Menu

L’investissement en tendance est-il en train de mourir de sa belle mort ? par K2r

Après mes lectures, citées dans l’article sur la psychologie dans le monde de la Bourse, on peut se poser la question…

Vous connaissez tous Stan WEINSTEIN, très connu depuis les années 80 après avoir écrit un livre qui a popularisé l’analyse technique. Il surveillait les titres en graphiques hebdomadaires et se servait comme un indicateur des volumes et des lignes de résistance/support ainsi que de la moyenne mobile à 30 semaines. Il a théorisé une évolution long terme du marché ACTIONS en quatre phases ; la première dite de fondation ou d’accumulation (assèchement du marché de titres concernant une société en les achetant régulièrement au plus bas) qui a souvent une forme de soucoupe. Elle fait suite à une phase dite numéro IV qui était baissière. Le passage de la phase IV à la phase I se faisait par une augmentation des volumes. Les deux autres phases sont la phase haussière dite numéro de II suivie de la phase III en plateau dite de distribution. Le passage de la phase I à la phase II se fait aussi par augmentation des volumes. La quantification était la suivante ; au moins 50 % d’augmentation en moyenne hebdomadaire de volume par rapport à la moyenne des quatre semaines précédentes.

Son signal d’achat long terme était la rupture d’une résistance horizontale ou la moyenne mobile à 30 semaine et donc traversée à la hausse, dans un contexte de volumes augmentés comme expliqué au dessus.

Son signal de confirmation était un rebond du cours sur la moyenne mobile à 30 semaines qui étaient devenue haussière entre-temps.

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

C’était un investissement dit en tendance et qui avait besoin que le marché représenté par les indices soient en tendance haussière. Par contre l’indice sectoriel n’avait pas forcement besoin d’être haussier.

Il conseillait bien entendu de mettre un stop lors de l’investissement et de le faire remonter petit à petit en fonction de l’évolution haussière des titres.

C’était le bon temps de l’économie non mondialisé, avec des cycles économiques longs et une volatilité différente à l’heure actuelle.

Sur le plan structurel les marchés ont changé et donc la manière d’investir aussi. La volatilité long terme moyen terme et court terme a augmenté, nous faisant prendre le risque de nous faire sortir du marché lors d’un accès de volatilité quelle que soit l’unité de l’unité de temps de travail choisie. Il est temps de se demander s’il faut toujours investir en tendance ou se rendre compte qu’il faut investir en range, profiter d’une phase haussière pour prendre la moitié de ses profits et laisser courir le reste. Si la tendance haussière se confirme dans notre unité de temps, on pyramide ses gains en réinvestissant lors d’un nouveau signal de reprise haussière. Et comme dit Julien s’il y a contamination, on peut laisser courir dans l’unité de temps supérieur.

Les facteurs structurels de modification des marchés financiers sont nombreux. On peut citer la baisse du prix de l’information. Dans les années 90, s’acheter un logiciel d’analyse technique et s’abonner à un flux en temps réel coûtait extrêmement cher. La démocratisation dans la diffusion de l’information par le système Internet a permis à tout un chacun d’obtenir des flux presque en temps réel gratuitement ou en temps réel pour pas très cher. Certains courtiers les offrent gracieusement.

Quoi qu’on en dise, le coût des transactions a baissé ce qui permet aux investisseurs traders de passer plus d’ordre. Les anomalies de marché que l’on peut appeler « niches » sont donc éliminées assez rapidement (différence entre le coût d’une action et celle du consensus du marché à son sujet).

La baisse du coût des ordinateurs que tout le monde peut avoir la maison, et des abonnements à Internet pas très cher sont aussi une autre explication. Du temps de Stan WEINSTEIN, l’information diffusait lentement, et donc les graphiques se modifiaient lentement. La vitesse de transmission de l’information a entraîné une vitesse accrue de la modification des graphiques et tend à en augmenter la volatilité. On peut dessiner aussi très facilement des supports et des résistances et avoir à disposition de nombreux indicateurs techniques, calculés automatiquement par l’ordinateur

On voit bien qu’à l’ancienne, les suivis de tendance à base d’analyse technique étaient efficaces car le retour à l’équilibre des prix, secondaire à l’absorption de l’information par le marché, se faisait beaucoup plus lentement. Alors à l’heure actuelle on peut noter une baisse de la volatilité durant la séance de marché et  des changements de prix importants après la clôture des marchés avec des « gaps » haussiers ou baissiers à l’ouverture qui prennent à contre pied les investisseurs traders novices. Effectivement, les stops lâchent les PV vont dans les poches des  traders professionnels qui ont compris et aliment ces modifications structurelles pour en tirer profit.

Il est peu être temps, comme le fait julien depuis que je le connais que nous fassions bien la différence entre le suivi de tendance, ancienne panacée LT et l’investissement ou swing trading en range avec éventuelle poursuite si le marché est d’accord avec un suivi de tendance haussière.

Il faudrait donc peut être plus utiliser la stochastique, les Bollingers, la force relative et le RSI et ensuite les moyennes mobiles arithmétiques et/ou géométriques, la MACD et son histogramme et de toute manière toujours les volumes.

Amicalement  a+  k2r

Note: Tous les trades sont discutés, annoncés et partagés en temps réel sur L'Académie des Graphs.

ici, vous avez la photo à l'instant t. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (de mes différents courtiers) et n'est pas pas une incitation à l'achat ni à la vente. Il s'agit de mon portefeuille dynamique donc agressif. J'ai un autre portefeuille bas de laine long terme diffusé exclusivement sur l'Académie des Graphs. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi.

La performance annuelle inclus les gains ou moins values latentes des positions en cours. Cela inclus aussi les gains ou pertes de change sur les actions hors Euro (c'est reflété dans la perf de chaque action individuelle). Les éventuels retraits sont annoncés. La performance est donc en net.

Performance 2023: +38%; 2022: +46%; 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%, 2012:+9%, 2011:-11%...

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez cet article. Une question ? Posez-la moi par email ou directement sur mes réseaux

Julien
Julien

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse.
Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.