Analyse technique: Les vagues d’Elliott

La théorie des vagues d’Elliott est inspirée de la théorie de Dow. Ainsi les marchés et son évolution se fait par une série de vagues successives et ce peu importe l’échelle d’observation. On parle de processus fractal.

Les vagues font un mouvement et ce mouvement est composé de 5 vagues dont 3 sont des vagues dans la même direction que la tendance actuelle et 2 vagues sont dans le sens contraire. Ainsi on dira que la première, troisième et dernière cinquième vague représentent la forme impulsive du mouvement et la seconde et quatrième la forme corrective.

Ces cinq vagues d’un mouvement deviennent dès lors une seule vague d’un mouvement à la dimension supérieure. Ainsi une vague est composé de 5 sous vagues de dimension inférieure.

Les vagues impulsives 1-3-5 sont composées de 5 sous vagues alors que les vagues correctives 2 et 4 sont-elles composées de 3 sous vagues uniquement.

Les vagues suivent également des règles bien utile pour anticiper des mouvements :

La vague 2, la première corrective peut donc corriger l’intégralité de la vague 1 de hausse, mais n’ira jamais en dessous du point de départ de la vague 1. La vague 3 est souvent plus petite que la vague 1, mais la 5 est plus petite que la 3. La vague 3 n’est donc jamais la plus courte. La vague 4 de correction ne peut descendre plus bas que le sommet de la vague 1.

La vague 1

Les vagues 1 sont difficiles à reconnaître puisqu’elles peuvent être interprétées comme de simples corrections faisant partie du précédent marché. Elles sont généralement très courtes et rapide. Il arrive fréquemment qu’on ne puisse décomposer la vague 1 qu’en trois vagues et non en 5. Cette vague est la vague des « astucieux » selon la théorie de Dow qui considérait que ceux-ci avaient accès à des informations avant les autres. On peut aussi dire que c’est la vague des contrariants qui achètent quand le marché baisse et vendent quand il monte.

La vague 2

Elle corrige généralement la première vague de façon considérable et entraînent souvent à penser que le mouvement précédent n’est pas encore terminé (fin de vague C). Des vagues 2 qui corrigent totalement les vagues 1 ne sont pas choses rares : on observe alors une configuration en double bottom s’il s’agit d’un mouvement haussier ou en double top dans le cas d’un mouvement baissier.

La vague 3

C’est la vague des « suiveurs ». Elle est la principale vague du mouvement. Une règle élémentaire à retenir concernant ce type de vague est qu’elle n’est jamais la plus courte parmi les vagues d’impulsion que sont les vagues 1, 3 et 5. Ce sont des vagues qui connaissent généralement des extensions et qui sont accompagnés de très forts volumes.

La vague 4

C’est une vague beaucoup moins violente que la vague 2. Elle vient consolider le marché. Selon le principe d’alternance (cf. infra), cette vague est donc souvent complexe : structure en plusieurs vagues et souvent en triangle. Une règle à retenir : une vague 4 ne cassera jamais le niveau atteint par le marché en fin de vague 1.

La vague 5

C’est la vague des petits porteurs. Elle est généralement peu dynamique mais elle dure assez longtemps. C’est la dernière phase d’un mouvement : la fin de l’euphorie pour les mouvements haussiers et du désespoir pour les mouvements baissiers. En fin de vague 5, on constate une baisse des volumes et parfois une vague 5 qui ne dépasse pas le top ou le bottom (selon que le marché est haussier ou baissier) de la vague 3.

La vague A

Elles sont parfois considérées comme des corrections techniques et non comme le début de la fin du mouvement.

La vague B

Elles retrouvent parfois le top (cas d’un mouvement haussier) de la vague 5 pour former un double-top.

La vague C

Elles viennent fermer la séquence de huit vagues de la théorie d’Elliott. Ce sont des vagues qui ressemblent aux vagues 3 en ampleur. Leurs similitudes conduisent d’ailleurs à de fréquentes confusions : est-on dans un marché véritablement baissier ou dans une simple phase de correction ?

Partant de ce principe Elliott a modélisé ce qu’il appelle un « cycle élémentaire » composé de 8 vagues principales : 3 vagues de correction succèdent à 5 vagues de tendance.

Ainsi sur ce schéma on observe clairement le mouvement : une vague ascendante, composée elle même de 5 vagues : 1,2,3,4,5 et une vague de correction composée de 3 sous-vagues a,b et c.

La particularité de la théorie est que cette décomposition est quasi infinie, chaque vague pouvant se décomposer elle même en vagues de plus petitepériode, et chaque ensemble de vagues pouvant être la composante d’un mouvement de plus grande ampleur.

Pour nous aider à mieux comprendre, voici le mouvement décomposé en 34 vagues, dit « cycle complet ».

Sur ce schéma, le cycle élémentaire en 8 vagues vu précédemment, à été décomposé en 34 vagues, chaque vague 1,2.. ou a,b,c pouvant être décomposée suivant le cycle élémentaire.

On remarque que si les vagues 1,2,3,4,5 se décomposent logiquement suivant le cycle élémentaire, il y a une inversion pour les vagues a,b,c. En effet les vagues a et c se décomposent en 5 sous-vagues, ce qui est logique dans la théorie d’Elliott car le cycle se développe dans le sens de la tendanceprincipale. La tendance principale de a,b,c étant baissière, le cycle est inversé. On pourrait poursuivre la décomposition de ce cycle et on aboutirait à une construction en 144 vagues.

Principes de notation
Dans la théorie d’Elliott, la notation à une importance particulière. En effet en fonction de la période de temps avec laquelle on décompose les mouvements de cours en vagues on utilisera un formalisme précis.

 

Appelation Notation Période de temps
Supercycle (I) (II) (III)… (A) (B) Plusieurs décennies
Cycle I II III… A B C Quelques années
Primaire 1 2 3 … a b c Environ 1 an
Intermédiaire (1) (2) (3)… (a) (b) (c) Quelques mois
Mineure 1 2 3… a b c Quelques semaines
Minute i ii iii… a b c Quelques jours
source : abcbourse
Partagez cet article !Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Comments

  1. k2r says

    D’autres choses sur ELLIOT ;
    Cette description de la psychologie des marchés a été publiée vers les années 1936 1937 aux US par ELLIOT en suivant le DOW JONES INDUSTRIEL en horaire.
    tendance baissière puis des privilégiés sont responsables d’un rebond technique vers la MM 20 baissière ou ue ROB sans l’atteindre car les baissiers sont toujours là, rare gap de retournement haussier et conso jusqu’à 63 à 75% de Fibo et gros volumes, le creux ainsi décrit sort loin de la Boll inf et sur le RSI on commence à entre aprecevoir un trend haussier avec deux impacts (signaux de rebond) qui dessine une droite haussière.
    Puis arrivent ceux qui ont peur de rater un train haussier pour faire la 3 4, les haussiers en veulent avec gap au sein de a 3 (meilleur benefice/risk est de se placer sur le pull back du gap), ensuite la conso mais de faible ampleur car les haussiers ont repris la main. 23 ou 38% de fibo.
    le creux 2 3 est en dedans de la boll inf.
    Sur le RSI, on a un trend haussier qui tient sur une droite qui s’appuie alors sur trois points.
    Par rapport à un W asymétrique haussier de retournement, on arrive à la fin du pull back sur la ligne de cou qui sert de zone de R/S ;
    elle craque faux signal
    elle tient ; les derniers haussiers arrivent (les petits porteurs qui pensent avoir déjà raté deux hausses d’affilée et ne veulent pas rater la troisième) et font une vague 5 qui sera parabolique haussière si les haussiers ont la gnack ou une conso latérale de range dans le cas contraire.
    Ensuite vous avez a b c.
    Cherchez dans une UT plus courte en 15′ par exemple, un gap dans la 5 qui servira de support à b, pour un rebond technique de CT avec faible risque.
    a b et c font un M baissier asymétrique qui souvent est fractal ; trois sommets et pas deux.
    Si la ligne de cou tient on repart pour un tour, si elle lâche, retournement baissier.
    amicalement a+ k2r

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>