Prévision cac 40 pour la séance du 10 novembre 2014

Accèdez gratuitement à des conseils, stratégies et techniques pour bien débuter et mieux investir. Cliquez-ici pour Débuter Maintenant

Comme je l’annonçais hier soir dans l’analyse cac 40, je pense que nous sommes dans une consolidation, une temporisation actuellement. Après la récente hausse en deux semaines c’est bien normal. A long terme donc nous demeurons dans une tendance baissière tant que nous sommes sous les 4290 points. Il faut pour cela observer les valeurs bancaires. Le CAC 40 ne reprendra pas une tendance haussière tant que les valeurs bancaires ne remonteront pas la pente. Et depuis deux jours elles sont attaquées. Par contre à court terme nous sommes dans un rebond technique haussier qui s’essouffle et se transforme donc en une phase de neutralité, de temporisation. Sous 4290 on est bien obligé de privilégier une sortie baissière. D’autant plus sous les 4213 cassés aujourd’hui. Mais tant que les 4150 points font office de support, on ne peut pas vendre la peau du bull avant de l’avoir tué. Pour le tuer et relancer la baisse il faudra casser les 4150. Ce sera le point pivot. Par contre revenir au-dessus des 4213 et c’est relancer un test des 4280 et si ça passe ce sera une autoroute vers les 4350 avec 4330 en résistance intermédiaire. Moralité, cela va être volatile. Et il vaut mieux se préparer aux deux scénarios avec ses points pivots pour agir avec le bon timing.

Sous 4213 points donc, les baissiers ont la main. Ils prendront définitivement l’ascendant en rompant les 4150. Au-dessus des 4150, les acheteurs tiennent la baraque mais se fragilisent. On rentre dans une congestion dont la sortie nous donnera la tendance à privilégier pour cette fin 2014

analyse cac 40

Vous voulez débuter sans tomber dans les pièges? progresser rapidement? Vous en avez marre de reperdre tous vos gains durement gagnés en un instant? Vous voulez enfin gagner régulièrement et sans stress ? Alors laissez-moi vous apprendre tout ce qu'il vous faut savoir pour enfin franchir un cap dans votre trading et ne plus jamais être le même investisseur. Cliquez-ici pour enfin devenir un trader gagnant
Partagez cet article
Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

signature


Vous souhaitez apprendre à faire vos propres analyses techniques et savoir comment détecter les figures graphiques qui gagnent pour enfin savoir quand acheter et quand vendre au meilleur moment? Vous souhaitez être capable rapidement de réaliser le même type d'analyses claires et précises comme moi?

Alors, Téléchargez tout de suite et gratuitement le livre pleins de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Julien Flot est Trader pour compte propre et consultant depuis 2006. Il dispense des formations en bourse et des conseils avisés pour aider les investisseurs sérieux à mieux investir en bourse et surtout acheter des actions au bon moment à moindre risque.

Cliquez-ici pour accéder gratuitement et immédiatement aux actions à acheter cette semaine en bourse.

A propos de l'auteur Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
  • Julien dit :

    attention à toute cassure des 4190 en support , sous 4213 pas de hausse durable à attendre

  • Guillaume dit :

    On fini la semaine sur un beau recouvrement baissier (en plus)…non?

  • Julien dit :

    Attention pour lundi, l’Ukraine refait les gros titres avec l’engagement Russe, on a eu un prémisse vendredi de la peur des marchés de ce conflit, alors que nous venons d’effectuer un retracement de rebond technique, l’Ukraine pourrait bien mettre un terme à ce rebond et donc confirmer que le cac 40 et bel et bien dans un rebond technique dans une tendance baissière et non dans une relance hausisère

  • k2r dit :

    Oui les 4180 sont “chauds”. Zone de R/S daily et oblique support médiane d’ANDREWS, dans une ambiance de conso (squeeze 20/50 et Boll sup haussière mais la inf a un coup de mou, donc les creux sont “fragiles”).
    En tout cas, attention à la ligne de cou du M baissier 4130, borne basse de ton beau rectangle rouge

    pour la hausse, casser les 4235 sommet du M baissier

  • Julien dit :

    Le numéro un de la banque centrale belge et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), Luc Coene, s’est dit vendredi 7 novembre en faveur d’un programme d’achat d’obligations d’Etat par l’institut monétaire, brisant un tabou.

    “Il est indiqué de commencer à acheter des obligations d’Etat”, a estimé M. Coene dans une interview à l’hebdomadaire belge Trends, devenant ainsi le premier gouverneur d’une banque nationale au sein de la zone euro à tenir ouvertement ce discours.

    “Vu les perspectives d’inflation et de croissance négatives, il faut prendre le risque”, a-t-il souligné, au lendemain d’une réunion de la BCE à Francfort.

    “Le danger d’une inflation faible est plus important que le risque de l’une ou l’autre bulle, que le cas échéant nous pouvons tenter de maîtriser grâce à nos instruments macro-prudentiels”, a-t-il ajouté, estimant qu’en l’état, la BCE “n’agit pas suffisamment pour stimuler l’inflation et la croissance économique”.

    Frictions au sein de la BCE

    Reconnaissant que ce sujet suscite des frictions au sein de l’institution, il a jugé “normal d’avoir ce genre de désaccords”. Qui plus est, il est “exact” qu’un tel scénario “n’est pas sans risque, cela signifie qu’on injecte beaucoup de liquidités dans l’économie sans certitude que cela stimule la demande et les perspectives d’inflation”, a-t-il reconnu.

    Jusqu’ici, “la BCE a cherché une façon pragmatique de tout de même pomper de l’argent dans le système. Elle le fait en achetant des obligations sécurisées et des crédits reconditionnés, mais ce marché est relativement petit et pas très liquide”, a-t-il souligné.

    Pour stimuler une économie morose, la BCE a dévoilé en juin puis en septembre un vaste arsenal de mesures destinées à fluidifier le crédit en Europe.

    Cette boîte à outils comprend un programme de prêts de longue durée très bon marché (TLTRO) accordés aux banques, des achats d’obligations sécurisées (covered bonds) depuis le mois d’octobre et de titres adossés à des actifs (ABS) à partir de novembre.

    Vers de nouvelles mesures de soutien?

    Mais jeudi, l’institut monétaire a semblé s’acheminer vers de nouvelles mesures de soutien à la zone euro. Le conseil des gouverneurs a en effet “confié aux services de la BCE et aux comités concernés de l’Eurosystème la préparation en temps et en heure de nouvelles mesures, au cas où elles s’avéreraient nécessaires”, a déclaré le président de l’institution, Mario Draghi.

    Pour la plupart des analystes, cela rend inéluctable à terme un programme d’achat de dettes publiques, qui présentent l’avantage d’être abondantes et liquides en Europe.

    La BCE a déjà procédé à des rachats de dette publique mais n’est pas allée jusqu’à acquérir directement des obligations d’Etat lors de leur émission, comme aux Etats-Unis et au Japon.

    Vendredi matin, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, avait jugé que l’achat d’obligations publiques par les banques centrales était justifié “dans des circonstances extrêmes”. Il s’exprimait lors d’un colloque monétaire à Paris auquel assistent entre autres la patronne de la Fed américaine, Janet Yellen, son homologue japonais, Haruhiko Kuroda, et le chef de la Bundesbank, la banque centrale allemande, Jens Weidmann, farouchement opposé à ce type d’initiative.

  • >