Crise : Pourquoi Le prochain Krach boursier viendra de Youtube

Ce titre peut faire sourire me direz-vous. Mais je pense que dans cet article je vais vous expliquer pourquoi avoir peur de la prochaine crise, du krach boursier vous appauvrit au final plus que de le prendre de plein fouet.

Voilà plusieurs années que j’écris sur Graphseo. Depuis quelques années les vidéos ont gagné en engouement. Et beaucoup de jeunes et moins jeunes ont pris l’habitude d’en faire leur média de référence. C’est bien car c’est clairement un vecteur de connaissances loin des grilles des programmes obligatoires des médias classiques.

Mais il y a un mais

Ce qui fait vendre depuis tous les temps, c’est la peur. Les histoires qui font peur sont celles dont on se souvient le mieux et qui donc sont les plus populaires et celles qui se répandent le plus vite et facilement. C’était déjà le cas il y a 200 ans, quand la poussière dégagée par un troupeau de brebis, suffisait à alerter la garde nationale d’une invasion anglaise. Depuis la Grèce antique, notre pensée n’a pas évoluée malgré les progrès techniques. Les schémas qui gouvernent notre peur de l’avenir sont donc les mêmes que jadis.

L’être humain est une bête émotionnelle. Et nous avons été crée pour survivre. Et pour survivre nous sommes câblés à apporter plus d’importance aux peurs.

Youtube est un média qui va vous proposer des vidéos en fonction de ce que vous regardez déjà et donc de ce que youtube pense vous intéresse.  Mais youtube va aussi vous proposer surtout des contenus qui sont populaires. La peur étant une émotion universelle, les contenus basés sur celle-ci sont par essence populaires et attirent le clic. Boucle vicieuse qui se renforce donc. Les médias connaissent bien cela et l’utilisent depuis bien longtemps.

Pour moi, il y a un risque de prophétie auto-réalisatrice.

Et je le constate depuis quelques mois avec les vidéos de crise et de krach boursier qui sont plébiscitées par la plateforme. Après c’est le serpent qui se mort la queue. Comme beaucoup s’inquiètent de la crise, beaucoup recherchent des infos sur la crise à venir, donc youtube commence à privilégier les contenus qui en parlent, donc plus de monde regarde, donc c’est encore plus privilégié et tous les youtubeurs en herbe voyant que c’est à la mode, commencent à en parler pour tenter de récupérer leur part d’audimat.

Si plus de monde regarde des vidéos de fin du monde, de crise à venir et de krach boursier. Plus de monde est peu à peu convaincu. Et donc forcément, moins de monde investit, moins de monde consomme et plus de monde se prépare au pire. En cela, si moins de monde consomme, on crée au final l’objet de nos propres peurs et un cercle vicieux.

Ok, je vais peut être chercher loin me direz-vous.

Mais de tout temps, et encore plus aujourd’hui dans le média de masse qu’est l’internet, pour pousser les gens à l’action, on leur fait peur.

C’est pour cela que les sujets de crise, krach boursier et fin du monde sont renforcés par les algorithmes comme étant des sujets à la mode et faisant réagir.

J’ai moi même cédé.

J’ai commencé à inclure Crise et krach boursier dans mes titres mais plus pour parler de bon sens, de pragmatisme et des raisons de prendre en compte les risques mais surtout les opportunités des déficiences de marché.

Si je regarde mes vidéos, dès que je mets krach boursier ou crise, mes vidéos font plus de vues mais aussi plus de dislikes et de commentaires négatifs. Dès que les gens se rendent compte que je ne leur donne pas leur piqûre quotidienne de fin du monde, ils ne sont pas satisfait. Ce qui prouve que les gens sont attirés par ce qui fait peur et au final finissent même par souhaiter que cela arrive, dans un biais psychologique de confirmation qui fait que l’on ne croit et l’on ne fait plus attention qu’aux informations qui partagent et vont dans le sens de notre point de vue. On renforce alors ce point de vue en biaisant notre esprit en pensant que tout le monde pense pareil et que donc c’est vrai.

Malheureusement, les vidéos où je parle du Krach boursier, de la crise font bien plus de vues que mes vidéos d’analyses et de conseils pour mieux investir. Alors que je trouve que ce sont dans ces vidéos moins vues que se trouvent les meilleurs conseils, vraiment utiles à chaque investisseur. Pour autant, sans céder à la vague d’utilisation de la peur, comment faire en sorte que les gens réalisent qu’il y’a une autre façon de voir les choses, qui à long terme leur rapportera bien plus que de tout voir en noir continuellement et être des perma bear comme on dit ?

C’est là où le média de masse arrive à transformer des histoires, des interprétations et des opinions en faits.

La plus grande erreur est que les gens se focalisent alors sur le risque, la peur et les dangers mais deviennent passifs.

Souvent, les gens répondent à mes vidéos ou articles en me demandant comment je peux être optimiste alors que les états sont endettés massivement, les entreprises encore plus, les banques centrales impriment tant de billets que l’hyperinflation n’est qu’une question de temps. Que la fin du dollar arrive, la faillite des états et la prochaine guerre.

J’entends et je vois tout cela. Je comprends ces risques. Mais cela ne m’empêche pas de voir dans tout risque une opportunité.

Je suis pas là pour vous prédire la prochaine crise pour ensuite aller fanfaronner d’avoir eu raison sur les plateaux tv et devenir le prochain gourou. Alors que tout le monde sera passé à côté du fait que si ces gourous investissaient vraiment leur argent sur ce qu’ils pensent, alors ils seraient majoritairement ruinés. Car encore une fois, on oublie le timing. Et le timing fait tout en investissement.

Je ne suis pas stupide, je vois en effet tous ces risques autour de nous. Mais ces risques ne sont pas nouveaux. Le monde a toujours connu des risques et continuera d’en connaître. La vérité c’est que la majorité ne se réalisent pas ou alors mettent très longtemps à se réaliser. Et pendant ce temps, des opportunités se forment, que les esprits biaisés et non pragmatiques sont frustrés de ne pas saisir à posteriori renforçant leur idée que les dès sont pipés pour éviter de se responsabiliser et de voir la vérité en face. Ils se sont eux même laissés pipés par une façon unique de voir le monde : celle bercée par la peur.

Depuis que j’investis en bourse, il y a toujours eu un risque.

De tout temps, il y a toujours eu une bonne raison de s’inquiéter de l’avenir. Mais mis à peur vendre des journaux ou des formations pour cacher votre or au fond du jardin et acheter 3 boîtes de conserve, la majorité ont loupé l’un des plus importants marché boursier haussier de l’histoire.

Vous allez me dire. Mais c’est artificiel et cela ne durera pas. Soit, mais c’est encore une hypothèse sans timing. Et sans timing vous ne perdez peut être pas d’argent en bourse, mais vous perdez l’opportunité d’en faire.

La peur c’est facile à vendre.

L’optimisme c’est là que c’est plus difficile. Tout est une question de calculer le ratio gain risque. En tant qu’investisseur on ne cherche pas à omettre les risques en mettant nos lunettes roses et en priant que tout ira pour le mieux. Non, le but est d’intégrer les risques, d’intégrer les probabilités et de réfléchir à quelles sont les opportunités aujourd’hui qui peuvent me permettre de profiter avec le bon timing du fait que la fin du monde n’est pas pour demain tout en me donnant une protection si jamais c’était le cas.

Regardez le nombre de gourous, économistes en tout genre, qui ont annoncé l’hyperinflation depuis 2009 et le fait qu’il fallait tout investir dans l’or. Je vous laisse comparer la performance de l’or contre les actions. Et en plus avec l’or, pas de dividendes.

La bourse est et sera irrationnelle.

Il y aura des récession et des crises. Mais en tout temps, il y a surtout de bonnes entreprises, avec des brevets, des usines, des actifs et des avantages compétitifs. Des entreprises qui grâce et non à cause de l’irrationalité des gens, sont vendues sur les marchés par moment à des niveaux bien inférieurs à leur valeur réelle. C’est ce que l’on nomme une bonne affaire.

Mais c’est bonnes affaires, c’est comme les soldes.

Malheureusement en bourse, quand c’est les soldes, c’est le seul endroit de la terre où les gens ont peur et ne se ruent pas sur les bonnes affaires.

Le boulot d’un investisseur n’est pas de s’inquiéter de demain et de se cacher dans une cave en attendant que cela arrive. Le boulot d’un investisseur est de voir le risque, de l’évaluer et de se demander comment en profiter.

Depuis des années on vous dit que le chômage est haut et que l’économie va mal. Du coup les taux sont maintenus bas. Et c’est vrai, ce n’est pas réjouissant. Pour autant, ces taux bas, furent une opportunité pour acheter à crédit des biens immobiliers ou des SCPI qui aujourd’hui se sont fortement appréciés. Alors bulle ou pas bulle, là n’est pas la question. La question est que à tout moment noir avec un pic de pessimisme, il faut vous demander s’il n’y a pas une opportunité là d’en tirer profit.

C’est un état d’esprit

Nous aurons une crise à l’avenir. c’est certain. Mais je ne suis pas là pour deviner quand et pourquoi et encore moins les conséquences.

Je suis là, pour analyser le risque, analyser les business et leurs valeurs. Et identifier des moments où le marché m’offre une opportunité que tout le monde a trop peur de prendre.

Je ne suis pas au pays des bisounours. Je ne décide pas d’être positif pour être positif. Je décide de ne pas réfléchir avec une seule perspective, celle de la peur.

Il y a toujours un marché haussier quelque part. C’est pourquoi vous m’avez vu certes être acheteur d’actions ces derniers mois mais aussi me couvrir avec l’achat de minières et ainsi m’exposer également à la remontée des matières premières à cause de tous les risques cités plus haut.

Le plus important est de ne pas perdre d’argent. Mais de se donner les moyens de saisir les opportunités tout en limitant le risque au strict minimum.

Si demain l’inflation repart à cause de la planche à billets, alors j’achèterai encore plus de minières pour me couvrir. Et si le populisme arrive au pouvoir et les mesures de protectionnisme adviennent alors je me tournerai vers la nourriture car il faudra bien manger même dans une économie chancelante. A chaque problème sa solution.

Comme disait Jean-Claude Van Damme, l’important est de rester actif – AWARE

Soyez au courant des risques. Mais soyez persuadé que le pire n’est jamais certain. Et demandez-vous si le pire n’est pas certain alors comment profiter de la situation actuelle. En prenant des risques certes, mais des risques mesurés.

Ne décidez pas de voir le verre à moitié plein ou vide. Décidez de voir le verre dans son ensemble sans à priori, sans certitude. En vous laissant porter par le seul raisonnement intellectuel qui vaille. Celui de suivre le bon sens, ce que vous connaissez alliés à ce que vous disent les entreprises dans leurs résultats.

Ne soyez ni pessimiste, ni optimiste mais un investisseur pragmatique. A la fin, c’est le seul qui survit.


Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

A propos de l'auteur Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
  • Thibaut dit :

    Merci Julien d’étaler un peu de bon sens… Même si, le bon sens rentre par un oeil et ressort par l’autre… On ne refera pas la nature humaine et c’est encore une fois une question d’état d’esprit… Positivisme vs pessimisme !

    • Julien Flot dit :

      Très juste – on ne refera pas la nature humaine. Et c’est un travail de longue haleine que de se sortir de ce schéma

  • >