Le Krach Obligataire expliqué (et bien plus encore)

Le krach obligataire est annoncé depuis la nuit des temps par les gourous. Mais il n’arrive pas. Cependant avec l’inflation, la montée des taux, la baisse du prix des obligations fait peur. Pour autant s’agit -il d’un krach obligataire, faut-il le redouter, et quelle sera la prochaine étape ?

On parle beaucoup hausse des taux. Mais le taux a 10 ans US est à 2,5% et en Europe on repasse positif mais on est à moins de 1%. Quand on pense à une inflation à 7-8% aux US et à 4-5% En Europe. On comprend bien les taux réels négatifs. Surtout comme je le dis souvent le marché peut s’adapter à tout même au pire. il déteste l’incertitude, et l’incertitude provient de la volatilité ou l’inverse en mode qui de la poule ou de  l’œuf.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que ce ne sont pas vraiment la hausse des taux qui est important, mais surtout le fait que cette hausse se fait rapidement et fortement si on relativise sur le fait que 2% ce n’est pas élevé mais que quand on vient de moins de 1% il y’a encore quelques mois sur les taux courts, cela fait en % une différence.

Du coup le prix des obligations se casse la figure. Beaucoup parlent de krach obligataire. Mais il faut tordre le coup à quelques idées.

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

1 – Les banques centrales, banques et fonds restent acheteuses et supportent le marché obligataire pour des raisons avant tout d’obligation et pour les fonds de diversifications réglementaires.

2 – Les actions et les obligations se battent pour le capital. Si les flux désertent les obligations, il vient s’investir en bourse, essentiellement sur des actions à dividendes, défensives. Mais pas si vite, il n’y a pas non plus une désertion des obligations pour le motif 1

3- Quand le consensus parle de krach, c’est probablement qu’on est plus proche de la fi que du début. Certes le conflit en Ukraine , le covid repoussent à jamais la transition de l’inflation mais ce n’est qu’ne question de temps pour qu’un pic d’inflation se forme. Certes l’inflation restera forte mais on aura pour 2023 certainement le début d’une désinflation (l’inflation baisse mais reste forte).

4 – la courbe des taux s’inverse donc il est clair que même si la FED promet d’augmenter les taux rapidement et fortement, on reste sur du 3% à horizon 2023 et probablement bcp de grande bouche pour des raisons de pression politiques pour les mid termes de novembre 2022. La FED tout comme les autres banques centrales occidentales n’ont pas vraiment une grosse marge de manœuvre avant d’inverser la courbe et de pousser ‘l’économie en récession. Ainsi, il y’a fort à parier que le calendrier est donné pour le marché, pour des raisons politiques mais ne sera pas mené au bout, car dépasser els 2-2,5% sur els taux de la FED c’est dire bonjour à la récession. Donc, le prix des obligations peut encore souffrir surtout en intégrant qu’avant de ne plus avoir de marge  de manœuvre, la FED voudra prouver qu’elle réagit fortement (peut être trop).

Interest Rate Hikes Asset Class Returns

Souhaitez-vous recevoir un email pour être averti dès la publication de mes nouvelles positions? Alors Cliquez-ici

5- sensiblement comme le 1, mais qui est très important. C’est que même si le prix des obligations baisse, cela reste un moyen de diversifier. Donc le krach se limite de lui même du fait qu’il y’a une demande de part des obligations, de l’interventionnisme et donc des besoins de diversification. Surtout quand l’inflation et une possible récession font eux même peur sur les actions. La protection, le hedge est une demande pour des obligations même qui sont en taux réels négatifs car on réduit la volatilité de performance du portefeuille.

6 – On parle du prix des obligations mais on oublie trop souvent que l’on obtient un coupon et il faut le prendre en compte dans la performance qu’une obligation retourne. Pas seulement son prix donc. Il faut prendre en compte également que ceux qui investissent en obligataire le font pour le long terme. Il ne faut pas se noyer dans les mouvements sur quelques mois. Si vous conservez vos obligations jusqu’a leur maturité, n’oublions pas que vous touchez le coupon sur cette période et que le prix de l’obligation vous est remboursé. donc c’est une question d’horizon et encore une fois , on comprend que même si les prix baissent , on a pas forcément un krach dans le sens, que beaucoup conserveront ces obligations avec une vue long terme, de diversification, et de maintien d’une pondération et d’allocation de risque.

La vidéo Krach obligataire expliqué

et le podcast

amicalement

Julien

Merci de faire tourner et partager cet article
Image par défaut
Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse.
Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Laisser un commentaire