Menu

Chute de la bourse: inflation et taux d’intérêts | une fausse raison

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

Il aura suffit de quelques baisses sur les marchés boursiers pour relancer la panique et beaucoup de blabla sur la hausse des salaires ( encore eux) et surtout l’inflation. Les discours autour du risque de l’hyperinflation refont surface également. Derrière la logique apparente de certains discours économiques, il y a une autre réalité que je vais essayer de vous démontrer.

Posons le problème.

La hausse des taux d’intérêts va poser un gros problème aux Etats-Unis et autre pays occidentaux qui sont massivement endettés. Pourquoi ? Car plus les taux d’intérêts montent et plus les US et autres pays occidentaux doivent emprunter de l’argent à un taux d’intérêt supérieur pour rembourser la dette contracter préalablement et ainsi de suite.

Marx avait toujours dit que le capitalisme était au final auto destructeur. Et qu’il suffisait d’attendre pour que le monde s’en rende compte et change de modèle…

Bon, on attend encore et je pense que Marx n’avait pas prévu le coup de la fin de l’étalon or et surtout que les US et le dollar deviendrait une monnaie de référence mondiale. Mais il finira par avoir raison. Mais pour cela il faudra que les peuples perdent confiance dans le système actuel. Et pour cela , il leur faudra un événement qui leur fasse réaliser que leur argent n’est rien, et ne vaut rien d’autre que le papier sur lequel il est imprimé. L’empire Romain et sa chute liée aux Barbares peut en fin de compte plutôt être liée à une dévaluation récurrente depuis Néron. C’est je pense, le meilleur exemple de ce qu’il finira par arriver…mais pour le moment, le peuple a encore foi en la monnaie fiduciaire…

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Donc en gros si les taux d’intérêts remontent trop fortement cela va empêcher les US et autres pays occidentaux de rembourser leur dette. Et on arrive donc à la conclusion qu’il y a un risque de faillite des états…rien que ça.

La logique est imparable et je n’ai rien à rajouter sur cela. Si ce n’est que depuis 2009 et les QE de la FEd on entend ces risques liés à l’hyperinflation qui arrivent, et au fait que les US feront faillite…On attend toujours. Mais on n’est pas contre reprendre une piqûre de rappel. cela permet de recycler les mêmes articles d’il y a 5-7ans. Et puis, il arrivera bien un jour, où ils finiront pas avoir raison. Mais je ne crois pas que ce jour soit encore arrivée. Voici pourquoi

Personnellement j’ai du mal à imaginer comment un état qui imprime sa propre monnaie et dont la dette est dans sa propre monnaie peut faire faillite. C’est tout bonnement impossible car il suffit d’imprimer plus de billets pour rembourser sa dette. Alors c’est certes une fuite en avant et cela ne peut que finir mal. Mais le pays ne peut faire faillite dans ces conditions.

Et la crise de la dette en Europe n’est que parce que nous n’avons pas des obligations uniques Européennes. Le jour où nous avons cela en Europe, alors pareil, Italie, Portugal et Grèce ne seront plus en risque de faire faillite.

Maintenant, je comprends, le monde aime bien voir la fin du monde un peu partout. cela fait vendre des magazines et des livres. Mais le pire n’est jamais certain. Et j’aime bien avoir un raisonnement basique tout en ayant bien conscience que je ne suis pas un économiste.

Ensuite, n’oublions pas que le dollar est quand même la monnaie de réserve mondiale. point à la ligne

Ce que je trouve assez intéressant c’est de lire pas mal d’articles américains dire que les US vont expérimenter la même crise de la dette que l’Europe. Et par rapport à ce que j’ai écris plus haut je ne crois pas que cela soit possible pour la simple est bonne raison que la dette des US est en dollars et qu’ils impriment des dollars.

Pendant la crise européenne j’avais justement dit que tous les problèmes pourraient être résolus d’un revers de la main en mettant en place des obligations européennes. Bien entendu cela ne fut pas fait et on a joué la montre politiquement ce qui nous a fait perdre 5 ans sur la reprise économique. Tout simplement car avoir des obligations européennes cela voudrait dire que France, Allemagne, doivent payer un taux d’intérêt supérieur par rapport au risque de pays tels que la Grèce, l’Italie et le Portugal voir même l’Espagne. Mais en contrepartie ces pays auraient des taux plus bas ce qui leur permettraient de se financer moins cher et donc de résorber leurs déficits plus facilement. bref, à long terme c’est gagnant pour tous car cela crée une Europe des nations qui a une vraie stabilité en imprimant des euros et ayant une dette en euros. Mais bon le jeu politique est de malheureusement penser court terme et surement que quelque chose m’échappe. Après tout, je ne suis pas prix nobel d’économie. Mais j’aime à croire que l’économie c’est avant tout logique et qu’il n’y a pas besoin d’un doctorat.

Alors toute la discussion tourne maintenant autour de l’inflation, de sa remontée voir même de l’hyperinflation.

Et comme on le sait,un peu d’inflation c’est bien, trop d’inflation beaucoup moins. Mais je vois beaucoup de personnes s’inquiéter de la remontée de l’inflation depuis 2009, mais quand je regarde les chiffres, la remontée de l’inflation est quand même mesurée.

Ensuite, parlons histoire. Même si l’inflation remonte et disons que les taux d’intérêts continuent de monter ce qui crée une pression à rembourser cette dette. Pour moi il y aura une pression mais comme dit, rien auquel les US ne pourront faire face. Et puis ce ne serait pas non plus la première fois que les US doivent faire face à un environnement inflationniste et une forte dette à rembourser.

Pour s’en convaincre il suffit de regarder les années 80-90 où les remboursements de la dette américaines étaient autour de 15% du budget total américain soit le double des niveaux actuels. Et les années 80-90 étaient aussi les années les plus productives je rappelle…

Alors que cette question de la dette et de l’inflation rende les marchés boursiers nerveux, je comprends. Mais je ne vois pas là de raisons alarmistes et suffisantes pour crier au krach et à la fin du monde.

Après tout selon l’histoire également, la dette des années 80-90 n’a pas fait faire faillite aux US et ce fût certainement l’embellie économique la plus forte du 20ème siècle.

Regardez la France, Les années 80 ont vu des niveaux de dette et d’inflation bien supérieur à ceux que nous connaissons aujourd’hui. Mitterrand avaient du appliquer des mesures spécifiques de dévaluation du franc. Mais les US qui impriment en dollars et ont une dette en dollars peuvent tout simplement ne pas faire faillite et résister bien plus qu’on le pense. Et si l’Europe devenait plus une Europe des Nations avec une BCE plus proche de la FED, et des obligations européennes alors l’Europe aussi pourrait offrir une grande stabilité face à tout regain inflationniste et d’appréciation des taux d’intérêts.

 

 

Voilà pourquoi je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter outre mesure à long terme du regain inflationniste et de l’appréciation des Taux d’intérêts. Pour sûr cela créera des zones de tension à court terme et les différents vendeurs de fin du monde ajouteront de l’huile sur le feu pour vendre plus. Mais à terme, ce risque je le pense est bien plus surfait qu’il ne l’est en réalité et cela même si les taux d’intérêts devaient encore doubler.

Note: Tous les trades sont discutés, annoncés et partagés en temps réel sur L'Académie des Graphs.

Sur le site public ici, Le portefeuille est mis à jour une fois par jour vers midi. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (de mes différents courtiers) et n'est pas pas une incitation à l'achat ni à la vente. Il s'agit de mon portefeuille dynamique donc agressif. J'ai un autre portefeuille bas de laine long terme diffusé exclusivement sur l'Académie des Graphs. Mon capital et mon horizon de placement sur chaque titre ne sont surement pas les mêmes que les vôtres. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi.

La performance annuelle inclus les gains ou moins values latentes des positions en cours. Cela inclus aussi les gains ou pertes de change sur les actions hors Euro (c'est reflété dans la perf de chaque action individuelle). Les éventuels retraits sont annoncés. La performance est donc en net.

Performance 2023: +38%; 2022: +46%; 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%...

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez mon travail. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Article intéressant. Cependant un mot revient trop souvent et me dérange lorsque l’on parle d’un État : faillite. Disons qu’il fera défaut plutôt.

  2. Article intéressant. Cependant un mot revient trop souvent et me dérange lorsque l’on parle d’un État : faillite. Disons qu’il fera défaut plutôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.