important pour moi : Il s’agit d’une ouverture du capital, donc pas de création d’actions nouvelles. Il y aura donc 200 00 actions. Ce qui va faire la différence pour savoir si cela sera une bonne affaire c’est donc le prix. Et cela nous donnera au passage la capitalisation du groupe et la part qui reviendra au gouvernement avec la vente d’une partie de ses parts.

Mais d’ores et déjà, il y a là pour moi un point essentiel. 200 000 titres ce n’est pas beaucoup. D’autant que l’Etat va mettre en vente autour de 100 000 titres. Il y aura donc un flottant de 50% à l’introduction et rapidement on peut penser que des fonds vont acquérir le titre.

Et c’et là pour moi le point central pour savoir si cette introduction sera un succès.

Le rendement, la stabilité du business, vont attirer les fonds qui voudront également pourvoir montrer à leur clientèle en fin d’année, qu’ils détiennent de la FDJ sur leur brochure.

Et clairement, on l’a vu, le gouvernement veut faire de cette introduction, un succès populaire en proposant 2% de décote et 10% d’abondement en actions si on conserve les titres 18 mois.

En gros, on va se battre pour avoir des titres sur cette introduction. Et il y’a fort à parier que l’on ne sera servi qu’a moins de 50% voire 30% de ce que l’on demande. Si vous demandez un achat pour 10 000e, vous ne recevrez que 5000 ou 3000e.

Et donc, si on veut avoir une ligne entière, il va falloir continuer ses achats sur le marché directement. Et comme on l’a vu, le flottant ne sera pas énorme, peu de gens voudront vendre à l’introduction une valeur stable et de rendement et donc cela risque de faire continuer de monter les prix, assurant le succès.

Mais tout ne sera qu’une question de prix.

J’aime rarement participer aux introductions en bourse, car dans la logique des choses, il est dans l’intérêt de l’émetteur et de la banque qui l’accompagne, de faire coter les titres le plus cher possible pour récupérer un max. On se retrouve donc souvent à payer cher des entreprises qui devront vraiment délivrer au-delà des attentes pour que l’opération soit rentable pour l’actionnaire.

Mais ici, le gouvernement veut bien entendu récupérer de l’argent, plus de 10 ans de dividendes en un coup. Mais son but également comme il le démontre avec la loi pacte, le plan épargne retraite, sa volonté de tuer le fonds euros et de pousser les français à investir en bourse c’est de déplacer l’épargne des français vers l’investissement. Ils ne veulent donc pas se louper et veulent que cela soit un succès durable.

En cela, ils vont proposer un prix, qui va faire de l’opération à mon avis un succès, car le dossier ne sera pas cher au niveau du rendement espéré et du PER. Et cela attirera les fonds, et le petit flottant fera le reste.

Les risques

Il existe bien entendu des risques dans tout investissement.

Le risque principal, c’est que l’Etat augmente les taxes sur les jeux d’argent. Plus de 3,5 milliards en 2018. C’est peu probable que ce gouvernement augmente les taxes, car comme on l’a vu, ils veulent que ce soit un succès, ils ne vont pas risquer de faire baisser la valorisation du groupe augmentant les taxes. Par contre c’est un risque à plus long terme surtout si le gouvernement change radicalement.

L’autre risque c’est une baisse du dividende distribué par la FDJ ces prochaines années. là encore le risque est faible, car l’Etat restera actionnaire et ce dividende reste une manne financière pour lui également. l’Etat récupère également des taxes (flat tax) sur ces dividendes versés bientôt à de nombreux Français. De plus, il n’y a pas de gros investissements à prévoir qui pourraient demander de réduire le dividende versé. On est là encore sur un risque qui peut se matérialiser mais plus à long terme.

L’autre risque, c’est la perte du monopole de la FDJ et l’ouverture à la concurrence du marché en Europe. Là encore, c’est un risque à long terme plus que pour tout de suite, l’Etat cherchant à protéger ce monopole dont il tire des revenus substantiels. Mais c’est à garder en tête quand on voit l’activité des casinos en France. Certains verront également la potentielle ouverture à la concurrence comme une opportunité pour la FDJ.

Acheter FDJ les yeux fermés ? une question de valorisation

Tout va dépendre du prix. A priori, l’Etat devrait proposer un prix intéressant et donc mon avis est que l’opération sera intéressante. Par contre on risque de ne pas être complètement servi. Et donc il sera important aussi de prévoir en avance un petit pécule, pour renforcer cette position au fur et à mesure pour compléter sa ligne. Cela peut permettre aussi de voir venir et d’attendre un peu d’historique pour avoir une analyse graphique à se mettre sous la dent.

On parle d’une introduction sur la base d’une capitalisation boursière de 3 milliards d’euros. Cela ferait tourner le rendement du dividende autour des 3%. ce serait bien mais sans plus. Pour moi c’est la limite de participation. Si on capitalisation au-delà à l’introduction, je prendrai ma chance sur le marché directement pour essayer d’en toucher moins cher.

Par contre, en dessous des 3 milliards de capitalisation, on se retrouverait avec un dividende de 4-5% rapidement autour de 2,5 milliards de capitalisation. Là ce serait un gros feu vert mais forcément il y’aura aussi des fonds qui voudront en avoir. ça va se battre et il y’a fort à parier que ce sera la raison d’une hausse continue post introduction pour faire monter la capitalisation au-delà des 3 milliards, là où on aura une valorisation plus en ligne avec PER et dividende. Puis, une fois au bon niveau de valorisation c’est un titre qui sera certainement stable, en étant vu comme un titre défensif où on est là pour le dividende et non la plus value boursière.

Pour résumer, si le prix proposé donne une capitalisation de moins de 2,5 milliards, on se retrouvera avec un rendement autour de 5% et un PER de moins de 15. Donc une opération qui permet outre le dividende, d’anticiper également un gain de valeur de 30%. Et si c’est proposé à moins de 2,5% évidemment les multiples deviennent plus intéressants.

Tout est question de prix donc et voilà ce que je regarde et pourquoi je le regarde afin de prendre ma décision. Ceci vaut avis et non conseil.

Avis avec le prix connu

Bonjour – voilà vous en avez déjà parlé dans les commentaires. La nouvelle est tombée. Prix entre 16 et 19,5e en arrondissant et prenant en compte les 2% de ristourne. Ce qui nous donne un rendement entre 3 et 4% et un per autour des 18/20 (cela dépendra du prix final pour affiner, j’ai calculé à la louche ici). Une large majorité des titres pour les institutionnels (70%), on connaîtra les noms après.Donc cela ne sera pas compliqué de s’assurer un succès populaire avec peu de titres pour le public. Donc on devrait je pense courir après le papier à court terme car clairement peu de monde sera servi complètement (les petits ordres seulement) et il faudra bien compléter les lignes. Un titre qui va devenir comme une grosse obligation mais qui se paye donc au prix, L’état ne brade absolument rien. En tout cas, pas assez peu cher pour moi pour que j’y aille, j’attendrai même si à court terme comme dit je pense que cela peut courir après le papier. Néanmoins on trouve aujourd’hui des valeurs offrant d’ores et déjà des rendements élevés et surtout des perspectives de croissance des profits et de retour aux actionnaires plus intéressants. Alors c’est sûr, FDj, cela sera plus l’action pour un fond de portefeuille et ce n’est pas mon profil. Mais cela pourra tout de même convenir à des portefeuilles qui s’axent autour d’un rendement stable et d’une faible volatilité. ceci vaut avis et non conseil

amicalement

Julien


Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

A propos de l'auteur Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
>
23 Partages