Comment savoir Interpréter les statistiques économiques

C’est la période des statistiques en ce moment j’en profite donc pour écrire un article sur la sensation que les investisseurs ont que le marché ne réagit souvent pas en ligne avec les statistiques. Le marché monte souvent sur de mauvaises statistiques et baisse sur de bonnes. Pourquoi ce paradoxe arrive t-il ?

 

Souvent les investisseurs sont surpris de voir une réaction contraire des marchés par rapport aux statistiques publiées, ils vont dès lors dans cette incompréhension du marché, crier à la manipulation ou à l’exagération.

La plupart du temps ce qui fait que les statistiques sont un non évènement créant un paradoxe entre le sens du marché et le sens de la statistique, c’est que l’information était déjà anticipée par le marché, on dit que l’information était dans les cours, déjà pricée. La statistique ne fait que confirmer dès lors ce que l’on sait déjà, on va alors vendre la nouvelle car elle n’en est pas une, le marché l’ayant déjà anticipée, les investisseurs prennent leur plus value, aucune valorisation supplémentaire par rapport à cette info n’étant à attendre.

Puis vous avez les déceptions par rapport au consensus. La statistique peut être bonne mais rester en deçà du consensus, moins bonne que prévue voulant dire mauvaise en bourse, le marché baisse.

 

Souvent dans un marché haussier vous aurez des nouvelles négatives, qui pour autant n’inverseront pas la tendance du marché. Ceci pour une raison, simple, c’est que plus vous avez d’acheteurs dans un marché qui suivent un consensus haussier auto-réalisateur et plus même de mauvaises nouvelles n’ont aucun impact sur leurs comportements. Les nouvelles négatives ne frappent pas suffisamment les esprits pour prendre la décision d’inverser la position. Les opérateurs suivent ce que les autres opérateurs font. Et comme tout le monde se regarde en chien de faïence, personne n’agit, les marchés montent dès lors sans raison apparente.

Le même procédé peut advenir dans un marché baissier avec de bonnes nouvelles. Comme on a pu le voir en 2008 avec tous les plans de relance qui ne permettaient que de soutenir des hausses éphémères.

 

On peut démontrer, qu’il existe bien souvent un décalage entre la réaction des marchés face à une nouvelle par rapport à sa date de publication. On peut dire qu’il faut que le marché digère la nouvelle. En fait on peut l’expliquer par la prise de conscience de quelques opérateurs qui sortent mais ne sont pas suffisant pour créer un mouvement de foule et donc de panique. Ainsi ce n’est que peu à peu que les opérateurs sortent du marché en suivant les autres, et ce n’est que quand ils sont un nombre suffisant à être sortis, que le consensus changera de sens, et créera le mouvement de sortie finale qui sera dès lors bien plus violent. On peut donc souvent voir des hausses et des baisses en pentes douces d’abord puis fortes par la suite. Cela démontre petit à petit de la prise de conscience des investisseurs pionniers qui en devenant de plus en plus nombreux vont dégager un nouveau consensus qui ralliera par la suite l’essentiel des investisseurs toujours dans une décision de foule de suivre le consensus.

 

 

Allez plus loin et lisez également:

  • No Related Posts

Recevez Mes Conseils par mail

Gratuit et sans engagement

Comments

  1. gilles says

    Bonjour
    Qu’apporte de plus La stratégie du moindre risque par rapport au premier livre Petit traite de l’investisseur en bourse.

    Merci

  2. k2r says

    on peut dire que le premier, c’est de l’AT et de la psychologie et le deuxième est axé trading (entrer et sortir du marché).

    amicalement a+ les GRAPH’s, k2r

    Bon Noël à tous et à toutes pour ce soir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>