Investir dans les engrais : l’enjeu de la crise alimentaire et de l’énergie

Quand tout le monde parle et a peur de l’inflation, le premier usual suspect c’est le prix de l’énergie et donc le pétrole, le gaz naturel, le charbon. Mais au-delà de la hausse des prix de l’énergie on oublie souvent que le monde est très inter connecté et que cela aura des répercussions sur les prix à la production et donc les prix finaux de nombreux biens et services.

Si bien que des questions se posent notamment sur les prix alimentaires in fine car les hydrocarbures aident à produire notamment des engrais. Et la hausse de l’énergie pousse l’industrie à la hausse de ses prix mais aussi à une pénurie du fait d’usines mises à l’arrêt faute de rentabilité, top chère à opérer avec la hausse des prix de l’énergie.

C’est un sujet dont on a pu déjà discuter mais je n’avais pas eu le temps encore de faire une liste plus détaillée bien qu’on a pu voir certains titres plus en vrac et plusieurs d’entres vous ont partagé déjà sur le sujeque l’on avait abordé déjà il y’a une bonne année..

Dans le monde des pénuries : on parle donc des Fertilisants potash engrais

un graph pour résumer les interactions entre pénuries et hausse des prix des matières premières, causant pénuries et hausse d’autres matières premières et en l’occurrence là on touche à l’agriculture

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

j’avais fait une liste déjà assez large ici y’a un an : https://membres.graphseobourse.fr/forums/topic/investir-dans-le-sucre/#post-22036

Mais voici quelques rappels

Souhaitez-vous recevoir un email pour être averti dès la publication de mes nouvelles positions? Alors Cliquez-ici

L’idée ici est juste de se rendre compte à quel point notre monde est interdépendant des hydrocarbures et comme on avait pu déjà en discuter, cela ne se change pas en un claquement de doigt. Sauf que l’on a déjà désinvesti depuis des années et le covid démontre avec le choc de demande la problématique à terme.

Comme on l’a vu également, la transition écologique vient avec des investissements nécessaires équivalents à ceux d’une reconstruction post seconde guerre mondiale. Ainsi une inflation des coûts dans la chaîne se fait et se fera. on y gagne une moindre pollution à la condition que tout le monde soit prêt à payer plus cher ses produits…on peut largement débattre mais ce n’est pas le sujet ici

L’idée c’est que la transition écologique qu’on le veuille ou non est et sera créatrice d’une inflation des prix de l’énergie.

N’oublions donc pas qu’aujourd’hui la majorité des fertilisants utilisés pour nourrir la planète à moindre coûts sont polluants et pour la majorité produits grâce aux hydrocarbures.

Et ils sont indispensables.

Les entreprises les produisant ont donc un pricing power fort.

Au-delà des pénuries actuelles, cette partie de l’industrie va devoir s’adapter également.

Actuellement la hausse des prix de l’énergie fait que certaines productions de fertilisants doivent fermer  sinon elles produisent à pertes. Certes des hausses de prix sont passées mais ce n’est pas assez par rapport à une hausse des prix de l’énergie qui furent rapides et exponentiels.

Les pays commencent donc à limiter leurs exports pour être capables de faire du stock pour satisfaire leur demande locale.

n’oublions pas les gros producteurs de fertilisants et Potash : Russie, Chine, et Biélorussie contre qui l’Europe émet des sanctions pour la crise des migrants sont autant de points de tension dans la chaîne.

Pour le long terme, n’oublions pas que d’ici 2050 il faudra produire 2 fois plus de nourriture qu’aujourd’hui alors que nous serons 4 milliards d’humains de plus, certes la démographie baissera en occident mais pas dans les pays en développement. Est-ce qu’on peut encore nommer l’Inde, le Brésil, l’Indonésie, La Chine pays émergents ? Ils sont déjà émergés à mon sens et ne feront que se renforcer.

Et tout cela dans un monde qui a désinvesti dans les ressources hydrocarbures qui permettent aujourd’hui de produire la majorité des fertilisants.

On a donc une période de transition qui comme pour les autres matières premières : cuivre, palladium, pétrole, gaz naturel, lithium,  va mettre la pression sur les capacités d’offre. Et donc la variable d’ajustement seront les prix .

Sauf que là on parle d’une chose plus importante dans la pyramide de Maslow niveau paix sociale : le prix de la nourriture.

Dans l’industrie il faut séparer le monde en deux catégories.

La potash qui est un marché  ou 4 acteurs se partagent 70% du marché. Et le phosphate ou là les plus grands acteurs n’ont que 25% du marché. Pour le Nitrogen , les 3 plus gros acteurs représentent 10% de la production mondiale. Il faut également prendre en compte le rôle important de la Chine et de la Russie qui sont de gros producteurs.

Rien de bien neuf depuis un an et la première fois où nous avions parlé de cela avec la hausse des matières premières agricoles mais cela fait partie des tendances qui pourraient durer à long terme

Quelques boîtes déjà dans la watch list Agri que j’aime suivre

Bioceres : acteur de solutions techniques et de protection des champs

Intrepid potash : prêt pour la suite avec une production déjà très eco friendly et engrais naturels. Plus gros acteur aux US

K+S  : SDF : un gros acteur également dont on a pu parler déjà en recovery. Très axé Europe et US donc avec exposition limitée à l’Asie

CF industries : Plutôt axé sur Nitrogen et nitrates et est en entrain d’aller vers plus de production « verte »

Et les gros poissons :

Mosaic company : leader sur le phosphate et le potash

Nutrien : Un autre leader bien connu

Phosagro si on veut une société Russe leader et pas chère donc comme souvent avec les sociétés Russes.

Un autre producteur Européen en sus de K+S est Yara International  très tourné vers le Brésil et l’éco friendly.

amicalement

Julien

About the Author Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

follow me on:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
>