Taux d’intérêt immobilier bas: cette fausse bonne raison d’acheter

Accèdez gratuitement à des conseils, stratégies et techniques pour bien débuter et mieux investir. Cliquez-ici pour Débuter Maintenant

La Banque de France vient de publier son rapport qui donne le taux d’intérêt moyen pratiqué en France dans le cadre d’un prêt pour acheter sa résidence principale. Le résultat est que sans surprise après la décision de la Banque centrale Européenne de baisser les taux, les taux des crédits immobiliers continuent de baisser. En moyenne donc on obtient aujourd’hui un taux à 2,85% contre 2,90% en août dernier. Les taux de crédit à la consommation baissent également. J’entends déjà d’ici, les cadres de l’immobilier nous dire qu’avec des taux aussi bas, il faut acheter de l’immobilier, que cela est une opportunité et que cela ne durera pas.

Sauf, que ce monde de taux bas, sous le spectre d’une Europe sans croissance, au bord de la déflation, n’est pas prêt de s’inverser. Plus que toujours, il est urgent d’attendre.

La déflation est un cercle vicieux et surtout en France, N’oublions pas que la France est composée d’une population qui a très peu confiance en l’avenir. Contre cela, elle économise et non consomme.

Même avec des taux bas, les transactions immobilières ne repartent pas. Cela veut dire une chose. C’est que même avec des taux bas, les ménages ne peuvent se lancer dans un projet immobilier sur 15, 20 ans et plus.


Vous souhaitez apprendre à faire vos propres analyses techniques et savoir comment détecter les figures graphiques qui gagnent pour enfin savoir quand acheter et quand vendre au meilleur moment? Vous souhaitez être capable rapidement de réaliser le même type d'analyses claires et précises comme moi?

Alors, Téléchargez tout de suite et gratuitement le livre pleins de conseils exclusifs pour savoir comment détecter les bonnes actions à acheter et surtout au bon moment en cliquant ici

Car tout simplement, le problème ne vient pas des taux, mais du prix des biens. Le marché immobilier en France, est maintenu artificiellement à des niveaux de prix élevés. Mais pour encore combien de temps ? Preuve est fait que les nouveaux acheteurs ne se bousculent pas au portillon. Et sans acheteur, les prix ne peuvent que baisser.

Les taux peuvent bien être à 0% que cela ne changerait rien. Le niveau des salaires est aujourd’hui trop bas pour permettre à un couple d’acheter.

La seule solution pour relancer les transactions et donc les prix serait de voir une hausse des salaires. Mais la hausse des salaires ne peut intervenir que si l’inflation repart, et l’inflation ne peut que repartir si la croissance repart.

Or, avec le spectre de la déflation et des journaux télévisés qui ne parlent que de ce qui va mal, comment voulez-vous instaurer à nouveau la confiance en l’avenir si nécessaire à ce que les gens se remettent à consommer, ce qui relancerait la croissance, l’inflation, la hausse des salaires, les transactions immobilières et donc les prix immobilier.

La seule solution, viendra donc d’une baisse des prix immobiliers d’au moins 15 à 20% pour permettre aux ménages d’être à nouveau acquéreur et de relancer le marché. Le cycle de l’immobilier est long. Mais la stagnation actuelle est plus une préparation à la baisse selon moi, qu’une consolidation avant un retournement haussier. Même avec des taux durablement bas, l’immobilier n’est donc pas prêt de repartir en France.

Selon la banque de France, les taux d’intérêt moyens des nouveaux prêts à l’habitat à long terme et à taux fixe baissent encore (2,85 %, après 2,90 % en août). Les taux des crédits amortissables à la consommation diminuent également (5,28 %, après 5,43 %).

En revanche le nombre de crédit à l’habitat qui croît de 2, 7 % en septembre progresse moins vite qu’en août (+3%) quand les crédits de trésorerie restés stables le mois dernier repartent à la hausse en septembre (+0,6 %). En dehors de ces deux postes, les autres crédits poursuivent leur décélération avec un taux de croissance passant respectivement de 17,1 % en juillet à  15,7 % en août puis 13,9 en septembre.

Vous voulez débuter sans tomber dans les pièges? progresser rapidement? Vous en avez marre de reperdre tous vos gains durement gagnés en un instant? Vous voulez enfin gagner régulièrement et sans stress ? Alors laissez-moi vous apprendre tout ce qu'il vous faut savoir pour enfin franchir un cap dans votre trading et ne plus jamais être le même investisseur. Cliquez-ici pour enfin devenir un trader gagnant
Partagez cet article
Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

signature

Julien Flot est Trader pour compte propre et consultant depuis 2006. Il dispense des formations en bourse et des conseils avisés pour aider les investisseurs sérieux à mieux investir en bourse et surtout acheter des actions au bon moment à moindre risque.

Cliquez-ici pour accéder gratuitement et immédiatement aux actions à acheter cette semaine en bourse.

A propos de l'auteur Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
  • k2r dit :

    julien, connais tu un moyen de Vader le secteur immobilier ?

  • Julien dit :

    Mauvaise nouvelle en vue pour les propriétaires. La taxe d’habitation pourrait être alourdie de 20% pour certaines résidences secondaires situées dans des zones dites “tendues”, rapporte lundi le quotidien Les Echos sur son site internet. Cette possibilité sera offerte aux communes sous certaines conditions, a confirmé le ministre des Finances Michel Sapin ce mardi.

    Cette surtaxe devrait figurer dans le projet de loi de finances rectificative pour 2014, attendu le 12 novembre, et doit rapporter 150 millions d’euros aux communes où elle sera appliquée, selon Les Echos.

    Mesure de déblocage

    Une trentaine de grandes agglomérations seraient concernées, mais certaines résidences secondaires – comme les résidences détenues pour raisons professionnelles ou celles possédées par une personne modeste vivant en maison de retraite – auraient droit à un dégrèvement. Contacté par l’AFP, Bercy n’était pas disponible pour réagir dans l’immédiat.

    Il s’agit selon Michel Sapin de “mesures de déblocage du logement” visant les “zones tendues” et les résidences secondaires “quasi vacantes”. Le ministre a jugé qu’à cet égard la situation était “particulièrement choquante en région parisienne”. Il n’a toutefois produit aucun chiffre.

    Une telle surtaxe avait déjà été envisagée en 2012

    Ce ne serait pas la première fois qu’une telle surtaxe est envisagée par l’exécutif. Fin 2012, un amendement gouvernemental avait proposé une augmentation des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les zones tendues mais l’idée avait finalement été abandonnée.

    “L’exécutif a (…) travaillé son dispositif: contrairement à la précédente mouture, le produit de la surtaxe sera fléché vers les collectivités”, précise le quotidien.

    source: votre argent

    • Fab56 dit :

      Voila que les services fiscaux vont devoir croiser les infos et déterminer le lieu de travail des détenteurs de foncier. Celui-ci n’étant pas forcément celui du siège social des sociétés, je leur souhaite du courage. On notera au passage que les politiques exerçant (d’une manière ou d’une autre) une activité a Paris seront tous exonérés. Je précise cela car, ils ont très peu d’actions, en revanche, ils adorent l’immobilier parisien ;)

  • Julien dit :

    l’immobilier c’est une offre et une demande. donc le graphique des prix immobilier s’analyse comme un graphique boursier. Voici donc le graphique des US. Perso on voit bien que ce n’estpas une tendance baissière, nous sommes dans une phase 3 de consolidation de la phase hausisère. Cette phase 3 peut tout à fait se transformer à nouveau en phase d’ascension et donc de hausse, mais le plus souvent, surtout si l’on voit le chemin parcouru depuis 1920, on rentre en phase de déclin.
    j’aime notamment rapprocher le graphique du titre iliad à l’immobilier. Cela n’a rien à voir niveau secteur d’activité, mais l’on voit très bien la corrélation au niveau ascension et surtout déclin d’iliad ces derniers mois

  • Fab56 dit :

    Surtaxe sur les résidences secondaires en zone tendue soit un potentiel de quelques 175000 appartement a Paris susceptible de venir alimenter l’offre. Un graph demandait si un investissement de ce type ds un quartier recherché était une bonne idée. J”ai le sentiment que ce signal va pousser les candidats a une réflexion plus poussée et incite a la prudence…….

    • edd dit :

      oui fab56, c’était moi.
      Tu as des infos sur cette surtaxe ?

      • Fab56 dit :

        Non Edd, je pense (ce n’est que mon avis) que si ca ne va pas renverser le marché d’un coup, c’est tout de même un signal supplémentaire de l’abandon d’une politique jusqu’auboutiste des gouvernements successifs en faveur de l’immobilier. Mais aucune info prticulière, juste un sentiment que l’Etat lâche du lest…. reste a savoir comment le marché va réagir. Les propriétaires concernés vont-ils louer……..ou vendre (et alimenter l’offre=>facteur de baissse des prix) ?

        • edd dit :

          Rien que dans nos réflexions, on voit déjà l’issue, il faut attendre pour voir si les prix baissent.
          Donc pas d’acheteurs, donc baisse des prix.

          • Julien dit :

            exactement c’est un raisonnement qui amène la déflation et donc la baisse des prix. Nous créons nous mème l’objet de nos peurs

  • Paul dit :

    Sachant que les crédits immobiliers actuels sont à 80% des rachats de prêts et non du financement de transaction! Les Stats de production de credit sont donc completement artificielles !

  • >
    10 Partages