Guerre, Inflation, Taux, croissance : Comment investir en bourse demain

On avait pu en parler. Les marchés sont cyniques. Les bombes continuent d’exploser que l’on semble déjà acter la fin de la guerre. Mais comme je le disais ces dernières chroniques l’essentiel est ailleurs pour les marchés.

Pensée Bourse

C’est toujours pareil. Le marché peut digérer des mauvaises nouvelles, un mauvais environnement économique, une hausse de l’inflation, des taux et que sais-je. Il peut même digérer une guerre. Mais il a horreur des incertitudes.

Ainsi le 24 février, la guerre éclatait. Le marché achetait au son du canon avant de continuer jusqu’au 7 mars de s’effondrer. Pourquoi ? car ce n’est pas la guerre qui faisait peur. Le risque était alors avéré. Mais l’incertitude c’était la réaction de l’occident, l’engrenage, l’escalade. Mais à partir du 7 mars, le marché a acté que l’escalade s’arrêterait là et donc on a pricé la guerre et ses sanctions.

De même on a passé des mois à s’inquiéter d’abord de l’inaction des banques centrales, de la peur de la remontée des taux, du tapering et de la réduction des bilans. De ce que ça voulait dire pour les valeurs de croissance. Puis on avait oublié un détail, la croissance. Jouer les cycliques quand il y’a de l’inflation mais aussi de la croissance c’est bien. Mais quand la croissance commence à filer, cela demande plus de sélectivité.

Téléchargez tout de suite et gratuitement mon livre plein de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

La FEd a donc augmenté ses taux de 0,25%. Pas de surprise. La surprise pour moi vient de la guidance qui est donnée. Encore 6 hausses de taux prévues d’ici fin d’année pour arriver à 1,75%-2% d’ici fin d’année. Et un constat. La FED ne prête guère attention à l’Ukraine. Les US ne sont pas impactés il faut dire. Et donc on valide bien que si on est rentré dans la crise du covid ensemble, on en sort tous de manière différente. Niveau pays émergents on a déjà des taux autour des 10% pour contrer l’inflation la FED remonte elle aussi ses taux, pas d’impact Ukrainiens, donc on joue la baisse de l’inflation pour les mid terms aux US et on mise sur le fait que la croissance peut l’absorber. on parlera de désinflation et de décroissance, mais les deux resteront positifs. L’inversion de la courbe des taux reste un sujet mais à ce stade le marché valide la thèse de la FED.

On constate donc que les marchés eux saluent le fait que le monde est plein de problèmes et de nuages gris mais qu’il n’y a plus d’incertitude. On achète donc le fait que le risque est avéré, connu. Certains diront que c’est n’importe quoi mais c’est ainsi. Le marché achète l’espoir que cela va aller mieux et qu’on connait tous les problèmes. Il a peur quand c’est l’inconnu. Il se soulage quand l’inconnue devient connu même si c’est pas top.

Par contre en Europe c’est différent, on est impacté par la crise énergétique. Et il ne faut pas penser que parce qu’un cessez le feu sera peut être signé prochainement que cela résorbera toutes les problématiques. L’Europe est dépendante, les prix même s’ils baissent resteront importants et la BCe même si elle monte les prix ne pourra influer sur 50% de l’inflation qui est induite par l’énergie qui est importée. Et se séparer de la Russie, c’est possible, mais long, couteux et donc encore plus inflationniste. Ainsi la BCE elle ne peut pas se permettre de remonter trop les taux, car la croissance est bien plus fragile.

On aurait donc envie de dire stagflation pour l’Europe et désinflation et décroissance pour les US. Et puis la Chine, qui au contraire soutien son économie. On a bien compris qu’elle venait de réaliser qu’elle ne pouvait en même temps prôner moins d’écart de richesse au sein de son peuple et en même temps se préparer et se renforcer pour subsister aux sanctions US le jour où ils décident d’envahir Taiwan.

Ce qu’on a surtout compris, c’est que les US n’enverront plus un soldant nulle part. Ni en Europe, ni à Taiwan. C’est ça la chose principale à retenir. Il va falloir que chacun apprenne à se défendre par soi même, cela a un coût, une inflation aussi. Et pour les impérialistes, juste apprendre à se préparer à résister aux sanctions avant d’avoir des vues sur le voisin. Cela veut aussi dire de plus en plus créer une puissance alternative aux US. Affaiblir le dollar en tant que monnaie de réserve, mettre la main sur les ressources naturelles. Bref c’est cela la géopolitique de ces prochaines décennies.

De même on avait oublié l’interventionnisme de la Chine, en mal comme en bien. Pourtant depuis evergrande et donc septembre 2021, l’issue était claire. Le timing c’est le plus dur en bourse. Mais contrairement aux autres pays, la Chine elle continue de soutenir son économie. Elle a bien compris qui lui fallait accélérer son indépendance à l’occident. C’est en bonne voie mais c’est pas encore ça, sinon nul doute que leur ton aurait été moins neutre dans le conflit en Ukraine, qui reste avant tout un conflit de ce siècle entre deux zones : Les soi disant libéraux démocratiques vs les impérialistes autocratiques. ça promet.

Evidemment je ne peux résumer en une chronique tout ce qu’on a pu écrire ensemble ces derniers mois. Mais il faut retenir qu’au delà de la crise Ukrainienne, même avec un cessez le feu, on ne balaiera pas les problèmes structurels liés à la hausse des matières premières d’un revers de la main. Certes cela restera volatil mais on entre dans un nouveau monde, inflationniste alors que la FED donne l’impression de réagir avec empressement et trop tard alors que l’inflation touche les salaires dorénavant.

On aurait tort de penser que tout va bien dans le meilleur des mondes possibles cependant. Le marché maintenant va se battre quant à savoir quoi privilégier. Dans un monde ou l’inflation va être plus forte avant de l’être moins mais de rester au-dessus de ce que nous avons connue ces deux dernières décennies. Un monde où la croissance va se résorber. un monde où le pouvoir d’achat du consommateur et son moral seront atrophiés et se répercuteront sur les marges des entreprises qui cette fois ne pourront pas profiter du surplus d’épargne pour faire passer les hausses de prix.

Pour moi donc on peut avoir des divergences entre US et EU. mais globalement en plusieurs temps, Les matières premières, les valeurs cycliques avec pricing power et dividende ainsi que les valeurs de croissance, peu endettées avec une croissance sup à l’économie et de la visibilité restent les choix à privilégier.

En acceptant encore de la volatilité ces prochaines semaines car je crois que c’est encore loin d’être terminé en Ukraine, avant que la vue macro ne soit plus claire sur le scenario à privilégier.

En attendant, même si on remonte els taux, les taux réels vont rester négatifs pour longtemps. Cela ide à soutenir els dettes, et à en prendre davantage pour investir dans les grands « Plans » de demain. En tant qu’investisseur c’est donc à garder à l’esprit. on ne se bat pas contre le marché dans notre perf mais dans la protection avant tout de notre capital net d’inflation.

Analyse CAC 40

On marque une pause sur le CAC ce jour mais ça reste dans la dynamique haussière instaurée hier. Au-dessus des 6400 on continue de jouer le rebond. La résistance est à 6666-6700. si ça passe, ce sera la zone des 6800. Pour moi c’est un très beau rebond qui acte le soulagement du marché. Mais pour autant on ne peut parler de retournement de la tendance à ce stade. Je serai plus partisan d’une construction et congestion ces prochaines séance dans une zone 6400-6800 en gros. ce n’est que son issue qui nous donnera la tendance à privilégier à plus moyen terme.

Pour le moment la stabilisation du marché, et le soulagement, permettent aux petites capitalisations de retrouver des flux et de rebondir à leur tour.

Pour le moment donc je considère qu’on a fait ce que l’on devait faire, le reste va demander plus d’observation avant de juger de la suite avec plus de probabilités.

analyse cac 40 en zone de construction
analyse cac 40 en zone de construction

Souhaitez-vous recevoir un email pour être averti dès la publication de mes nouvelles positions? Alors Cliquez-ici

Portefeuille Graphseo bourse

J’ai pris beaucoup de profits hier. Je garde encore une exposition à une poursuite du rebond surtout au travers d’esker dont je jouerai les résultats surement. Je me remet en observation mais vais continuer d’être offensif sur des rebonds de plus petites caps surtout aux US je pense. Pour le moment un peu de repos après une volatilité éprouvante mais plus que satisfaisante. De quoi reprendre maintenant le droit chemin et éviter de me faire encore balader.

Toutes les positions sont partagées en temps réel au sein de l’Académie

Portefeuille Graphseo bourse trading dynamique
Portefeuille Graphseo bourse trading dynamique

amicalement

Julien

Note: Toutes les positions sont discutées et annoncées en temps réel sur L'Académie des Graphs. Le portefeuille est mis à jour une fois par jour. Les positions prises ou soldées en cours de journée post publication sont stipulées directement dans l'article du lendemain. Chaque fin de mois et chaque fin d'année, un article spécifique est publié pour faire le bilan de la performance du mois et de l'année. Le portefeuille représente mes convictions personnelles consolidées (portfolio zonebourse) et ne sont pas une incitation à l'achat ni à la vente.

Performance 2021: +122%; 2020: +121%; 2019: +79%; 2018: +21%; 2017: +24%; 2016: +12%; 2015: +45%; 2014: +30%; 2013:+72%...

La performance moyenne annuelle est de +40% depuis 2008. Avec l'accroissement du capital, je prends moins de risques aujourd'hui et vise +20% par an selon les conditions de marché. Ce qui m'importe, c'est le gain en valeur que représente ces +20% et non le pourcentage de gain seul. On ne gère pas un portefeuille à 6 chiffres comme on en gère un à 7...

Mon capital et mon horizon de placement sur chaque titre ne sont surement pas les mêmes que les vôtres. Le portefeuille est là pour partager avec vous en toute transparence mes convictions au quotidien mais n'a pas vocation à être suivi. Mon but est de vous apprendre à pêcher votre propre poisson et non à vous le donner. Cela reflète uniquement mon avis/opinion qui ne saurait valoir recommandation.

Les frais sont de 0,10% par ordre soit 0,2% l'aller retour (TTF en sus lorsque applicable) qui sont prélevés à la clôture de la position afin que vous ayez la performance brute de chaque position. La performance globale, elle, est nette de frais. Les éventuels retraits sont annoncés, notamment quand vient le moment de payer les impôts sur bénéfices. La grande majorité des bénéfices sont réinvestis depuis 2008. Les retraits/virements ponctuels annoncés. La performance est donc en net.
Merci de faire tourner et partager cet article
Image par défaut
Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse.
Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

2 commentaires

Laisser un commentaire