Prévision CAC 40 tendance pour demain 26 août 2014

Accèdez gratuitement à des conseils, stratégies et techniques pour bien débuter et mieux investir. Cliquez-ici pour Débuter Maintenant

Dès l’ouverture le CAC 40 a annoncé la couleur. Elle sera verte toute la journée sans jamais de doutes. Avec un gap haussier, et une consolidation sur les 4290 points, le cac 40 a annoncé que le rebond haussier perdurait. Ce soir on s’est affranchi des résistances sur les 4295 et 4310 et 4330 points. Il ne reste plus que celle des 4345 points, la plus difficile, puisqu’elle se trouve dans une forte zone de résistance avec notamment une oblique haussière que l’on vient de tester à nouveau. Rompre ce niveau serait un gros signal d’achat car cela annulerait le signal vendeur donné voilà deux mois sur les plus hauts. Surtout cela permettrait d’envisager un rallye haussier à l’américaine où le S&P 500 vient d’accrocher les 2000 points à son record personnel. Incroyable ! Le cac 40 est toujours en déphasage défavorable par rapport aux US, pourrait-il rattraper le retard ? La réponse viendra bien assez tôt au contact des 4345 points. Surtout il faudra que le cac 40 conserve les 4290 points. Au-dessus de ce niveau les options haussières sont possibles. En-dessous des 4290 on casserait le support et point pivot et ce rebond n’aurait des allures que de rebond technique et il faudrait donc s’en inquiéter. Nous voilà donc au milieu du guet en attente, pour choisir son camp pour les prochaines semaines à venir.

analyse cac 40

Vous voulez débuter sans tomber dans les pièges? progresser rapidement? Vous en avez marre de reperdre tous vos gains durement gagnés en un instant? Vous voulez enfin gagner régulièrement et sans stress ? Alors laissez-moi vous apprendre tout ce qu'il vous faut savoir pour enfin franchir un cap dans votre trading et ne plus jamais être le même investisseur. Cliquez-ici pour enfin devenir un trader gagnant
Partagez cet article
Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

signature

Julien Flot est Trader pour compte propre et consultant depuis 2006. Il dispense des formations en bourse et des conseils avisés pour aider les investisseurs sérieux à mieux investir en bourse et surtout acheter des actions au bon moment à moindre risque.

Cliquez-ici pour accéder gratuitement et immédiatement aux actions à acheter cette semaine en bourse.


Vous souhaitez apprendre à faire vos propres analyses techniques et savoir comment détecter les figures graphiques qui gagnent pour enfin savoir quand acheter et quand vendre au meilleur moment? Vous souhaitez être capable rapidement de réaliser le même type d'analyses claires et précises comme moi?

Alors, Téléchargez tout de suite et gratuitement le livre pleins de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

A propos de l'auteur Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
  • julien dit :

    Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de voir Arnaud Montebourg, l’un des responsables politiques européens les plus critiques à l’encontre de la Banque centrale européenne, poussé au départ d’un gouvernement français démissionnaire quelques heures seulement après un appel du président de la BCE Mario Draghi pour une politique budgétaire de soutien à la demande.
    Mais quand en France l’éviction du contempteur de l’austérité budgétaire vise à trancher un débat interne à la majorité présidentielle sur la politique économique, les propositions du premier des responsables monétaires européens se placent d’emblée à l’échelle de la zone euro.

    Fustigeant la réduction “dogmatique” des déficits (publics) et estimant que les choix n’étaient pas “figés”, Arnaud Montebourg s’est posé en porte-parole des “frondeurs” de la majorité, une posture non dénuée d’arrière-pensées politiques alors que les ambitions s’affirment à droite comme à gauche dans la perspective de la présidentielle de 2017.

    Son plaidoyer en faveur d’un soutien aux ménages a essuyé un démenti catégorique de l’exécutif, le chef de l’Etat demandant au Premier ministre reconduit “de constituer une équipe en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies”.

    François Hollande et Manuel Valls n’avaient eu de cesse dans les jours précédents de souligner leur volonté de maintenir le cap de la réduction des déficits et des réformes structurelles en dépit d’une croissance en berne, d’un chômage record et de leur impopularité.

    “CHANGEMENT BRUTAL ET PROFOND”

    Intervenant vendredi à l’occasion du grand rendez-vous de rentrée des banquiers centraux à Jackson Hole, aux Etats-Unis, Mario Draghi a déclaré qu’il pourrait être “bénéfique pour l’orientation générale de la politique (économique)” que la politique budgétaire joue un plus grand rôle aux côtés de la politique monétaire de la BCE. Il a ajouté : “Je crois qu’il y a des marges de manoeuvre pour cela”.

    Des propos qui tranchent avec l’assentiment tacite de la BCE aux politiques d’austérité au sein de la zone euro, prônées en particulier par la chancelière allemande Angela Merkel.

    De fait, le président de la BCE se montre plus enclin au soutien budgétaire qu’à l’austérité.

    “C’est un changement brutal et profond de perspective”, relève Philippe Waechter, économiste de Natixis Asset Management.

    La politique budgétaire adoptée dans les différents pays de la zone euro partait du principe que l’équilibre budgétaire dans chaque pays favorisait sa croissance et son emploi.

    “Draghi indique que ce n’est sûrement pas la bonne solution pour soutenir la demande, dynamiser l’emploi et in fine écarter le risque de déflation”, poursuit Philippe Waechter.

    “Le modèle actuel nie l’existence d’une politique budgétaire de la zone euro, celui proposé par Draghi la met au premier plan.”

    L’économie de la zone euro, qui a calé au deuxième trimestre, est menacée d’une rechute en récession alors que l’inflation est au plus bas.

    La BCE n’a pourtant pas ménagé ses efforts, abaissant ses taux directeurs à des plus bas records, alimentant massivement les banques en liquidités et leur offrant un programme de refinancement ciblé à compter du mois de septembre et se disant prêt à faire plus si nécessaire.

    PROPOS ALARMISTES

    Pour autant, et Draghi ne s’est pas fait faute de le souligner dans son discours de Jackson Hole, les “marchés financiers ont indiqué que les anticipations d’inflation montraient des baisses significatives sur tous les horizons” en août.

    Il a notamment relevé la baisse du point mort d’inflation à cinq ans dans cinq ans, l’indicateur privilégié par la BCE pour apprécier les anticipations d’inflation. Il a reculé de 20 points de base sur le seul mois d’août pour tomber à 1,96%, proche de son plus bas record de 1,90% atteint en 2010.

    “Le conseil des gouverneurs de la BCE surveillera ces développements et dans le cadre de son mandat utilisera tous les instruments nécessaires pour assurer la stabilité des prix à moyen terme”, a prévenu Draghi à Jackson Hole.

    Un engagement qualifié d’alarmiste par Christian Schulz, économiste à la banque Berenberg.

    La prochaine réunion de politique monétaire du conseil des gouverneurs de la BCE se tiendra le 4 septembre alors que les opérateurs jugent de plus en plus probable qu’elle se lance dans un programme massif de rachats d’actifs à l’instar de ceux conduits par la Réserve fédérale américaine, la Banque d’Angleterre et la Banque du Japon.

    Draghi a toutefois rappelé dans son discours l’incapacité de la BCE à faire comme les autres banques centrales qui peuvent garantir la dette publique, constatant que la seule politique monétaire ne suffit plus face à une demande trop réduite en zone euro pour remettre en marche et soutenir la machine économique.

    Pour lui, la question de la croissance au sein de la zone euro ne se réglera que par la mise en oeuvre d’une dynamique commune et non par la somme des efforts de chacun.

    “Cela ne veut pas dire pour autant que chaque pays membre pourra faire l’économie de réformes structurelles car il y a des dysfonctionnements majeurs dans plusieurs économies”, relève Philippe Waechter. Mais cela signifie d’après lui que “la croissance n’est l’affaire ni d’un pays ou d’un autre mais une question collective qui ne peut être réglée que collectivement.”

    (Paul Carrel avec Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

  • >