Ce que j’ai appris de Warren Buffett

Warren Buffet est l’un des hommes le plus riche au monde. On parle souvent de sa fortune comme étant le fruit de ses investissements. On utilise dorénavant son nom pour vous expliquer comment vous pouvez investir et devenir riche comme Warren Buffett en passant sous silence, que tout le monde n’est pas Warren et n’a pas les mêmes possibilités offertes sur les marchés. Certains ne manqueront pas de rigoler de ses derniers investissements pour le traiter de fini également. Quoiqu’il en soit, comme toujours il est important de faire le tri.

Voici donc les véritables conseils que vous devez retenir de Warren Buffett et appliquer.

On met souvent dos à dos l’analyse technique et l’analyse fondamentale. Je pense qu’un investisseur a tout intérêt à utiliser les deux. Il s’agit avant tout de bon sens. Car la clé est ailleurs : En vous, dans votre gestion du risque.

Peu importe la stratégie, ce que l’on reconnait chez les investisseurs et traders qui ont fait fortune, c’est leur capacité à savoir gérer le risque.

Regardez ce graphique sur les gains de Warren Buffett. Ils vous apprennent le secret de la bourse : La patience.

La majorité de la fortune de Buffett arrive tardivement et ensuite devient exponentielle. Exactement comme le cycle de hausse d’un marché ou d’une action en particulier. La hausse se fait par escaliers avant de devenir exponentielle.

La moralité de l’histoire. C’est que le plus grand secret de la bourse ne tient pas dans la stratégie mais dans la patience de l’appliquer avec discipline jour après jour.

Il n’y a pas de raccourcis

L’autre plus grande règle pour gagner en bourse c’est de faire simple.

Peu importe sa stratégie. il faut faire simple pour avoir des signaux simples et donc des décisions simples. Il n’y a pas de martingale ni de méthode miracle. La complexité ne fait que brouiller vos décisions et votre réactivité et vos performances avec.

Il faut éliminer le bruit de marché.

Avec les réseaux sociaux, les forums encore plus qu’avant. Beaucoup de personnes affirment des choses avec beaucoup d’aplomb, mais ce qui n’en fait pas des faits pour autant. Méfiez-vous des fausses évidences et de ce que vous aimez entendre pour conforter vos propres biais psychologiques dans lesquels on s’enferme en pensant que tout le monde pense comme nous alors qu’on choisit de ne suivre que les statistiques ou personnes qui pensent comme nous en occultant tout le reste. Un bon investisseur, doit avoir un seul biais : l’opportunisme.

Le bruit du marché vous pousse constamment à l’impulsivité. On vous pousse à prendre des décisions alors que ce n’est pas votre plan ou votre profil et horizon de placement.

Souvenez-vous que pendant que l’optimiste et le pessimiste débattent de savoir si le verre est à moitié vide ou plein, l’opportuniste lui le boit.

Préparez-vous à voir votre action baisser.

Vous devez préparer votre plan de façon à préparer votre réaction si l’action baisse de 10,20,30% ou plus. Trop de personnes achètent puis s’imaginent ce qu’ils feront quand l’action aura gagnée 100%.

Pensez risque avant de penser gain.

Si vous connaissez et acceptez votre risque avant de prendre position, alors les émotions ne prendront jamais le dessus sur vos décisions.

Vous êtes euphorique ou paniqué ?

C’est que vous ne tenez pas votre plan ou n’avez pas de plan ou encore que votre taille de position est trop importante. Réduisez la taille de position jusqu’à ce que vous ressentiez être à nouveau sous contrôle. Calme.

Achetez une marge de sécurité

Utilisez les 5 forces de Porter pour investir à long terme. Investissez dans les entreprises qui ont un avantage concurrentiel important et pas rattrapable facilement par les concurrents. Imaginez l’entreprise comme un château. Comment défend-t-on un château des concurrents ? Encerclé d’eau. Un moat en anglais. Est-ce que votre entreprise a un moat ?

La fausse diversification nuit à votre trading

Soit vous voulez réduire votre risque au stricte minimum et il faudra alors diversifier sur plusieurs classes d’actifs. Soit vous voulez surperformer le marché et il faudra concentrer le portefeuille. Beaucoup de personnes pensent diversifier en ayant 50 actions et souvent sur des secteurs d’activité liés. C’est de la fausse diversification. Réduisez vos nombre de lignes, accumulez ce qui marche, concentrez vos lignes qui marchent et liquider celles qui ne marchent pas. C’est la clé.

Tout est question de profil et de temps. Pour la majorité des investisseurs je recommande 8 à 12 lignes max. Personnellement je peux en gérer bien plus mais souvent il y a des petites lignes qui requiert moins de suivie. Mes lignes surpondérées sont rarement au-delà des 8. Sinon on perd en suivi et en réactivité. Même à long terme.

La clé en bourse ne se trouve pas dans votre capacité de bien acheter.

Mais bien dans votre capacité de bien gérer votre risque une fois en position. Savoir accumuler et réduire puis vendre. C’est là que se fait la différence dans la performance.

Suivez vos plans. Ne paniquez pas du moindre recul du marché. Le marché a besoin de respirer à la hausse et à la baisse. Il ne monte ni ne descend en ligne droite. il y a toujours des respirations. Si vous paniquez ou devenez euphorique, c’est que vous ne tenez pas votre plan ou n’en avez pas. Dès que les choses iront contre vous, vous deviendrez frustré, passif devant votre écran alors que la décision qui fait la performance d’un portefeuille se prend toujours dans ces moments là.

Vous êtes long terme ? Coupez le bruit. Achetez, mettez en place votre plan puis fermez l’ordinateur comme si la bourse allait fermer pendant 1 an et que vous ne pouviez rien faire pendant cette année d’autre que de suivre le plan que vous avez mis en place de manière originelle.

Bien investir en bourse ce n’est pas avoir raison tout le temps.

Vous aurez tort, surtout dans le timing. Pour gagner il faut accepter d’avoir tort. ne pas hésiter à sortir pour rerentrer plus tard sur nouveau signal.

Pensez protection du capital avant tout.

La performance se joue à votre capacité à accepter d’avoir tort et perdre peu. Plutôt que de vouloir avoir tout le temps raison et vous obstiner à conserver vos actions pour cela. Le marché vous sauvera 9 fois sur 10 mais la dixième fois vous irez à la ruine.

Déconnectez-vous de la macro.

Il y a 4 millions d’économistes dans le monde, deux fois plus d’analystes, et encore… Tous avec les mêmes données sous les yeux et tous avec des perspectives différentes. Et tous se plantent. Ceux qui ont raison, ont raison dans le mauvais timing et si tel n’est pas le cas et qu’un gourou semble se démarquer, il ne sera pas le même a avoir raison la prochaine fois.

C’est un peu comme si chaque année vous choisissiez d’arbitrer pour le fond d’investissement qui a retourné la meilleure peformance l’année d’après. Croyez-moi en faisant de la sorte, vos performances seraient moindre que le marché même en choisissant les meilleurs. Car les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

La macro est importante mais dévastatrice pour les performances de l’investisseur. Cela biaise votre esprit et vous pousse à avoir des certitudes sur l’avenir de l’économie qui jugulent votre capacité d’investir et de suivre ensuite des signaux indépendants sur actions.

Jugez et suivez plutôt la micro. Seul cela compte pour vos investissements. Quant aux – Oui mais Julien et les cygnes noirs alors ? Par définition ils sont impossible à prévoir alors pourquoi dépenser votre temps et votre argent à vouloir le faire ?

A toute statistique négative je peux vous en trouver une positive et vice versa. Inutile de perdre son temps à jouer à ce jeu stérile.

Et si cela vous amuse très bien, mais cela vous fait perdre de l’argent. Vous devez alors constater que vous êtes en bourse non pour gagner ou encore le défi intellectuel mais juste par question d’égo. Cette volonté d’avoir raison pour avoir une meilleure opinion de vous même.

C’est malheureusement une terrible raison de se retrouver en bourse; Vouloir avoir raison pour faire plaisir à son égo fera que vous aurez une carrière très courte en bourse et surtout beaucoup de frustrations. Quant à ceux qui semblent le faire tout en étant toujours là après bien des années c’est tout simplement qu’ils n’investissent pas dans les conseils qu’ils donnent. Sinon les gourous qui finissent par avoir raison, serez ruinés avant d’avoir eu raison.

Timing is king

Ce n’est pas Buffett mais Peter Lynch qui a dit que plus d’argent a été perdu sur les marchés a vouloir anticiper la crise plutôt que dans la crise en elle même. Méditez cela. Suivez vos plans. N’écoutez que vos plans qui intègrent la micro et pas la macro.

J’ai un élève de l’Académie des Graphs, qui a parfaitement résumé ce vers quoi vous devez tendre.

Le plaisir d’investir

Vous devez vous concentrer sur le fait que quand vous investissez vous ressentiez du plaisir. Ce plaisir vient de savoir ce que vous faîtes, de savoir à l’avance quels sont vos risques et quels sont vos objectifs. Vous n’êtes alors plus tributaire du marché. Vous ne jouez plus aux devinettes. Vosu n’avez plus besoin de suivre les cours ou les actualités ou encore ce que pense pierre, paul ou jacques à chaque minute.

Vous avez un plan et vous le suivez sans stress, sans émotions et sans égo.

En cela, vous prenez du plaisir et vous apprenez à votre subconscient à faire ce qu’il faut pour vous procurer ce plaisir d’investir. A savoir avoir un plan et arrêter de jouer aux devinettes. Vous créez ainsi un environnement où votre œil repère les configurations qui vont vous apporter du plaisir car permettant d’avoir des repères et pas celles qui n’apportent que du stress car on essaye de deviner où sera le point bas.

Pensez marge de sécurité.

Outre la micro, surtout dans les petites entreprises, c’est le management que vous devez étudier et surtout son intérêt à travailler pour l’actionnaire et non l’inverse. évitez sur le long terme toutes les entreprises qui font augmentation de capital sur capital, ou des obligations convertibles qui diluent l’actionnaire pour survivre en promettant monts et merveilles. Préférez les entreprises qui font un retour à l’actionnaire sous forme de dividendes et de buybacks à la condition que ceux ci soient couverts par les cash flows.

Achetez des entreprises qui cotent à des niveaux, où les titres ne peuvent pas beaucoup plus baisser. Même si on n’en sait jamais rien. Une marge de sécurité technique et une marge de sécurité fondamentale. Bien entendu, c’est acheter en anticipation donc à faire selon une stratégie d’accumulation et avec une taille de position qui reflète que vous anticipez.

Cette marge de sécurité permet de coller à cette fameuse citation de Warren Buffett.

“Soyez craintif quand les autres sont avides, et avide lorsque les autres sont craintifs.

Il ne s’agit pas d’acheter des couteaux qui tombent. Mais d’acheter des entreprises ou l’irrationalité du marché et sa non efficience créée des opportunités. Cela ne se décide pas sur un coup de tête mais après étude des dossiers et puis un jour, le marché vous offre l’opportunité.

Les certitudes tuent en trading

On a le droit d’avoir des convictions mais pas de certitudes. Vous devez être prêt à l’imprévisible. Ne jouez pas aux devinettes. Laissez cela aux analystes et économistes qui n’investissent pas et ne tradent pas et pour qui tout est clair et facile. Concentrez-vous sur votre plan et votre gestion du risque avec des tailles de positions adaptées. Les pires pertes viennent de vos certitudes.

Vous êtes votre propre ennemi.

Inutile de vous déresponsabiliser et tenter de rejeter la faute par frustrations sur la méthode ou autrui.

L’erreur n’est pas dans la stratégie mais dans la manière que vous avez de l’appliquer.

Vous devez adapter la stratégie à votre profil et non l’inverse.

Étudiez vos erreurs, étudiez les erreurs des autres et dressez selon votre profil vos 10 commandements. Affichez-les en bonne place devant vous à chaque fois que vous êtes sur le point de passer un ordre. Apprenez à les suivre trade après trade et ils deviendront habitude et feeling de marché plus tard par la magie de votre subconscient.

Et puis suivez les trois règles essentielles pour gagner en bourse : Discipline, Discipline et Discipline.


Suivez-moi, rejoignez la communauté des "Graphs" et ne loupez aucun conseil

A propos de l'auteur Julien Flot

Julien Flot est Trader pour compte propre depuis 2006 et vous aide en toute transparence au quotidien à mieux investir en bourse. Julien est comme vous, il a un jour voulu débuter en bourse, rapidement perdu quelques milliers d'euros avant d'apprendre de ses erreurs, bâtir une stratégie et l'appliquer avec discipline. Aujourd’hui grâce à sa "stratégie du moindre risque" il est devenu un investisseur qui bat régulièrement le marché! Sur Graphseo bourse, il partage depuis 2008 ses conseils en bourse, analyses et trades avisés pour vous aider à mieux investir et gagner en bourse à moindre risque! Découvrez son histoire en cliquant-ici

Suivez-le sur:

Comment je suis passé d'un petit compte à un portefeuille boursier à 6 chiffres...et comment vous pouvez en faire de même!

La stratégie du moindre risqueUtilisez ma méthode et adoptez comme moi, une stratégie de moindre risque. Débutez, progressez et augmentez votre taux de réussite en devenant un investisseur qui gagne régulièrement en bourse tout en maîtrise et donc durablement. J'ai crée spécialement une formation pour vous guider pas à pas. Découvrez comment acheter les bonnes actions au bon moment et surtout comment savoir quand les vendre avant qu'elles ne baissent.


Profitez d'une méthode clé en main qui gagne, en réduisant les risques et donc en vous permettant de dormir sur vos deux oreilles. Découvrez-la maintenant en cliquant ici.

Cliquez-ici pour en savoir plus
  • Simon dit :

    Merci Julien. Tjrs aussi bien résumé…

    • Julien Flot dit :

      avec plaisir

      • Val dit :

        Trop drôle. Je viens de lire l’article ou plutôt de le relire et je viens de me dire : « tiens c’est bien résumé je vais lui dire » avant de me rendre compte que j’avais fait exactement pareil la première fois…

        • Julien Flot dit :

          Merci Simon. Oui, je pense que je devrais faire tourner plus souvent des refresh sur mes anciens articles. Moi aussi, parfois j’écris et je me dis : ” mais en fait je l’ai déjà écrit ça :-) “

  • >
    26 Partages