Menu

Prévision cac 40 pour la séance demain du 5 décembre 2014

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

On s’était promis une séance volatile, nous avons été servis. Peu importe la décision ou la non décision prise par la BCE. Seul le marché a raison. Après un faux départ à la hausse, rapidement, la cassure des 4380 comme écrit hier a déclenché le reste et une forte correction. cette correction rompt les 4330 en clôture. C’est mal. Après il faut s’attendre à un rebond technique. Mais le mal est fait. Ce rebond risque d’attirer bien des vendeurs à découvert qui n’ont pas eu le temps de rentrer ce jour. Pour moi tout rebond sera vendu. Toujours est-il, il devrait également rester pas mal d’acheteurs qui vont penser que cette baisse est une occasion de se positionner, d’où très certainement un rebond technique à attendre. Graphiquement, si demain nous clôturons la semaine sous les 4330 cela voudra dire que ce marché va vouloir corriger vers les 4290 où l’on retrouve un support oblique. Si ce support venait à lâcher alors la target serait la zone des 4220 à 4250 décrite par Fab56 en commentaires. là on aurait un bon niveau pour se remettre à acheter.  Nous allons donc avec la séance du jour retrouver de la volatilité. Les bancaires mais aussi les parapétrolières sera à surveiller avec les télécoms.

Sous 4380 la tendance devient baissière, un rebond peut se matérialiser jusqu’a ce niveau mais ce sera un point de short à moindre risque plus qu’une relance haussière à mon humble avis. Une pause plus importante vers les 4250, je pense, sera nécessaire avant de reprendre le chemin d’une hausse plus durable.

analyse cac 4à analyse cac 40 2

Note: Tous les trades sont discutés, annoncés et partagés en temps réel sur L'Académie des Graphs.

Sur le site public ici, Le portefeuille est mis à jour une fois par jour vers midi. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (de mes différents courtiers) et n'est pas pas une incitation à l'achat ni à la vente. Il s'agit de mon portefeuille dynamique donc agressif. J'ai un autre portefeuille bas de laine long terme diffusé exclusivement sur l'Académie des Graphs. Mon capital et mon horizon de placement sur chaque titre ne sont surement pas les mêmes que les vôtres. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi.

La performance annuelle inclus les gains ou moins values latentes des positions en cours. Cela inclus aussi les gains ou pertes de change sur les actions hors Euro (c'est reflété dans la perf de chaque action individuelle). Les éventuels retraits sont annoncés. La performance est donc en net.

Performance 2023: +38%; 2022: +46%; 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%...

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez mon travail. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Salut Julien, tout a fait d’accord, acette heure nous revenons au contact de mm20 horaire qui me semble aussi être un point de short potentiel pour doubler la mise objectif 4270-50…..

    • les futures sont assez impressionnant , mais je ne vois pas comment on pourrait avoir la force de les tenir, pour moi ce sera une entrée short demain matin, il est trop risqué de jouer la hausse, à moins que cela parte de manière frénétique à nouveau au-dessus des 4380 points mais là cela serait plus que malsain; wait & see, c’est pour le moment trop volatile pour se forger des certitudes

  2. a Banque centrale européenne (BCE) a « intensifié les préparatifs » de nouvelles mesures de soutien à l’économie de la zone euro, a déclaré jeudi 4 décembre son président Mario Draghi, précisant que plusieurs options d' »assouplissement quantitatif » ou « QE » étaient à l’étude.

    L’acronyme QE désigne des rachats d’actifs, y compris de dette publique, par les banques centrales, tels que pratiqués notamment ces dernières années par la Fed américaine. De tels rachats sont vus comme la dernière cartouche de la BCE pour lutter contre le risque de déflation en zone euro.

    Le conseil des gouverneurs est toujours « unanime » pour mettre en oeuvre des mesures supplémentaires de soutien à l’économie et aux prix « si nécessaire », a assuré Mario Draghi. La BCE conduira « début 2015 » un examen précis de la situation et de l’effet des mesures déjà à l’oeuvre, a-t-il dit.

    En attendant, l’institution a « intensifié les préparatifs » pour de nouvelles mesures, a-t-il indiqué, et les gouverneurs réunis jeudi 4 décembre se sont penchés sur la question.

    « Nous avons évoqué plusieurs options d’assouplissement quantitatif, mais il y a encore du travail à faire », a dit Mario Draghi. Objet de la discussion, le rachat de « tous types d’actifs, sauf de l’or ».

    Mais « nous devons garder à l’esprit que les conditions initiales sont d’une grande importance », a souligné M. Draghi, « les Etats-Unis à l’époque ne sont pas la zone euro à l’heure actuelle ». « C’est pour cela que nous réfléchissons de manière intensive », a-t-il ajouté.

    Vers le rachat de dette publique par la BCE ?

    Interrogé par les journalistes, Mario Draghi a également indiqué que la BCE n’avait « pas besoin d’unanimité » au sein du conseil des gouverneurs pour déclencher un « QE », alors que la banque centrale allemande ne cache pas son opposition à un rachat de dette publique par l’institution monétaire de Francfort.

    Draghi: There is enough evidence that QE could be effective.— ECB (@ecb) 4 Décembre 2014

    « C’est une importante décision de politique monétaire, elle peut être élaborée de façon à faire consensus », a-t-il poursuivi, faisant valoir le mandat confié à la BCE de maintenir l’inflation en zone euro juste en dessous des 2% sur un an.

    Mario Draghi s’est également dit « convaincu » que des rachats d’obligations souveraines seraient « un instrument éligible pour poursuivre notre mandat ».

    « Vous pensez que nous discutons de quelque chose d’illégal? Serait-ce le meilleur usage à faire de notre temps? », a-t-il demandé, alors que certains ont émis des doutes sur la légalité de tels rachats de dette publique. Le mandat de la BCE lui interdit de financer directement les Etats de la zone euro.

    Des prévisions de croissance et inflation en baisse

    La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi 4 décembre ses prévisions de croissance et d’inflation pour la zone euro, a annoncé son président Mario Draghi, prenant acte de la dégradation des perspectives économiques et d’évolution des prix de la région.

    L’institution attend dorénavant une croissance du PIB de 0,8% cette année, 1% l’an prochain et 1,5% en 2016, contre des précédentes estimations de 0,9%, 1,6% et 1,9%.

    L’inflation devrait descendre à 0,5% en 2014, 0,7% en 2015 et 1,3% en 2016, là où la BCE attendait encore en septembre 0,9% puis 1,1% et 1,4%.

    Et les perspectives d’inflation pourraient se dégrader encore du fait de la baisse du prix du pétrole, a prévenu Mario Draghi, dans la mesure où les derniers pronostics ne prennent pas en compte le déclin « significatif » des prix du pétrole ces dernières semaines.

    Mario Draghi a redit que le conseil des gouverneurs de la BCE était prêt mettre sur les rails de nouvelles mesures pour prévenir une période trop longue d’inflation basse.

    Des taux directeurs inchangés

    D’autre part, la BCE a sans surprise laissé inchangé son principal taux directeur à 0,05%, le plus bas niveau historique auquel il avait été amené en septembre.

    L’institution monétaire de Francfort n’a pas non plus touché à son taux de prêt marginal, abaissé à 0,3% en septembre, ni à son taux de dépôt marginal, porté en juin en territoire négatif pour la première fois de son histoire et qui stationne désormais à -0,20%.

    Les analystes n’attendaient aucune action de la BCE sur ses taux qui ne peuvent de toute façon guère aller plus bas. Toute hausse est par ailleurs exclue pour un bon moment, alors que la banque centrale tente — en vain jusqu’à présent — de faire redécoller l’inflation, qui a ralenti à 0,3% en novembre après 0,4% en octobre, et se situe très loin de son objectif d’un peu moins de 2%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.