Menu

Comment faire baisser le chômage durablement

Recevez mes nouvelles positions ainsi que mon portefeuille boursier par email via des chroniques régulières. C'est gratuit !

La barre des 3 millions de chômeurs est dépassée, du coup maintenant certains disent déjà que la barre des 4 millions de chomeurs en France ne sera qu’une formalité. De quoi apprendre des conséquences du chômage et surtout réfléchir plutôt que de constater, à des solutions pour résorber ce chômage. Le débat se situe sur ‘quelles variables ajuster pour résorber le chômage’ ? En effet avant de dire il y a 3 millions de chomeurs en France, intérrogez-vous sur ce qui amène le chômage dans un pays. Quelles sont les causes du chômage ? et donc du même coup qu’est-ce qui crée des emplois, qu’est ce qui donc permet de résorber le chômage.

La baisse du chômage : un débat idéologique.

Le problème c’est que dès que l’on parle chômage on fait face d’abord à un débat idéologique plutôt qu’a un débat concret et pratique. Concernant le chômage tout le monde semble tout voir en noir ou en blanc. C’est surtout vrai quand la réalité se trouve entre les deux. Il faut donc expliquer le rôle du chômage dans une économie capitaliste.

Dans une économie capitaliste c’est l’entrepreneur qui va créer une entreprise afin de délivrer des biens de consommation et des services à une population. Ce qui amène la croissance c’est la volonté des entrepreneurs de délivrer des produits et services de qualité supérieure qui permettent aux consommateurs de satisfaire un besoin. L’entrepreneur offre ce que le consommateur demande. Il comble donc un gap.

La conséquence est que les entrepreneurs créent une consommation future supérieure et donc une croissance économique. Et qui dit croissance économique dit création d’emplois et donc baisse du chômage.

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Dans notre environnement capitaliste certains entrepreneurs vont innover et promouvoir une offre satisfaisant des besoins nouveaux. Ils vont créer une demande, ils vont donc créer un besoin, créer une consommation supplémentaire.

Cependant lorsque ces innovateurs lancent leur produit au départ, souvent, cela change l’environnement et résulte en la suppression de milliers d’emplois. Lorsqu’un entrepreneur innove en simplifiant la façon dont le consommateur consommait auparavant, il crée souvent un besoin nouveau en détruisant le besoin ancien.

Ainsi au début, la destruction de l’ancien besoin, détruit donc des entreprises qui satisfaisaient ce besoin. Une innovation résulte donc à court terme par la suppréssion d’emplois liés à la satisfaction d’un besoin devenu obsolète. A condition que l’innovation soit reconnue supérieure et utile par la majorité des consommateurs.

Cependant à long terme. L’innovation va permettre d’apporter une qualité supérieure de produit ou de service au consommateur créeant pour celui-ci un besoin supérieur au précédent ce qui augmentera la consommation pour satisfaire ce besoin nouveau et donc à terme les entreprises se créant pour satisfaire ce besoin nouveau qui amèneront croissance économique et donc création d’emplois.

En conclusion, on peut dire que les innovateurs et les entrepreneurs qui produisent l’offre face à un besoin sont des créateurs d’emplois.

Cependant alors que l’innovateur crée un besoin. Les entrepreneurs producteurs eux, satisfont un besoin. Plus il y a de demande pour un besoin et plus il faudra des unités de production pour le satisfaire et donc des emplois crées. Du coup cela me fait dire que les entrepreneurs producteurs, à eux seuls ne créent pas d’emplois. Ce n’est que par la force de la consommation qu’ils seront obligés de garantir une production pour satisfaire le besoin, d’embaucher…

Allons plus loin. L’innovation, elle -même n’est rien sans des consommateurs adoptant cette innovation et voulant l’utiliser.

Du coup en conclusion, je ne pense pas que l’on puisse dire que ce sont les entreprises en France et donc les entrepreneurs qui créent les emplois. C’est plutôt la relation entre la demande en produits et services voulant être consommés par les consommateurs qui va régir l’entrepreunariat voulant satisfaire cette demande et qui déclenchera des embauches et la réduction du chômage.

Sans les consommateurs, les entrepreneurs n’ont aucun intérêt à établir des sociétés et embaucher pour des produits ne se vendant pas et donc ne rapportant pas des profits. Sans les consommateurs, les entrepreneurs ne peuvent pas créer des emplois.

C’est cette relation consommateurs/entrepreneurs qui crée des emplois et non l’un ou l’autre.

Avant de vouloir la croissance et donc la réduction du chômage, il nous faut comprendre qu’il nous faut de la consommation ! La demande et rien que la demande est le trigger de toute croissance économique et donc de la baisse du chômage. Ce sont les consommateurs et leur niveau de consommation qui permettent aux entrepreneurs d’entrevoir des opportunités et donc de se lancer dans l’embauche de salariés supplémentaires pour satisfaire le besoin.

Alors la prochaine fois que vous entendez un débat idéologique sur les conséquences du chômages et comment le juguler avec des solutions qui ne s’interessent qu’a doper la consommation ou à doper l’entrepreunariat, dites vous bien que la réduction du chômage ne pourra venir que de solutions qui privilégient les deux : consommation et entrepreneuriat.

Privilégier l’un ou l’autre n’est qu’un coup d’épée dans l’eau et ne résorbera jamais durablement le chômage. Cependant j’ai tendance à désespérer que les responsables comprennent que cette équation est simple à résoudre tant les idéologies entourant ce débat sur le chômage sont fortes.

Note: Tous les trades sont discutés, annoncés et partagés en temps réel sur L'Académie des Graphs.

Sur le site public ici, Le portefeuille est mis à jour une fois par jour vers midi. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (de mes différents courtiers) et n'est pas pas une incitation à l'achat ni à la vente. Il s'agit de mon portefeuille dynamique donc agressif. J'ai un autre portefeuille bas de laine long terme diffusé exclusivement sur l'Académie des Graphs. Mon capital et mon horizon de placement sur chaque titre ne sont surement pas les mêmes que les vôtres. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi.

La performance annuelle inclus les gains ou moins values latentes des positions en cours. Cela inclus aussi les gains ou pertes de change sur les actions hors Euro (c'est reflété dans la perf de chaque action individuelle). Les éventuels retraits sont annoncés. La performance est donc en net.

Performance 2023: +38%; 2022: +46%; 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%...

Mes écrits sont motivés par vos retours : Partagez mon travail. Merci de votre soutien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comme plus de 10 000 personnes, recevez ma formation, mon top actions et mes chroniques

Recevez gratuitement tout ce qu'il vous faut savoir pour mieux investir, réussir en bourse dès demain et ma formation gratuite pour bien débuter.