Menu

WAtch list au 14 novembre 2013

Le pari spéculatif sur Solocal aura fonctionné une dizaine de minutes, temps pendant lequel je n’ai pas soldé mes achats sur le titre. Après tout est allé très vite et je n’ai pris la décision de conserver et d’accumuler qu’en fin de séance avec un point bas sur les 1,30 soit un support horizontal et un retour rapide sur les 1,35 soit la sauvegarde du support oblique baissier. Bref, j’ai accumulé, je vais tenter de me sortir flat d’un pari spéculatif qui a largement marché contre moi ce jour et dont je n’ai su m’extirper à temps. Comme quoi trouver le point bas d’un couteau qui tombe c’est toujours bien dangereux. On verra donc demain si j’arrive à m’en sortir sans trop de dégâts ou pas. Par contre je n’ai pas fait la même erreur sur St micro electronics qui avait donné raison à la hausse également en début de séance mais tout s’est rapidement retourné, et j’ai pu m’en dégager sans dommages. Finalement ma journée de trading aurait été bien meilleure si elle s’était terminée à 9h10. :-) J’ai également profité de la hausse du jour pour reprendre des ventes à découvert sur EADS, Valeo et Safran. Je poursuis donc ma conviction que devant un nouvel échec à franchir les 4295 et avec des indices américains sur leurs plus hauts, les acheteurs loupent leur chance et affirment leur faiblesse sur le cac 40. J’opte donc à nouveau pour des ventes à découvert. Bon le pari spéculatif me plombe un peu la belle série de la semaine, mais c’est le risque d’un pari. j’en accepte les conséquences.

watch list

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez mon travail. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. J’ai bien peur que pour solocal, gs et sa suite l’emmène comme alcatel en son temps vers de nouveaux points bas avant de prendre sa dette en charge à leur guise. On dira qu’il n’y a pas de délit d’initiés mais juste la maitrise du marché.

  2. L’Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé ce jeudi 14 novembre avoir infligé des amendes de 10.000 et 8.000 euros à deux blogueurs à l’origine de rumeurs sur Société Générale en août 201, ce qui avait fait chuter l’action du groupe bancaire. Dans une décision prise le 7 novembre, la Commission des sanctions, seule habilitée à sévir au sein du gendarme boursier, a considéré que les deux blogueurs avaient « diffusé une information inexacte sur le niveau d’endettement de cet établissement bancaire ».

    C’est la première fois que l’AMF a appliqué son règlement concernant la diffusion d’informations inexactes pour une affaire qui s’est déroulée sur internet. Société Générale avait été sous le feu des marchés en août 2011, au plus fort de la crise de la dette en zone euro, les investisseurs s’interrogeant sur sa solidité financière et faisant état d’une possible faillite de la banque de Frédéric Oudéa. A l’origine de cette rumeur, un article publié par l’hebdomadaire britannique Mail on Sunday, selon lequel la seconde banque de France était proche du désastre après de lourdes pertes sur des lignes de crédit accordées à la Grèce.

    Le premier blogueur sanctionné par l’AMF est un Français. Il s’agit de Jean-Pierre Chevallier, accusé d’avoir communiqué un ratio de solvabilité (capitaux propres par rapport aux dette) erroné à 2% au 30 juin 2011, contre 9,3% en réalité, faisant croire ainsi que la banque ne respectait pas les règles comptables en vigueur. Il a été condamné à 10.000 euros d’amende.

    De surcroît, l’AMF a noté « qu’il ne pouvait pas échapper » à M. Chevallier que l’information était inexacte, étant lui-même un ancien professeur des universités enseignant l’analyse financière. La sanction dont il a écopé tient toutefois compte, précise le gendarme boursier, du fait que son comportement n’a pas eu de conséquence sur le titre, qui a atteint son plus bas le 10 août 2011, jour où la valeur a perdu plus de 20% en séance.

    Le deuxième blogueur, un américain professionnel de la finance nommé Mike Shedlock, a été condamné à une amende de 8.000 euros. Il Shedlock a relayé les informations de M. Chevallier sans faire les vérifications élémentaires et a été « fortement incité » par ce dernier « à procéder à la diffusion incriminée », selon l’AMF.

    Ce n’est pas la première fois que l’AMF est amenée à se prononcer sur les rumeurs concernant Société Générale à l’été 2011 .Dans une autre affaire, l’AMF avait en effet décidé de ne pas ouvrir de procédure de sanction à l’encontre du journal britannique Mail on Sunday. L’AMF avait alors constaté que le Mail on Sunday avait diffusé dans un article du 7 août 2011 des informations sur la situation financière de la banque française « qui exagéraient gravement la réalité », au point que cela « a pu influencer à tort le marché ». Pour autant, le régulateur avait remarqué que le journal avait rectifié rapidement les informations en cause après un échange avec Société Générale.

    En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/economie/l-amf-sanctionne-deux-blogueurs-a-l-origine-de-fausses-rumeurs-sur-la-societe-generale_415378.html#6v0ysCh0VcIH46Rv.99

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.