Prop Firm Challenge : Trading Financé (Jusqu’à 1M€) – Guide débutant ultime

Découvrez un guide complet et unique pour passer les défis et challenges des props firms et vous faire financer votre compte de trading jusqu’à 1 million d’euros. Voici le guide et retour d’expérience préparés par Thibaut Ranjanoro pour l’académie des Graphs.


Comme promis, je prends le temps de vous faire un fil sur les prop firms. Je vais tenter de vous donner le maximum d’informations même si je pense qu’il va en manquer.

Je pourrai aisément développer chaque point en détails, mais je manque cruellement de temps, et ce n’est pas mon métier de former. Je vais vous dégrossir le travail, et vous avez à développer de votre côté.

A – Déjà, qui je suis ?

J’ai 33 ans, ingénieur chimiste de formation, je me suis mis au trading en 2019. J’ai rejoint l’académie en 2020 (Julien tu me corrigeras si je me trompe).

J’ai à peu près touché à toutes les classes d’actifs et tous les types d’instruments. Comme toute personne qui se lance dans le trading comme il se doit, j’ai perdu (et pas qu’un peu).

J’ai également fait je pense toutes les plus grosses erreurs en trading qu’on puisse faire. Ce qu’il y a d’amusant chez moi, c’est que j’ai fait ces erreurs pendant très longtemps, même si je savais que c’étaient des erreurs. On peut dire que je suis très têtu dans ma bêtise.

J’ai atteint la rentabilité après 2 ans et demi de trading, mais tout juste juste, pas de quoi en vivre. Et c’est en 2021 qu’un ami trader anglais m’a parlé des prop firms, que je ne connaissais pas du tout.

Aujourd’hui, après avoir loupé une bonne dizaine de challenges chez ces sociétés, je suis actuellement financé chez eux (par soucis de pudeur, je vous donne une tranche du capital total que je gère en ce moment, il est compris entre 250k et 1 million de dollars US).

Je trade mon premier compte financé depuis juillet 2022.

J’ai quitté mon poste de Project manager dans l’industrie pharmaceutique en mars 2023, et je ne vis que de mon trading. Il y a des mois très cool, et des mois un peu plus modestes et plus durs à encaisser psychologiquement, mais chaque matin, je me lève avant que mon réveil ne sonne, j’ai l’impatience de me mettre au travail, un sourire intérieur et une joie omniprésente de faire ce que je fais chaque jour. Pour rien au monde, je ne retournerai faire mon ancien travail.

Mes comptes financés sont chez :

  • MyForexFunds
  • City Traders Imperium (j’en ai deux, je viens de recevoir les credentials de mon deuxième compte)
  • MyFundedFX

Au travers de ce fil, je vais vous partager ce que j’ai appris sur les prop firms, souvent à mes dépens, et vous donner le maximum de clés pour vous faire gagner du temps.

B – C’est quoi une prop firm ?

Brièvement, c’est une société qui permet d’être financé en tant que trader, et permet d’avoir un levier énorme. Une fois financé, un capital vous est prêté, et vous pouvez le trader. Le financement va d’un capital de 5K dollars à plusieurs millions de dollars.

Vous avez le droit à une partie des bénéfices faits à partir de ce capital (en moyenne, c’est du 80/20. 80% des profits pour vous, 20% retenus pour la prop firm).

B1 – Comment être financé par une prop firm ?

Bien entendu, c’est loin d’être facile d’être financé (mais c’est possible et nous le verrons plus loin dans les autres sections).

Pour être financé, vous devez réussir un test que les prop firms appellent “challenge”.

Il existe différents formats de prop firms aujourd’hui, l’activité étant en plein boom, je ne vais pas pouvoir vous détailler tous les formats.

Mais de ce que je vois dans le milieu, il existe deux catégories :

  • les prop firms avec challenges à temps limité
  • les prop firms avec challenges sans limite de temps

En général, quel que soit le type de prop firm, il y a deux phases au challenge. Je vous donne une armature générique, même si bien entendu il existe d’autres variantes.

Phase 1 : vous devez faire 8-10% de gains sur le capital, sur une période maximale de 30 jours calendaires (pas jours ouvrés).

Phase 2 : vous devez faire 5% de gains sur le capital, sur une période maximale de 60 jours calendaires.

Durant chaque phase, vous avez des règles à respecter. Un seul non respect de ces règles, vous êtes éliminés :

  • un drawdown maximal de 10-12% (si le capital initial est 100 000 dollars, vous ne devez jamais descendre en dessous de 90 000 dollars)
  • un drawdown daily de 5% (sur un capital de 100 000 dollars, vous ne devez jamais avoir un drawdown de plus de 5000 dollars, MÊME lorsque vous êtes en position)

Note 1 :

Sachez néanmoins que si la période de 30 jours de la phase 1 par exemple est finie mais que vous n’avez pas atteint l’objectif mais que le compte est dans le vert. Le compte est juste reset et vous avez le droit à refaire une phase 1 et ce de manière illimitée tant que vous finissez vert à chaque fois. C’est fair play.

Mon premier compte financé est chez MyForexFunds (les numéro 2 mondiaux), j’ai fait la phase 1 trois fois avant de la valider.

Chez eux, la phase 1 on doit faire 8% avec un drawdown maximal de 12%. Première tentative j’ai finis à +6.2%. Deuxième tentative j’ai fait +4.0%. Troisième tentative j’ai atteint les +8.2% en 18 jours.

Note 2

Les challenges sans limite de temps pour achever l’objectif, sont attrayants, c’est vrai. Surtout que les objectifs sont les mêmes, sans le stress du chronomètre qui tourne. Mais il faut aussi comprendre que la prop firm qui offre ce genre d’alternative, est un business moins costaud. Car une prop firm vit principalement grâce aux challenges échoués.

Car lorsque vous voulez passer un challenge, vous devez payer des fees. Ces fees vous sont remboursées que si vous réussissez (souvent avec un bonus de début de contrat). Dans le cas d’échec, la prop firm garde cet argent. C’est le cœur de leur business.

A titre indicatif, la moyenne des fees est comme suit :

  • Challenge pour gérer 25K, 150 dollars
  • 50K, 300 dollars
  • 100K, 500 dollars
  • 200K, 950 dollars
  • 500K, 2500 dollars

Mon avis est qu’il faut être capable de réussir les deux types de challenges. Pour diversifier les types de sociétés chez qui vous êtes financés, et donc diversifier votre risque.

Vous devez vous considérer comme un business. Si vous n’avez qu’un seul fournisseur unique, cela risque de poser des problèmes si vous n’avez pas de backup…

B2 – Quel est le taux de réussite ?

Là, je ne vais pas vendre du rêve mais vous dire la réalité : il n’y a que 0.1-0.2% des personnes qui passent un challenge, qui réussissent la phase 1 et la phase 2.

Cela refroidit n’est ce pas ?

En réalité, cela ne change pas vraiment le monde du trading. Beaucoup de candidats, très peu d’élus.

Mais plutôt que de se dire que c’est impossible, laissez moi vous donner d’autres statistiques qui viennent contrebalancer la première statistique.

J’ai eu ces données de MyForexFunds.

Chez tous les candidats ayant échoué aux challenges, ils ont vu ces statistiques :

  • 70% d’entre eux, n’utilisent pas de stoploss. (Aucun risk management)
  • Ils risquent plus de 3% du capital par jour (ils cherchent le home run)
  • Ils prennent plus de 3 trades par jour (OVERTRADING, REVENGE TRADING)
  • Ils tradent plein d’actifs différents (ils ne sont spécialisés dans leur trading)

Chez tous les candidats ayant réussi des challenges, on note :

  • ils risquent maximum 2% du capital par jour
  • ils n’ouvrent pas de positions tous les jours (ils sont sélectifs)
  • ils tradent en moyenne 3-4 heures par jour
  • ils tradent TOUJOURS aux mêmes heures et ne tradent pas en dehors de leurs heures habituelles
  • ils ne cherchent pas à faire de home run. Leurs trades gagnants sont des gains modérés mais très réguliers.

Qu’est ce que ça vous dit ?

Si vous vous inspirez de ceux qui réussissent, et que vous évitez de faire ce que font ceux qui échouent, vous ferez déjà mieux que 90% des personnes qui tentent un challenge.

Puis une fois que vous êtes dans ce haut du panier, il vous manquera le petit plus pour réussir un challenge. J’ai vu plein de personnes commencer un challenge sans avoir une stratégie claire en tête : ils veulent aller faire la guerre avec leur bite et leur couteau.

Je vais donc vous donner une stratégie que j’utilise personnellement plus bas dans ce fil.

B3 – Quelle prop firm choisir ?

C’est un sujet important. C’est difficile de répondre car selon votre type de trading, une prop firm sera plus intéressante qu’une autre.

Je vais donc vous donner un classement en fonction de MES critères qui sont :

  • les meilleurs spreads possibles. Je m’en fiche personnellement qu’il y ait plus de commissions, j’ai besoin de précision pour mon style de trading.
  • un historique de payout de la prop firm (il y a plein de scams dans les prop firms, le mieux c’est d’aller vers les leaders du marché qui affichent des preuves de paiement sur une longue période de temps)
  • la possibilité d’utiliser un trade copier (j’ai plusieurs comptes, et je les lie ensemble avec un trade copier pour copier les opérations entre les comptes – afin de ne pas multiplier les opérations faites manuellement, ce qui augmenterait mon taux d’erreur)

Les prop firms CFD sans limite de temps :

  1. City Traders Imperium (c’est de très loin mon favori, super équipe, super spreads, créé par deux anciens traders londoniens, un scaling plan hors du commun. Le challenge est plus exigeant, mais il en vaut clairement le coup)
  2. Funded Engineer (nouveau player mais déjà un historique de paiements, et l’équipe support est la meilleure que j’ai vu dans le business)
  3. Funding Pips (un futur leader du marché, j’en suis convaincu. Vous pouvez demander à être payé chaque semaine, et le délai de paiement est entre 2 et 5 heures l’argent sera sur votre compte bancaire, ce sont les plus rapides du marché pour ça)
  4. Bespoke Funding Program (je connais pas perso, mais j’ai un ami financé chez eux, et il m’a dit que c’est très bien, je lui fais confiance)
  5. MyFundedFX (croissance de leur business impressionnante, un CEO très actif et bienveillant)
  6. Blue Guardian (innovateur avec leur equity protector)
  7. Smart Funded Trader (toute jeune, lancée par deux traders connus aux US)
  8. Smart Prop Trader

Les prop firms CFD avec limite de temps :

  1. FTMO (leader du marché, même si je trouve les spreads pas fous)
  2. MyForexFunds (numéro 2 du marché, un peu de slippage de temps en temps tout de même)
  3. True Forex Funds (les meilleurs spreads possibles, commissions élevées)

Les prop firms FUTURES sans limite de temps :

A ma connaissance, rien ne bat TOPSTEP. A titre indicatif, les traders financés TOPSTEP représentent 1% du volume futures sur le Nasdaq – ce n’est pas rien.

NOTE :

Quoiqu’il en soit, quand vous vous intéressez à une prop firm, vous DEVEZ aller lire toute la documentation, toute la FAQ, pour savoir tout ce que vous pouvez savoir sur la structure, les conditions.

Si vous vous sentez prêts pour tenter un challenge et qu’une prop firm vous intéresse, vous pouvez me demander en MP mon avis dessus.

C – Quelle est ma stratégie personnelle ?

“You must know your trading”

Mark Minervini

Ce que Minervini dit est à la fois simple et à la fois difficile.

Vous ne vous lancez pas dans les challenges de prop firms sans connaître votre propre trading.

Par exemple, il est inacceptable de trader depuis un certain temps, sans avoir de track record. Si vous ne notez pas tout ce que vous faites, comment pouvez vous savoir :

  • Qu’est ce que vous faites exactement ?
  • Où sont vos forces ?
  • Où sont vos faiblesses ?
  • Où êtes-vous le plus à l’aise ?
  • Quel type d’actif vous réussit le mieux ?

Vous devez vous connaître, connaître votre style, connaitre vos limites. Avec un track record, on voit tout de suite si on a des points à améliorer, à enlever, sur lequel insister.

Ce n’est pas facile de se regarder devant la glace et d’analyser nos défauts. Mais si vous voulez un jour être rentable, c’est une étape qui est nécessaire. Laissez votre égo de côté, et travaillez sur vous.

Si vous avez suivi l’académie, Julien commence par la définition de votre profil. C’est CAPITAL.

En plus de ce que Julien vous a donné, je vous apporte d’autres éléments.

Déjà, une source de lecture que je trouve très importante “The mental edge in trading” de Jason Williams. Fils de Larry Williams (trader de légende) et psychiatre, Jason vous amène à vous questionner sur vous mêmes avec l’œil avisé d’un trader d’exception qu’est son père.

Ensuite, quelques éléments de réflexion. Je suis de ceux qui pensent que c’est le trading qui doit être adapté à soi, et non l’inverse. Ne choisissez pas votre style de trading parce qu’on vous a dit que ce style c’est bien, choisissez le parce qu’il est fait pour VOUS.

Pour ce faire, je vous livre des réflexions sur le sujet :

  • Si vous êtes capables de bien dormir alors que vous êtes en position et que l’on dit de vous que vous êtes quelqu’un de patient, il y a fort à parier que vous êtes faits pour le swing trading ou le position trading.
  • Si vous êtes capables de vous concentrer de manière très intense pendant quelques heures et que vous savez prendre des décisions très vite (trancher et ne pas hésiter), que vous n’aimez pas attendre trop pour avoir la sanction ou la récompense, alors vous avez un esprit fait pour le day trading ou l’intraday – c’est mon cas personnellement.
  • Si vous aimez prendre plein de petites opérations vite et que la vitesse d’exécution ne vous paralyse pas mais au contraire vous stimule, alors il y a fort à parier que vous êtes un scalper naturel. (je connais personnellement qu’une seule personne dans mes connaissances de traders qui a un esprit fait pour ce type de trading)

Il y a plein de personnes qui se connaissent mal. Beaucoup pensent qu’ils sont patients. Mais le trading leur révèle très vite que non.

Soyez honnêtes avec vous-mêmes, étudiez vous, cela vous fera gagner du temps et progresser à une vitesse que vous n’imaginez pas possible.

C1 – Quelle stratégie j’utilise ?

Pour ce faire, je dois vous parler d’abord un peu de ma stratégie de trading intraday à proprement parler.

Je ne peux pas vous donner toutes les clés de mon système de trading, déjà parce qu’il y a plein d’éléments, cela me prendrait des dizaines de pages pour tout expliquer, et aussi parce que c’est un système qui m’appartient, je n’ai pas forcément envie de le divulguer comme ça à tout le monde (pourquoi/comment je rentre en position, comment/pourquoi je fixe la sortie ici, etc…).

Je n’utilise pas une analyse technique telle qu’enseignée à l’académie. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je n’ai pas dit que l’AT de l’académie ne fonctionnait pas, j’ai dit que la mienne était différente, c’est tout.

Si cela vous intéresse de savoir exactement ce que je fais quand je trade, vous pouvez m’écrire en MP sur le Slack, en fonction de la personne et de la demande, je verrai ce que je peux/veux faire pour vous.

C2 – De quoi est capable ma stratégie ?

Je vous livre des éléments de mon système, que je connais quasiment par cœur. Ces statistiques sont issues de l’analyse de plusieurs milliers de trades (pris réel et backtests), sur une période de 2 ans, sur 5 paires Forex.

Je vous ai dit plus haut qu’il fallait connaître votre trading : quelles sont ses limites et ses avantages ?

Voilà la vision que j’ai du mien :

  • Mon taux de réussite (winrate) est de 50%, un trade sur deux j’ai tort et je prends un stop loss. Curieusement, il y a une différence statistique significative entre mes long et mes short sell, je suis meilleur en short qu’en long. C’est un fait amusant que j’ai découvert sur moi même.
  • Quand j’ai raison sur un trade, je gagne entre 2.2 et 3.4 fois mon risque (net de frais) – j’emploierai plus tard les termes 2.2R et 3.4R pour aller plus vite.
  • En moyenne, je fais 8R par mois. La plage varie de -1R à +28R.
  • Mon winrate augmente drastiquement quand je trade uniquement le matin. Du coup, je trade exclusivement le London Open en Forex. La volatilité des US sur le Forex ne correspond pas à ma personnalité, c’est ainsi.
  • Je trade mieux le SP500 que le DAX, donc si je veux trader les indices, je ne trade que les US.
  • Je prends en moyenne 30 trades par mois.
  • La durée moyenne d’une position est de 1h12min.
  • 30% de mes trades perdants sont le vendredi. J’essaye donc de ne pas me précipiter sur un setup que je vois les vendredis.
  • 60% de mes trades gagnants sont le mardi et le mercredi. Ce sont donc des jours où j’apprécie trader, cela doit avoir un effet placebo aussi.
  • Mes trades perdants successifs, sont en moyenne de 7. Ma plus grande série de pertes d’affilée a été de 12.
  • Mes trades gagnants successifs, sont en moyenne de 4. Ma plus grande série de gains d’affilée a été de 9.

C3 – Quelle stratégie de gestion d’une phase 1 challenge j’utilise ?

Maintenant que vous avez les statistiques de mon système, je vais vous donner une stratégie de gestion de challenge que j’ai utilisé et que j’utilise. J’en ai deux autres, mais je ne vais pas vous les présenter, elles sont très avancées et plus risquées.

Maîtrisez d’abord celle-ci, c’est déjà pas mal du tout…

Pour faire simple, nous allons prendre des chiffres ronds, ça facilitera les calculs.

  • La phase 1 du challenge que vous devez passer demande 10%. Le drawdown maximal autorisé est de 10%. Le drawdown daily autorisé est de 5%.
  • Mon winrate est de 50%. Quand j’ai raison, je gagne +2.5R, et quand j’ai tort, je perds -1R.

Les règles que je me fixe :

  • 2R de risque maximal par jour. Cela veut dire 2 trades par jour maximum.
  • Si je fais 2 pertes, je ferme la plateforme.
  • Si je fais 2 gains, je ferme la plateforme.
  • Si je fais 1 gain et 1 perte, je ferme la plateforme.
  • Je ne trade que les matins. A midi, je ferme la plateforme quoiqu’il arrive. Je ne me frustre pas de louper un setup l’après-midi. Même si je n’ai pas pris de trade le matin, la plateforme sera quand même fermée à midi.
  • Je ne trade que EURUSD, GBPUSD, EURJPY, GBPJPY, EURGBP (je n’ouvre aucun autre chart, point barre). Ce sont les paires que je connais le mieux, je connais la personnalité de leur price action, je connais les fondamentaux derrière (je sais quels sont les taux directeurs actuels de chaque devise, quand est ce qu’une décision importante est prévue dans le calendrier, quelle est la réaction en général suite à une news importante etc…)
  • Quand je prends une perte, je me lève de ma chaise, je vais crier un bon coup, j’insulte de tous les noms la paire qui m’a fait perdre et je prends 10 minutes de pause chronométrées. Après avoir repris mon calme et une respiration normale, je reviens devant l’écran. (Vous n’êtes pas obligés de faire comme moi, c’est juste que j’ai vu beaucoup de sportifs professionnels crier pour évacuer la tension, j’ai essayé un jour et ça marche pour moi).
  • Je garde toujours une grande bouteille d’eau fraîche à côté de moi, car je sais que je réfléchis mieux quand je suis bien hydraté. Quand je suis en séance de trading, et que je suis déshydraté, je m’en rends pas compte tout de suite mais mon cerveau patine dans la semoule et je fatigue…

Le risk management que j’utilise (si vous voulez la clé de voûte, elle se trouve juste ici) :

  • Je commence par un risque R = 0.5% du capital.
  • Lorsque j’arrive à +4.0%, mon risque passe à R = 1.0% du capital.
  • Dès que je redescends à +1.0% de performance, j’ai deux possibilités (soit il me reste plus de 10 jours, alors je vais reprendre des trades avec un risque R = 0.5% avec le risque que je finisse la période des 30 jours en négatif – soit il me reste que quelques jours, alors je décide de ne plus trader pour finir en positif et recommencer le challenge sur une autre période de 30 jours).

Note : ces règles me sont personnelles, elles me permettent de ne jamais enfreindre la règle du drawdown daily maximal autorisé de 5%. Aussi, je sais que je suis sujet au revenge trading, ces règles me protègent de ce défaut et mettent sous camisole de force mon esprit de revanche. En fonction de la connaissance de soi, on peut inventer des règles qui sont faites sur mesure pour nous. Se connaître c’est la première étape.

Une petite simulation (qui ressemble beaucoup à ce que j’ai fait pendant la troisième tentative de la phase 1 de MyForexFunds) :

Les dix premiers jours calendaires du challenge (cela équivaut à 8 jours ouvrés de Forex), j’ai pris 12 trades avec R = 0.5%.

Vous noterez que sur les 8 jours ouvrés, j’avais une autorisation de 16 trades possibles (2 par jour), je ne les ai même pas tous utilisés, il y a eu deux jours où j’étais devant les graphes à l’heure, je les ai analysés et… je n’ai pas exécuté de positions.

Décider de ne pas prendre de position, c’est une position en soi. Comme dirait un des maîtres dont j’ai suivi l’enseignement :

“Intraday trading doesn’t mean trading every single day”

Mon winrate est de 50%. Cela donne donc :

6 trades perdants = -6R

6 trades gagnants = 6 x 2.5R = 15R

Nous finissons donc la semaine à 15 – 6 = 9R, soit en pourcentages : 0.5 x 9 = 4.5%.

Je m’autorise donc à passer à R = 1.0%.

Les deux premiers trades pris sont perdants, je suis donc à 4.5 – 2.0 = 2.5%.

Il me reste une balle dans mon chargeur.

Les mathématiques reprennent leur droit, et je fais 3 trades d’affilée gagnants, qui me font gagner 3 x 2.5 = 7.5%. Je finis donc les 10% en tout (2.5% + 7.5%).

C4 – Quelle stratégie de gestion d’une phase 2 challenge j’utilise ?

Le paradoxe de l’esprit humain, c’est que la phase 2 est plus facile en termes d’objectif de gains, mais c’est aussi ici où beaucoup de personnes craquent.

Les raisons sont simples :

  • vous vous mettez trop de pression.
  • vous avez relâché la discipline dont vous avez fait preuve lors de la phase 1.

En réalité, la phase 2, rien ne change vraiment.

Personnellement, le seul truc qui change, c’est que je garde un R = 0.5%. Pour faire 5%, cela veut dire que je dois faire 10R en tout.

Si on garde les mêmes paramètres de mon système plus haut, en théorie, je dois prendre 14 trades pour le faire :

7 trades perdants, -7R

7 trades gagnants, 7 x 2.5R = 17.5R

Soit en net, 17.5R – 7R = 10.5R.

Faire 10R en 60 jours, c’est largement faisable si vous êtes rentables et que vous connaissez bien votre système de trading.

C5 – Comment je gère un compte financé ?

Seulement 15% des traders financés atteignent le premier paiement. Et une bonne majorité perd le compte au bout de 6 mois.

La raison est purement psychologique.

Quand on finit un challenge, il y a selon moi deux choses qui se passent dans notre esprit :

  • J’ai réussis mon challenge, je fais partie de l’élite (OVER CONFIDENCE)
  • J’ai un compte, je veux un gros payout (GREED)

A cela, j’ai deux conseils/recommandations à vous faire si vous réussissez à avoir un compte financé par une prop firm :

  • Vous pensez avoir fait le plus dur en réussissant le challenge ? Je vous dis que le vrai challenge c’est de le garder. Alors agissez en conséquence.
  • Ne cherchez pas à faire un gros payout pour faire un screen et le poster sur les réseaux sociaux. Soyez heureux avec assez. Si vous arrivez ne serait ce qu’à gagner assez pour payer votre logement, votre nourriture, vos factures, tous les mois, juste avec un seul compte financé. Prenez conscience que c’est LARGEMENT suffisant. Laissez les Lamborghini aux instagramers. Vous, vous êtes là pour gagner régulièrement en pensant comme un pro.

Personnellement, qu’est ce que je fais sur un compte financé ?

Je garde les mêmes règles du challenge, à la seule différence que je m’autorise 3 trades par jour, mais mon R est de 0.25% maximum.

Sur un drawdown maximal autorisé de 10%, ça veut dire que j’ai 40 balles dans mon barillet. A moins que je ne parte en vrai tilt, cela va être très difficile de cramer le compte en faisant 40 trades d’affilée perdants.

Je me rappelle souvent que je n’ai pas de contrainte de temps, je n’ai aucune obligation de performance comme pour le challenge. Donc si un jour, je n’ai pas la tête au trading, j’ai un soucis familial ou juste je suis fatigué, ben je ne trade pas. Je vais dehors, je dors, je vais faire du sport, je vais me balader dans une ville près de chez moi.

Si le lendemain, en ouvrant les graphes, je vois que j’ai loupé plusieurs opportunités faciles, ben je m’en fous. C’est aussi simple que ça. Un bon trader accepte de louper des opportunités, cela fait partie du trading.

C6 – Comment je gère une période de drawdown d’un compte financé ?

Ne vous référez pas à cela sur un challenge, car en challenge vous devez accepter d’être un peu plus agressif. Ceci concerne uniquement la gestion d’un compte financé, pour diminuer au maximum la probabilité de perdre votre compte.

Cela arrive à tout le monde de prendre une série de pertes et d’être en drawdown. Le problème n’est pas là, le problème est dans la gestion de cette période.

Ne rêvez pas, TOUS les traders vivent ces périodes. La personne qui vous dit qu’elle n’a jamais vécu de drawdown, ment. C’est aussi simple que ça.

L’erreur la plus commune est “de vouloir se refaire”. C’est mortel pour un compte de penser comme ça. En général, le trader va augmenter son risque pris par trade pour remonter plus vite. Et devinez quoi ? Cela ne se passe jamais comme ça…

“First, you have to cut the bleed”

Andrea Unger – quadruple champion du monde de trading

Le premier objectif est de “faire cesser le saignement” comme dit Unger (je vous conseille d’ailleurs son livre “The Successful Trader’s Guide to Money Management: Proven Strategies, Applications, and Management Techniques” qui est un petit bijou, même si beaucoup de statistiques à l’intérieur.).

En pratique, comment je fais ?

  • Le premier réflexe que vous devez avoir, c’est d’analyser votre série de trades perdants vous poser la question “Est ce que j’ai fait comme d’habitude ?”.

Si quelque chose a changé par rapport à ce que vous faites d’habitude, alors corrigez le tout de suite. Si en revanche, vous avez fait comme d’habitude, et que c’est juste une histoire de variance statistique, vous pouvez aller au point suivant.

  • J’utilise le money management pour faire cesser le saignement et lisser mon equity curve.

Dans l’exemple, j’ai un compte 100K dollars. Mon risque pris par trade initialement est R = 0.5%.

J’ai pris 4 pertes d’affilée et suis donc en perte de 2%, avec un capital de 98 000 dollars. Alors, je décide de passer mon risque à R = 0.25%. Et je garderai ce risque jusqu’à revenir à breakeven sur le compte, soit 100K dollars.

Si je fais encore 4 trades d’affilée perdants, alors je décide de passer à un risque R = 0.125%, jusqu’à ce que je revienne à 98 000 dollars, pour ensuite revenir à R = 0.25% pour atteindre les 100K dollars.

Oui, cela prendra plus de temps, ce sera sans doute très lent. Mais la probabilité de perdre le compte est drastiquement diminuée.

Il n’y a rien qui me dit de manière certaine qu’après une série de 4 trades perdants, je n’aurai pas encore une série perdante.

Un système de trading, n’est pas un système où les probabilités sont réparties de manière équiprobable et homogène. Tout peut arriver en trading.

Je vous laisse un tableau évocateur du “worst case scenario” qui compare un trader A qui double son risque à chaque série de 4 pertes, et un trader B qui coupe en deux le risque à chaque série de 4 pertes. Ils subissent tous les deux, 3 séries de 4 trades perdants. Et tous les deux ont au départ un risque R = 0.5% (j’ai arrondis les chiffres mais vous avez la tendance)

Capital 100K1 série de pertes2 séries de pertes3 séries de pertes
Trader A98 000 (-2%)94 000 (-6%)86 000 (-14%)
Trader B98 000 (-2%)97 000 (-3%)96500  (-3,5%)

A chaque série de 4 pertes sur un compte financé, COUPEZ votre risque en deux. Coupez le risque, et remontez petit à petit même si c’est dur et plus long. C’est comme ça qu’on sauve un compte financé.

Pour l’anecdote, j’ai un compte financé qui était en drawdown de 3.5% avec une limite à 10%. En utilisant cette manière de faire, j’ai réussi à revenir à breakeven en 5 semaines. Durant cette période, je n’ai pas pu faire de retrait de ce compte, c’est vrai.

Mais je l’ai toujours aujourd’hui et j’ai pu faire des retraits par la suite.

D – Build your own system and your edge

Cette partie n’était pas prévue au départ. Mais comme beaucoup d’entre vous sur le Slack sont venus me poser des questions, je rajoute cette partie pour en aider le plus possible.

Si je ne vous dévoile pas mon système de trading en détail, ce n’est pas par égoïsme, mais par bienveillance. Un système de trading est personnel, il doit vous appartenir car vous l’avez construit vous mêmes, avec l’aide de connaissances d’autres traders, votre personnalité, votre sensibilité.

Si je vous donnais tout du mien, je suis quasiment certain que cela ne vous aidera pas. Car je vous ôterai tous les bénéfices que vous récolterez si vous faites le chemin par vous-mêmes, en traversant les épreuves de la construction vous-mêmes.

En préambule, notez que je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il y a meilleur système qu’un autre. Cela n’existe pas.

Qu’un trader utilise les moyennes mobiles, le RSI, ichimoku, le price action pur, les vagues d’Ellioth, le fondamental, les nuits de pleine lune… On s’en fiche complètement.

On voit fleurir depuis la période Covid que le trend following est ce qu’il y a de mieux. Je ne peux plus être en désaccord.

Si c’était le cas, alors pourquoi Mark Minervini a gagné trois fois l’US Investing Championship (1997, 2008 et 2021 avec respectivement sur l’année 155%, 218%, 335%) en étant un swing trader ?

Pourquoi Larry Williams a réussi à faire 11300% en une année à la Robins Cup 1987 (compétition trading futures) en utilisant une stratégie intraday ?

Le seul point important, c’est que cela marche pour lui. Point barre.

Finalement, je pense même qu’il peut exister autant de systèmes différents et rentables qu’il n’existe de traders.

Ceci étant mis au point, voyons comment construire votre système et votre edge.

D1 – D’abord, c’est quoi un edge ?

C’est tout simplement un avantage statistique d’un système de trading sur le marché, qui fait que sur le long terme, il sortira gagnant.

Pour le comprendre, prenons l’exemple d’un casino.

Un casino peut perdre par moment, quand la variance statistique n’est pas de son côté. Mais tout le monde sait que sur une longue période de temps, c’est toujours le casino qui gagne.

Si vous voulez être un trader rentable, vous devez penser comme un casino.

D2 – L’état d’esprit qu’il faut avoir

Ce qu’il y a de paradoxal avec le trading, il faut l’avouer, c’est qu’on y vient pour l’argent. Et il n’y a aucun mal à ça. Faire de l’argent, c’est bien, c’est le but après tout.

Mais au tout départ, avoir l’argent en tête, c’est ça qui nous fait échouer.

Le meilleur conseil qui m’ait été donné à ce sujet, me vient d’une rencontre que j’ai faite avec un ancien trader institutionnel qui a travaillé en salle des marchés chez Barclays à Londres.

Au début, on est “money-oriented” alors qu’il faut être “process-oriented”.

Se concentrer sur le process d’exécution de trades, c’est le plus important. Se concentrer sur l’accomplissement ordonné et cohérent de toutes les tâches avant de cliquer pour prendre un trade, c’est ça qui doit nous occuper l’esprit, et pas l’argent qu’on peut faire avec.

L’argent, le gain, c’est l’output naturel de ce process.

Pensez process. L’argent viendra après.

D3 – Ce que j’ai fait pour construire mon système

Ce que je vais vous dire dans cette section, est exactement ce que j’ai fait pour construire mon propre système de trading. Même si votre manière de trader est différente de la mienne, je vous garantis que toutes ces étapes sont applicables pour vous.

Au départ, disons le sans honte, mon système Forex était un bordel sans nom. Y’avait tout et n’importe quoi dedans. Je prenais des trades dans tous les sens, des configurations que j’avais vu quelque part mais que je ne maîtrisais pas.

C’était très difficile de savoir si je faisais quelque chose de bien car c’était noyé dans le chaos et dans la non cohérence de mon système.

  • Un jour, j’ai pris tout mon track record et pendant plusieurs semaines, je me suis mis à… le classer. Je voulais remettre de l’ordre dans tout ce bazar. J’en avais vraiment vraiment MARRE de perdre, je pouvais plus continuer à trader comme ça, je devais changer ma manière de faire.

Après de longues heures de travail (c’était grave pénible hein… et ça me faisait mal au fond de moi, touché dans mon ego), je commençais malgré tout à y voir plus clair.

Il y avait des types de trades qui marchaient, et des types de trades qui marchaient pas.

Julien ne vous a-t-il pas dit “Faites plus de ce qui marche et moins de ce qui ne marche pas” ?

Dans mon cas, j’ai radicalement enlevé tous les types de trades qui ne semblaient pas marcher pour moi. Cela représentait environ 60% de mes trades totaux. (Peut être qu’il y avait dedans des trucs récupérables, mais je suis de nature très radicale, j’ai tout jeté – Marie Kondo style)

  • Dans ce qu’il restait, je remarquais qu’un setup/une configuration en particulier, me réussissait très souvent. D’ailleurs, fait important, dans mon track record, j’avais une colonne où je marquais comment je me sentais quand je prenais le trade. Sur ce setup, très très souvent, j’avais marqué “confiant” ou “détendu”.

J’étais donc à l’aise quand je prenais ce setup. Mon état émotionnel était calme, pas de stress. C’est un paramètre vraiment très important. Cela veut dire que ce setup convenait à ma manière de penser, d’agir et de ressentir les choses.

Ce setup pourrait ne pas convenir à quelqu’un d’autre. Mais à moi, oui.

Je ne vais pas vous tenir en haleine plus longtemps, ce setup, c’est devenu mon seul setup. Je ne trade qu’une seule configuration de prix aujourd’hui, en long et en short sell (si vous savez comment je prends un long, vous retournez l’écran de l’ordi quand je prends un short sell et c’est exactement la même chose).

Tous les autres setups que je vois, même si je sais qu’ils peuvent fonctionner, mon cerveau les ignore, je ne les trade pas.

Si vous pensez qu’un seul setup ne peut pas suffire à un trader, savez vous que Mark Minervini que j’ai cité plus haut, trade depuis 1983 et il ne trade qu’un seul setup, qu’il appelle VCP (Volatility Contraction Pattern – qui est une figure de relance après consolidation dans une tendance haussière déjà forte – oui, un triple champion de trading utilise pour seul setup, une figure de moindre risque) ?

Cela fait QUATRE décennies qu’il trade uniquement la même chose. Cela marchait y’a 40 ans, y’a 30 ans, y’a 20 ans, y’a 10 ans, et ça marche encore aujourd’hui.

Mon système de trading est ennuyeux comme la mort. Il ne comporte que des trades d’une seule configuration, et je ne fais jamais autre chose (j’y apporterai cependant une légère nuance un peu plus loin).

[Pour ceux qui ont regardé mes propositions de trades sur le Slack, c’est vrai que j’utilise Fibonacci. Mais si vous pensez restreindre mes trades à juste un retracement de Fibonacci, vous avez seulement 10% de mon process de prise de trade.

Je n’utilise pas Fibonacci n’importe où, n’importe quand, et n’importe comment. Il y a tout un processus de réflexion que j’ai en amont qui m’amène à tracer mon Fibo.

Fibonacci n’est pas magique en soi, il m’aide juste à visualiser facilement ce que je fais.]

  • J’ai donc isolé les statistiques de tous les trades que j’avais pris sur ce setup en particulier et uniquement celui-là. Et là, chose incroyable, si je n’avais fait que ça, c’était légèrement rentable. Pas beaucoup, mais en tout cas je ne perdais pas d’argent.

Je me suis mis alors sur TradingView sur le mode backtest et j’ai testé ce setup sur 5 paires Forex, sur une période d’un an pour chaque paire.

Par mois et par paire, j’avais en moyenne 15 trades à la louche. Cela m’a fait en moyenne donc 1800 trades pris. Cela m’a pris un certain temps pour tout faire.

Et j’ai absolument TOUT noté comme dans un track record.

Donc en plus de mes trades vraiment passés que j’avais, j’avais en plus plein de trades en backtesting supplémentaires. J’avais donc une bonne database.

  • Bien sûr, cette database n’était pas parfaite. Il y a plein de biais possibles lors de backtesting. Mais au moins, cette base avait pour socle un seul setup, et donc il y avait déjà de la cohérence à extraire.

De cette base, j’en ai tiré les statistiques. J’avais donc une idée de ce que ce setup donnait sur un échantillon assez large.

Est alors venu le moment de le tester en trading réel. C’est là que le vrai feedback commence.

Je n’ai rien contre le backtesting, c’est pour moi un outil que tout trader se doit d’utiliser. Mais le backtesting ce n’est pas du trading.

D’abord car il n’y a pas le psychologique qui intervient (ce facteur apparaît quand il y a la notion d’argent en jeu).

Ensuite parce que le trading, c’est l’art d’être dans l’instant. Si vous êtes dans le passé, vous ne pouvez pas réagir à ce qui est en train de se passer. Si vous essayez de trop anticiper le futur, vous êtes en train de fantasmer.

Savoir trader, c’est savoir être présent dans l’instant. Et il n’existe pas de meilleur exercice pour progresser que… trader.

  • Pour trader, j’ai couché sur papier tout le processus qui me mène à rentrer un trade sur ce setup.

Cela n’a l’air de rien, car après tout, cela va de soi. Mais je peux vous garantir que même si dans ma tête cela paraissait clair, il n’en était rien dans les faits.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement.

J’ai donc fait cet exercice. Pour chacun, cela sera des étapes différentes. Je ne peux donc pas vous donner une trame parfaite à suivre, ce sera selon chacun.

Le seul conseil que je peux vous donner pour cet exercice est qu’à la lecture de votre processus, il ne doit pas y avoir de doute possible.

Il ne faut pas que cela soit approximatif, votre processus d’entrée en position doit être basé sur des règles ULTRA STRICTES. Pas de place pour l’interprétation (même si oui, dans les faits, il y en a toujours un peu, mais il faut la restreindre au maximum).

Au début, j’avais toujours besoin de vérifier cette fiche de mon processus, pour être sûr que je la respecte.

Mais avec le temps, chemin faisant, j’aime dire que je n’ai plus la fiche “devant les yeux” mais “derrière la tête”.

Mon esprit a intégré ces règles strictes comme si c’était naturel, et il le fait sans réfléchir comme mon organisme respire sans que j’ai à l’intellectualiser.

Cela s’est ingénié dans ma manière de penser, et même de vivre, tout ce processus en amont qui m’amène à cliquer pour passer mes ordres.

  • La pratique aidant, j’ai commencé à bien piloter mon système et à bien le connaître. Et à partir d’un moment, même si c’était toujours le même setup que je tradais, j’ai commencé à en voir les nuances, et j’ai identifié des variantes de ce même setup.

Il s’agit exactement du même setup, mais en fait, ce que j’ai compris avec le temps, c’est qu’il s’agit plutôt d’une famille.

Chaque variante avait une spécificité qui faisait son “identité”. Alors j’ai pris des screenshots de chacune des variantes, et je les ai classées dans un playbook.

Tous les sportifs professionnels ont leur propre playbook. Des techniques, des coups, qu’ils maîtrisent à la perfection à force de répétition inlassablement.

Quand Michael Jordan, dans le money time, son équipe menée d’un point, recevait la balle, il n’y avait pas de doute chez lui, il sortait instinctivement son fadeaway shot.

Quand Tiger Woods à Augusta, dernier trou du parcours, doit rentrer son put pour avoir le droit d’enfiler une nouvelle fois la fameuse veste verte, son rituel a toujours été le même pour être dans sa bulle et prendre le put.

Quand Floyd Mayweather est acculé dans le coin du ring face à un hard puncher, sa shoulder roll defense vient automatiquement, le rendant presque intouchable.

Le sport a plein de ponts possibles avec le trading. C’est dans cette optique que j’ai fait mon propre playbook.

De là, j’ai tiré les statistiques de chaque variante (oui, ça prend du temps, c’est long. Mais je pense qu’un bon trading se doit d’être evidence-based).

Je leur ai donné un nom à chacune et aussi une note.

  • Une variante en particulier offrait un winrate beaucoup plus élevé statistiquement parlant (j’ai vraiment lancé un test statistique dessus, merci monsieur Sabatier de m’avoir gonflé avec ça en école d’ingénieur… En fait ça sert vraiment dans la vraie vie votre truc ^^). C’est mon setup A+. J’en vois très peu dans un mois, mais je les prends tous, car je sais que les probas de réussite sont avec moi dessus.
  • Deux variantes ont une bonne probabilité de réussite, j’en vois souvent mais pas non plus des dizaines par mois. C’est mon setup A.
  • Deux variantes ont une moins bonne probabilité de réussite, j’en vois très souvent. C’est mon setup B. J’essaye de ne pas les prendre quand j’en vois (bon j’y arrive pas toujours mais je m’améliore).

  ————————————————————————————————————————————–

Plus je l’utilisais, plus je le comprenais, plus ma confiance en lui grandissait. Au point où ma rentabilité sur les marchés Forex a subi une accélération en pente raide, je ne m’en rendais même pas compte.

Tout ce que je cherchais à faire, c’était appliquer le système que j’avais définis, chaque matin, chaque heure, chaque minute, du mieux que je pouvais.

Voilà, vous savez tout. Je n’ai fait “que” ça. Cela m’a pris des mois pour en arriver à développer mon système, celui-là même que j’utilise encore aujourd’hui.

Ce n’est pas une méthode toute faite, mais je pense que cela vous donne des éléments de réflexion pour vous aider.

Comme dit un maître en arts martiaux japonais que j’ai beaucoup suivi :

“D’abord on forge la lame, ensuite on l’aiguise”

Allez forger la vôtre.

E – Last tips for prop firms and your trading

Sachez que le compte à rebours de votre challenge de prop firm commence au moment où vous rentrez votre première position.

Qu’est ce que ça implique ?

Vous pouvez commencer quand vous voulez. Je vous conseille de ne le commencer que lorsque  vous voyez que les conditions de marché vous sont favorables.

Comment le savoir ?

Vous devez connaître votre système encore une fois.

Dans mon cas, je sais très bien que je suis très mauvais dans les marchés en range.

A titre d’exemple, les deux premières semaines de juin 2023, je savais que la probabilité de range du dollar était élevée, car il y avait la fameuse réunion de la FED prévue pour mi juin 2023. Quand une grosse décision est attendue par le marché, très souvent, le marché FOREX range. Si j’avais un challenge à limite de temps à commencer, j’aurai attendu la réunion avant de le commencer.

Enfin, un petit rappel, qui n’est pas valable uniquement pour un challenge mais plutôt pour votre trading en général. Plusieurs points n’ont de prime abord rien à voir avec le trading, et pourtant, j’ai envie de vous dire que cela a tout à voir avec le trading.

Je dis rappel car ce sont des choses que vous savez déjà. Mais il ne tient qu’à vous de VRAIMENT les mettre en application pour voir les bénéfices.

Un trader est comme un sportif de haut niveau, à la différence que son outil de travail est son capital et que ce capital est géré avec son cerveau.

Vous devez donc développer de bonnes habitudes, une bonne hygiène de vie et une manière de penser différente de ce que vous connaissez.

Sous forme de bullet points (on pourrait développer beaucoup chaque bullet) :

  • Votre sommeil, c’est le paramètre le plus important selon moi. Dormez à heures régulières et en quantité suffisante, portez une attention particulière à l’endroit où vous dormez (la température, les couleurs, le bruit, la qualité de la literie…).
  • Votre alimentation. Vous ne pouvez pas manger n’importe quoi, votre corps a besoin du bon carburant pour bien fonctionner et par extension, votre cerveau aussi.
  • Faites du sport. Qu’importe le sport en soi, il faut juste que vous ayez conscience que votre cerveau est dans un corps, et si ce corps n’est pas exercé, il perd en animation. Pensez à votre santé.
  • Quand c’est un jour OFF, c’est un jour OFF. Point. Si vous avez une famille, des amis, que vous voyez le weekend, ce temps là est pour EUX. Lâchez votre ordinateur, votre smartphone avec Tradingview, et soyez VRAIMENT avec eux. Accordez leur l’attention qu’ils méritent. Vous reviendrez sur les marchés quand ce sera un jour de trading.
  • Les marchés sont de vrais vampires. Croyez-moi, je suis à tendance obsessionnelle compulsive, je sais très bien de quoi je parle. Ils vous suceront toute votre attention jusqu’à la dernière goutte si vous les laissez faire. Apprenez à en sortir régulièrement et reconnectez-vous à votre humanité. Les marchés seront là la semaine d’après, si vous les quittez une semaine, ce n’est pas grave.
  • Si vous êtes débutants ou si vous n’avez pas atteint la rentabilité, vous devez accepter la soumission au… temps. Le trading est une des activités les plus difficiles qui existe. Laissez du temps à votre learning curve. TOUS les traders rentables sont passés par la difficulté, la douleur, la frustration… Vous ne ferez pas exception. Acceptez le.
  • Même si c’est important de s’intéresser au “pourquoi un trader réussit”, je vous propose d’essayer de changer un peu d’angle et de vous interroger sur “pourquoi un trader échoue”.
  • Spécialisez-vous ! Passer d’une classe d’actif à une autre, d’un style de trading à un autre, cela ne fera que vous rendre… moyen. Il vaut mieux chercher à être un spécialiste d’un style qu’un connaisseur de plein de styles.

Last note :

J’ai conscience que vous voyez un challenge de prop firm comme le mont Everest. Je ne vous ai jamais dit que c’était facile.

Mais quand vous vous en donnez la peine, que vous travaillez, le jour où vous en réussirez un, même un 10K dollars, vous vous rendrez compte que ce n’est pas si difficile que ça.

On surestime souvent ce qu’on peut faire en un mois d’entraînement de trading.

Mais on sous-estime beaucoup ce qu’on peut faire en 6 mois.

Six mois de travail acharné, rigoureux, de remise en question, peuvent changer votre trading à jamais.

Je reste à votre disposition si vous avez des questions.

Je vous souhaite bonne chance dans votre trading. Soyez prudents.

Thibaut

Portefeuille Graphseo Bourse

J’ai repris pas mal de liquidités semaine dernière. Soldé les shorts NAsdaq et Hermes avec pv mais dans l’idée de ne pas bloquer le capital sur des trucs qui feront l’essuie glace sans doute encore. J’ai conservé par contre els shorts sur le secteur semi/IA par contre qui je pense peut souffrir davantage.

Mais j’ai globalement surtout repris du cache en guise de protection et j’axe sur des valeurs value surtout. la tech en rebond mais dorénavant le ratio gain risque n’est pas intéressant à plus moyen terme.

Je préfère passer un peu plus en observation. Conserver la perf, voir comment les choses finissent de congestionner. on arrive au bout de pas mal de configurations.

Cela va être intéressant. Stats, banques centrales et congestions graphiques. Voilà de quoi ne pas s’ennuyer ces prochaines séances.

amicalement

Julien

Mes écrits sont motivés par vos retours : N'hésitez pas à partager mon travail. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Salut. Super article.
    J’ai une question tout de même au sujet des propfirm.
    Je suis très interessé pour tenter un chalenge mais j’ai fait le tour des forums et j’ai lu ici et la qu’en France et plus largement en Europe c’était interdit de toucher de l’argent d’une propfirm sans agrément de l’amf et que tu risquais même la prison. ( https://www.andlil.com/forum/trader-en-ue-avec-une-prop-firm-serieuse-t51154.html ) Comment fais tu pour te faire rémunérer sans risque?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *