Menu

Causes et conséquences des prix du pétrole qui baissent

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

Cela fait la une depuis quelques jours dorénavant. Les prix du pétrole n’arrêtent pas de chuter. Depuis notamment la décision de l’OPEP de ne pas réduire sa production, c’est l’hécatombe sur les cours de bourse du secteur parapétrolier. L’occasion d’y regarder de plus près. Car comme souvent la vérité est ailleurs. En effet il y a de nombreuses causes et conséquences face à cette baisse des prix. il faut dire que le pétrole à baisser de plus de 30% en quelques mois. On peut y voir là une tentative géopolitique de déstabiliser la Russie mais qu’en est-il des pays du Golfe. Quel serait leur intérêt ? Pour eux, l’intérêt semble de dynamiter le gaz de schiste. En effet le gaz de schiste prenait de l’ampleur car il était vu comme un produit de substitution face à un pétrole cher. Avec la baisse des prix du pétrole, le gaz de schiste n’est plus rentable et les entreprises se font d’ailleurs massacrées en bourse. De l’autre côté on trouve un avantage pour les consommateurs, comme vous et moi qui voient le prix à la pompe baisser. on peut donc penser que ce reliquat sera dépensé dans l’économie réelle. Et que donc une baisse du prix à la pompe fait augmenter la consommation des ménages. En France c’est un poil plus complexe, car les taxes s’adaptent, ensuite il y a la parité euro dollar, si bien qu’au final nous n’avons profité que très peu de la baisse de 30% du pétrole. Ensuite, les ménages français vont certainement épargner du fait de leur faible confiance en l’avenir plutôt que de dépenser les quelques euros économisés  la pompe. On peut donc s’attendre à une croissance de la consommation grâce à la baisse du pétrole, mais j’ai du mal à y croire pour les raisons exposées plus haut. Mais qui dit baisse du pétrole va dire nécessairement moindre augmentation de l’inflation car l’énergie est pour beaucoup dans l’inflation. Un pétrole peu cher va éviter que l’inflation ne reparte trop vite à la hausse et donc maintenir des taux des banques centrales durablement bas. Par contre un pétrole qui baisse pour moi, cela veut dire déficit de demande. Et un déficit de demande de pétrole dans le monde, cela va dans le sens d’une désinflation donc dans le sens d’une baisse de la croissance économique. En clair à court terme ce n’est pas encourageant sur la situation économique.

On en revient aux entreprises dans le gaz de schiste. Le gaz de schiste est relativement nouveau. Si bien que les entreprises se sont largement endettées pour investir. Avec un prix du pétrole en baisse, leur carnet de commande se réduit, leur marge et leur profit aussi. La baisse du pétrole fait donc non seulement mal aux entreprises dans le gaz de schiste mais aussi au secteur parapétrolier car les investissements baissent du fait d’une demande moins forte.

Que dire des membres de l’OPEP. Une baisse des prix du pétrole est c’est le ratio de dette souveraine qui s’envole. Les banques, aussi sont impactées car elles ont suivi massivement l’investissement dans le gaz de schiste en permettant à de nombreuses entreprises de s’endetter pour lancer les coûteux investissements. Un pétrole bas asphyxie ces entreprises et donc fait courir un risque de crédit sur les banques.

Mais ce que l’OPEP vient de nous annoncer surtout c’est que la baisse des prix du pétrole n’est pas un problème de demande mais bien une résultante d’un surplus d’offre. En soit, les impacts sont court terme, et il y a fort à parier que les prix du pétrole ne resteront pas durablement bas, que nous traversons une baisse épisodique vouée à se retourner.

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

analyse pétrole

En ce sens, je recommande de s’intéresser fortement au secteur parapétrolier. Graphiquement encore un peu de patience cependant, puisque sous 82 dollars la tendance est à la baisse et tout rebond ne serait pas tenable.

Note: Tous les trades sont discutés, annoncés et partagés en temps réel sur L'Académie des Graphs.

Sur le site public ici, Le portefeuille est mis à jour une fois par jour vers midi. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (de mes différents courtiers) et n'est pas pas une incitation à l'achat ni à la vente. Il s'agit de mon portefeuille dynamique donc agressif. J'ai un autre portefeuille bas de laine long terme diffusé exclusivement sur l'Académie des Graphs. Mon capital et mon horizon de placement sur chaque titre ne sont surement pas les mêmes que les vôtres. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi.

La performance annuelle inclus les gains ou moins values latentes des positions en cours. Cela inclus aussi les gains ou pertes de change sur les actions hors Euro (c'est reflété dans la perf de chaque action individuelle). Les éventuels retraits sont annoncés. La performance est donc en net.

Performance 2023: +38%; 2022: +46%; 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%...

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez mon travail. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Monsieur poutine a exactement la même analyse.
    Maintenant je trouve la remontée un poil anticipée avec les fêtes de fin d’année…

  2. Mise a jour de l’US Oil Hebdo-
    Pas de miracle après enfoncement des bolls100. A ce stade, possible rebond pour rallier mm7 puis mm20 mais attention, c’est de l’hebdo et si la bougie du jour est belle, nous sommes lundi….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.