Prévision bourse et cac 40 pour la séance du 3 novembre 2014

Vous voulez débuter sans tomber dans les pièges? progresser rapidement? Vous en avez marre de reperdre tous vos gains durement gagnés en un instant? Vous voulez enfin gagner régulièrement et sans stress ? Alors laissez-moi vous apprendre tout ce qu'il vous faut savoir pour enfin franchir un cap dans votre trading et ne plus jamais être le même investisseur. Cliquez-ici pour enfin devenir un trader gagnant

Merci à la banque centrale du japon, mais graphiquement la messe semblait déjà dite hier avec se retournement de situation sur le cac 40 comme je vous le disais hier dans l’analyse en repassant les 4120 points. Les 4213 furent ralliés et explosés. Maintenant le cac 40 s’attaque aux 4250. Il reste encore du potentiel haussier vers la zone 4260-4280 points. Mais maintenant les résistances sont là couplées aux moyennes mobiles. Bien difficile de dire si le cac 40 réussira à enjamber ces résistances. Du côté US, nous voilà avec de nouveaux plus hauts historiques. Je suis absolument impressionné devant la capacité des marchés américains en encaisser les baisses et à rebondir plus fort que les autres. C’est vraiment un marché puissant, acheteur et qui surperforme. the place to be pour un bull. Mais jusqu’a quand ? Ce premier trou d’air en octobre n’était-il qu’un avertissement de quelque chose de plus important à venir, ou juste comme en 98, un trou d’air qui ne fera que renforcer la hausse exponentielle. Tout ceci aura une fin, en crise de la dette une nouvelle fois, mais pas encore. Pour en revenir à nos moutons et au CAC 40. GAp haussier au-dessus des 4180 points, on s’extirpe donc par le haut de la congestion. L’objectif des 4280 est presque rallié avec ce test des 4245 points. Tant que nous restons au-dessus des 4180 points, alors la hausse prédomine et l’objectif des 4288 points réalisable. Sur ce niveau s’il devait être atteint, on devrait voir poindre des prises de profits logiques. Mais en attendant la semaine prochaine sera chargée en résultats et donc en volatilité, il reste encore de la place à certains titres d’accrocher une belle hausse, donc le courant acheteur prédomine avec 4180 en zone pivot.

nalyse cac 40


Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

A propos de Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-moi sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus

Partagez votre avis et laissez un commentaire:

K2r says 1 novembre 2014

Quoi de neuf pour les investisseurs ? On est au dessus d’une MM20 baissière, donc on consolide avec en plus une apesanteur au dessus d’un gros gap, et sous la forme d’une toupie ??? que d’????. Heureusement que les volumes sont de la partie.

Je fais donc un refresh comme me l’a appris julien quand je “plane” un peu.
On est en train de se rapprocher du retracement des 50% du krach de 2008 c’est donc du LT et on se rapproche aussi de notre R/S CT des 4320 qui de loin se chevauchent. La rupture du SOH du biseau oblique haussier également support de LT, a fait un pull back qui a tracé un sillon profond qui a rebondi sur un SOB et l’on voit se dégager un drapeau, un pennant dont la ROB se jumelle avec les deux R/S dont on vient de parler plus haut.
Si les haussiers cassent et gardent les 4325, bon pour les investisseurs qui ne regardent que de temps à autre les cours, obj 4525 puis 4780 et 5140 (pour le Père Noël ???).

Reply
    K2r says 1 novembre 2014

    et on voit la marge sur MACD et RSI si les haussiers en veulent

    Reply
    Julien Flot says 1 novembre 2014

    avec toujours la possibilité que depuis une année nous soyons en fait en train de tracer un énorme diamant, dont la sortie sera redoutable de conséquences

    Reply
      Julien Flot says 1 novembre 2014

      merci K2r pour ces graphiques

      Reply
Julien Flot says 31 octobre 2014

La Banque centrale russe a fortement relevé son taux directeur pour contrer la dégringolade du rouble. En vain.

La Banque de Russie ne sait plus quoi faire pour sauver le rouble. La devise russe est en perdition : elle connaît son pire mois depuis plus de deux ans et évolue sur ses plus bas historiques contre le dollar. D’où la décision de la banque centrale de relever son taux directeur, de 8 à 9,5 %, soit une augmentation violente de 150 points de base. Une mesure choc, qui n’aura pas longtemps fait effet. Ce vendredi après-midi, le rouble décroche de plus de 4 % contre le dollar et flirte avec le seuil symbolique de 43 roubles pour un dollar.

Les conséquences de la crise ukrainienne

Le rouble fait les frais de la crise ukrainienne et des sanctions occidentales contre la Russie. Dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion mensuelle, la Banque de Russie explique qu’en septembre et en octobre « les conditions extérieures ont considérablement changé: les cours du pétrole ont chuté significativement alors que se renforçaient les sanctions occidentales contre les entreprises russes ».

Autre ennemi de la Russie, l’inflation. La faiblesse du rouble dope le prix des importations et augmente l’inflation, qui subit déjà les embargos que Vladimir Poutine a mis en place sur les importations alimentaires à cause des sanctions occidentales. Le 27 octobre, le ministre de l’Economie Alexei Vedev a déclaré que la dévaluation du rouble ajoutait deux points de pourcentage à l’inflation. Dans son communiqué, la Banque centrale a expliqué que l’inflation, « causée principalement par l’augmentation des prix des produits alimentaires », a augmenté « à un rythme plus rapide que prévu » en octobre et restera au-dessus des 8% à la fin du premier trimestre de 2015. « La Banque de Russie continuera de prendre des mesures visant à stabiliser les anticipations d’inflation et un ralentissement des prix à la consommation », a-t-elle assuré. Elle a par ailleurs indiqué que la croissance économique russe « sera proche de zéro au quatrième trimestre 2014 et au premier trimestre 2015 ».

Pour la majorité des russes, l’inflation est la priorité numéro 1, d’après un sondage publié en juillet par le centre de recherche de l’Etat. L’inflation a accéléré à 8 % par rapport à l’année dernière en septembre, le plus haut en trois ans et deux fois plus que l’objectif à moyen terme de la banque centrale.

L’échec de la mesure choc

Normalement, lorsqu’une Banque centrale relève ses taux, la devise s’apprécie mécaniquement. L’échec de la Banque de Russie n’en est que plus inquiétant.

« Même si les marchés pouvaient s’attendre à cette mesure, l’ampleur de la hausse est étonnante. A noter : la banque centrale n’a rien dit de nouveau sur sa politique de changes, malgré les rumeurs sur un abandon de la bande de fluctuation », relève l’équipe de Natixis.

Pour Yuri Tulinov, analyste chez Rosbank interrogée par Bloomberg, cela a pu avoir l’effet inverse que celui qui était espéré. « Pour le rouble, l’effet n’est pas très positif, car la rhétorique employée par la Banque centrale a finalement été peu agressive : plutôt que de menacer de resserrer la politique monétaire, ils ont parlé d’un possible assouplissement ».

La banque centrale voit ses réserves fondre : elles atteignent 440 milliards de dollars, un plus bas depuis quasiment 4 ans. Combien de temps l’institution d’émission va-t-il pouvoir encore défendre sa devise ? « Nous n’avons pas l’intention de brûler toutes nos réserves dans cette bataille », a déclaré Vladimir Poutine, le 24 octobre.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0203903917933-russie-geste-desespere-de-la-banque-centrale-pour-sauver-le-rouble-1059745.php?xtor=RSS37&vOlDXhLDo9B1yVHv.99

Reply
Ajoutez votre réponse